Gouverner l'incertitude

Date 17 août 2009

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (l’AFSSET, dont je parlais dans le billet précédent) organisait début juillet un colloque intitulé “Gouverner l’incertitude”,  en compagnie du Réseau risques et société. Le but était de “confronter les apports des acteurs de la recherche en sciences sociales et ceux des acteurs de l’évaluation et de la gestion des risques”, dans de très nombreux domaines. J’ai cherché à obtenir un compte-rendu d’un des participants, pour le publier ici, mais ça n’a pas marché. Heureusement, Nathalie Fabre (étudiante en Master 2 “Philosophie de la technique”) a publié sur le site de l’association Vivagora un compte-rendu vers lequel je vous renvoie.

On y apprend notamment que risque émergent et incertitude ne font pas bon ménage avec la gestion “à la papa” des risques, basée sur la science solide et normale de Kuhn. Et malgré l’arrivée de nouvelles méthodes permettant d’approcher l’incertitude, en fonction de nombreuses variables objectives et subjectives (liées au ressenti et à l’acceptabilité par la population par exemple), “il n’existe pour l’heure aucun consensus sur de nouvelles théories susceptibles de remplacer le modèle classique de l’évaluation des risques”.

Deux points importants émergent alors :

  • le besoin de repenser notre conception de la science et de se projeter dans un modèle de “science post-normale” (développé par Silvio Funtowicz et Jérôme Ravetz) qui introduit “la possibilité de multiples approches et de multiples réponses pour une même question : les controverses et les perspectives contradictoires ne devraient pas être réduites, puisqu’elles contribuent à alimenter la réflexion”
  • la mobilisation de nombreux acteurs, offrant une pluralité d’expertises et de points de vue, seule capable de “favoriser la mise en place dans la société de pouvoirs et de contre-pouvoir” et de compléter les zones d’ombre qui persistent immanquablement dans la connaissance.

Le sociologue britannique Brian Wynne a répété comme à son habitude que “loin d’être irrationnelle, l’inquiétude du public serait légitimement provoquée par une suspicion devant l’incapacité de l’expertise à prendre en compte l’ignorance scientifique et les inconnues, donc à traiter des nouveaux dangers”. Ce qui n’a pas empêché le député Alain Gest de promouvoir, lors de la table-ronde finale, de nouvelles méthodes de concertation afin de “gérer l’irrationnel” !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 commentaires pour  “Gouverner l'incertitude”

  1. Daniel a dit le 10 février 2010 à 11:29 :

    Pour info, l’AFSSET mettre bientôt en ligne l’intégralité des exposes et discussions.

    Répondre
  2. Antoine Blanchard a dit le 19 février 2010 à 11:55 :

    Merci Daniel, les Actes viennent en effet d’apparaître en ligne à l’adresse http://www.reseau-r2s.org/docs/actes%20FR%20complet.pdf !

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche