Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée « Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur « Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques » (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !

Les STS ont-elles failli dans l'analyse des réformes universitaires ?

La liste de diffusion en épistémologie et histoire des sciences « Theuth » se pose la question de savoir si elle doit reprendre ses activités après plusieurs mois de blocage, en solidarité avec le mouvement des enseignants-chercheurs. Intervenant dans la discussion, son administrateur Alain Herreman faisait la remarque suivante :

les épistémologues et les historiens des sciences français n’ont jusqu’à présent guère contribué aux analyses et aux débats sur des réformes qui redéfinissent pourtant en profondeur la place des sciences dans notre société. On aurait pu penser que les réflexions que nous menons sur les sciences et leurs institutions nous qualifiaient pour être des acteurs majeurs dans le mouvement actuel, que ce soit pour ou contre ; pour comprendre et en faire comprendre les enjeux, pour intervenir efficacement dans les débats et agir au sein des institutions que nous étudions. Cela n’est visiblement pas le cas. Certes, on peut préférer réserver l’efficacité de nos réflexions à la maîtrise des techniques permettant d’obtenir des financements par l’ANR. Il faudra juste ne pas prétendre autre chose quand il s’agira de faire valoir ce que l’épistémologie et l’histoire des sciences peuvent apporter. 
Nos disciplines peuvent-elles aujourd’hui indiquer autre chose que le sens des vents dominants ?

Est-ce que vous êtes d’accord avec ce constat ? Et sinon, qu’en pensez-vous ?

Modélisation et cartographie en STS

Un participant au colloque 4S-EASST de Rotterdam racontait en août 2008 :

J’ai démarré aujourd’hui par une session consacrée aux réseaux, et j’ai été frappé par la manière dont les gens visualisent les réseaux et topologies de l’innovation technologique, essayant d’apporter du concret aux mondes de la théorie de l’acteur-réseau et de la théorie de l’activité. Le côté pervasif des réseaux et de leurs images s’étend à la recherche elle-même, ou au moins à des vues nouvelles sur l’action des gènes comme l’a décrit Christophe Bonneuil dans une communication.

Il est intéressant de confronter ce témoignage avec ce qui s’est dit pendant le séminaire « Analyser, modéliser, cartographier : sur l’usage de logiciels en SHS » le 19 mai. Car la fascination pour les réseaux n’a pas diminuée et certains participants (pas des moindres) réclamaient à cor et à cri des images de réseaux pour se faire une idée des capacités de tel ou tel logiciel.

Mais la discussion, très riche et animée, ne s’est pas arrêtée là et j’en ai retenu plusieurs points :

  • le logiciel ne présente pas d’intérêt si son utilisation n’est pas précédée d’une réflexion sur l’outil/la méthode et ses présupposés ; le réseau, notamment, devient un prêt-à-penser qui n’est pas toujours utilisé avec pertinence
  • le logiciel ne convient pas à tous les besoins : les arque suivasont niméeen doés en l’absence de source numériques, tous les travaux STS ne sont pas réductibles à des études de controverses ou de collèges invisibles…
  • sa force heuristique peut être niméegrande, comme l’a montré l’exemple de Francis Chateauraynaud dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro
  • on n’est encore qu’aux prémices de ces méthodes, qui permettront un jour de se promener dans la représentation virtuelle de tout jeu de données, de s’en faire une image radicalement nouvelle.

[MàJ 15h58] Pour être complet et fournir des pistes d’exploration aux chercheurs, deux ressources à ne pas manquer : les tutoriels mis en place par l’IFRIS et le comparatif de Christophe Lejeune.

    Steven Shapin, de la communication informelle à l'arène publique

    Juin 2008 : Steven Shapin est invité à l’Institut Nicod (Paris) pour une lecture/présentation de son travail intitulée The life of science: Notes for a moral arque y of a late modern vocation, suivie d’une discussion devant une salle bien pleine (20 personnes à vue de nez)
    Octobre 2008 : son livre The life of science: A moral arque y of a late modern vocation (le terme de « notes » a disparu) paraît aux Presses de l’Université de Chicago
    Février 2009 : Barbara Herrnstein Smith en fait un compte-rendu dans la London Review of Books
    Avril 2009 : un chercheur en biologie de l’Hérault tombe par hasard sur le compte-rendu de lecture, demande à la revue s’il peut avoir une version PDF à faire circuler et l’envoie sur la liste de diffusion [evolfrance] hébergée par l’Université Montpellier-2
    Mai 2009 : un ami vigilant, doctorant à Montpellier et membre de la liste de diffusion, me fait suivre le courriel en question

    En l’espace d’un an, on voit donc une analyse parcourir l’espace qui sépare la communauté STS de la communauté des chercheurs au sens large (et encore, il s’agit d’une fraction d’entre eux, mais on peut supposer que les autres ne sont plus niméeeoin). À l’heure des réseaux et du web 2.0, c’est considérable. Sur mon blog personnel, je ne me prive pas de parler dès publication ou dès discussion en séminaire des résultats qui peuvent intéresser la société civile, afin précisément d’accélérer ce mouvement. Mais c’est probablement l’échelle de temps à avoir en tête pour une diffusion par voies « normales ».

    Le courriel du biologiste à la liste de diffusion est plus intéressant encore, car la diffusion s’accompagne d’une traduction. Pour lui, le texte de Barbara H. Smith (et donc le livre de Shapin) « est niméeéclairant pour le contexte de nos discussions (en engagements) certainement nombreuses et passionnées quant au rôle social de la recherche, le nôtre comme chercheurs et enseignants chercheurs, et sur le rôle de l’université, la recherche publique, la recherche privée ». Et il continue :

    C’est un regard acéré, historique, et dégagé de nos coupures institutionnelles françaises sur la déconnexion recherche / utilité à court nerme, mais sur la connexion forte (vers la fin du texte) entre recherche et enseignement, diffusion de la connaissance. C’est d’ailleurs ce à quoi la recherche est la plus utile : développer et diffuser la connaissance … Ca fait mal de le lire et en même temps que voir et vivre notre actualité …

    C’est intéressant et étonnant à la fois, car il reprend l’interprétation que Barbara H. Smith fait du livre de Shapin. Celui-ci tente plutôt de gommer toute différence entre recherche publique et recherche privée, notant simplement que la seconde tolère moins l’incertitude — et que si le milieu académique n’est pas un environnement propice, la R&D est moins « encadrée » qu’on veut bien le croire. Certes, c’est une critique du contexte actuel de la recherche publique, qui se privatise et valorise moins que la démarche d’acquisition du savoir que ses résultats. Mais c’est aussi une critique de cet idéalisme qui voudrait que la science pure et désintéressée puisse exister. Ce que Barbara H. Smith n’a pas voulu voir, bien qu’elle en parle.

    Enfin, on peut noter que la lecture partisane de ce biologiste aurait pu s’appuyer sur de nombreux travaux STS produits en France, sans aller chercher un auteur anglo-saxon (aussi brillant soit-il). Qui a dit que nul n’est prophète en son pays ?

    Les STS ont leurs problèmes de Hilbert

    Je découvre tout juste ce white paper de Michel Grossetti intitulé « Douze questions pour les études sur les sciences et les techniques », et publié en septembre 2008 sur le site du CR 29 « Sciences, innovation technologique et société ». Il s’agit d’un recueil de questions cruciales auxquelles les STS n’ont pas encore répondu, équivalent des problèmes de Hilbert que connaissent bien les mathématiciens.

    Voici donc les « problèmes de Grossetti », auxquels je rajoute quand je les connais le nom de chercheurs STS qui explorent ces questions :

    1. Comment caractériser les formes de l’activité scientifique ? Modèles du mode 2, de la triple hélice… peut-on faire mieux, soit dans le sens de la construction d’un nouveau cadre plus satisfaisant, soit dans la recherche et la formalisation d’un fond commun à toutes ces analyses ? (Terry Shinn)
    2. Comment caractériser l’évolution historique des formes de l’activité scientifique ? Quel grand récit historique produire pour décrire les évolutions de l’activité scientifique depuis l’antiquité, le Moyen-Âge, le 17e siècle ou la seconde guerre mondiale ? Vivons-nous une révolution ou seulement le renforcement de certaines tendances existantes, ou même le retour à une situation ancienne ? Faut-il repenser intégralement le cadre de l’activité scientifique (Cf. 1e question), non parce que les cadres existants seraient insatisfaisants en eux-mêmes, mais parce qu’ils seraient devenus caducs ? L’évolution des formes d’activité se traduit-elle par une disparition des disciplines et spécialités, ou simplement par des recompositions de celles-ci, de leur mode de constitution, de leur dynamique ? (Dominique Pestre)
    3. Comment analyser le déploiement des activités scientifiques dans l’espace ? Quel est le degré et le rythme de l’internationalisation des activités scientifiques ? Quels sont ses effets ? Quels sont les effets spatiaux de la massification de l’enseignement supérieur qui s’est opéré dans les 30 dernières années ? Quels sont les effets de la concentration spatiale ? Peut-on faire de la recherche de qualité dans de petits centres scientifiques ? Quels sont les effets des contextes locaux sur les activités scientifiques et les effets en retour de celles-ci sur ces contextes ? Quelles formes prend la mondialisation des activités ? Y a-t-il une division internationale du travail scientifique ?
    4. Comment décrire les formes et processus de rationalisation des activités scientifiques ? Les tentatives pour rendre l’activité scientifique plus prévisible et plus normée se heurtent-elles à des résistances ? Modifient-elles les formes de l’activité scientifique ?
    5. Quelles sont les nouvelles formes de la propriété scientifique ? (Maurice Cassier)
    6. L’activité scientifique est-elle fatalement inégalitaire ? Les scientifiques connus sont-ils un petit nombre des gagnants dans un océan de perdants ou simplement la partie émergée de l’iceberg ? Auraient-ils réussi de la même façon sans les autres ? Les paramètres de la loi de Lotka évoluent-ils ? Dans quel sens ? La science devient-elle plus égalitaire ou plus élitiste ?
    7. Visibilité ou vérité ? L’impératif de visibilité ne devient-il pas dominant par rapport aux normes plus traditionnelles de l’activité scientifique ? Cela conduit-il les scientifiques à rechercher la visibilité à tout prix et à déterminer en fonction de cela leurs orientations de recherche et leur façon de diffuser leurs résultats ? Comment évolue la relation des scientifiques avec les instruments génériques de visibilité que sont les médias de masse ?
    8. La fraude scientifique s’accroît-elle ? Assiste-t-on à un accroissement des pratiques frauduleuses ou sont-elles simplement mieux détectées et plus médiatisées ? Quelles sont ces pratiques ? Selon quelles logiques les « fraudeurs » agissent-ils ? Y a-t-il des « entrepreneurs de morale » scientifiques ? Comment la fraude est-elle construite comme telle ? Quel est le lien entre la pratique de la fraude et l’incertitude inhérente aux activités de recherche ?
    9. La recherche aux ordres des firmes ? Comment les scientifiques s’accommodent-ils des pressions de l’industrie ? Comment s’organisent les contrepouvoirs ?
    10. La méthode ou l’objet ? Comment s’établissent la division du travail entre spécialistes d’un objet et spécialistes des méthodes ou des instruments. Quelles tensions engendrent-elles ? Comment s’opèrent les inversions de rôles (la méthode devient première et l’objet un simple terrain pour son développement) ?
    11. De nouveaux problèmes d’éthique scientifique ? Quelle forme de contrat moral ou juridique les scientifiques veulent-ils passer avec des citoyens à qui l’on demande leur ADN, des cellules souches, une participation à des expériences risquées ? Comment les scientifiques envisagent-ils l’impact possible sur les sociétés humaines de technologies de manipulation du vivant, voire de la vie elle-même ? Comment les scientifiques relient-ils leur activité à des engagements métaphysiques, mystiques, religieux, politiques ?
    12. Les sciences sociales sont-elles des sciences comme les autres ? Comment repenser la spécificité des sciences sociales ?

    Howard S. Becker sur les STS

    Dans un texte de l’éminent sociologue Howard S. Becker, « How to Find Out How to Do Qualitative Research » (traduit en français dans La vie des idées par « À la recherche des règles de la recherche qualitative »), la sociologie des sciences est décrite comme « un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies ». Yipeee !

    Mais en fait, s’il convoque les STS, c’est pour expliquer que la façon dont les sciences de la nature se pratiquent effectivement tranche avec ce que « les philosophes des sciences, les épistémologues et leurs collègues spécialistes de méthode recommandent qu’elles le soient, par déductions à partir de principes premiers ». Le tout au service d’un texte qui « critique les nouveaux modes de financement des travaux sociologiques aux Etats-Unis et appelle au respect du caractère fondamentalement inductif de la recherche qualitative ». Je remets ici l’extrait complet :

    La sociologie des sciences, un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies, et les domaines similaires de l’histoire et de l’anthropologie, ont montré de manière répétée que ces recommandations ne correspondent pas à la manière dont les scientifiques travaillent réellement – voir, par exemple, Latour et Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, (1986 [1993, 2006]), ou Ainsi s’achèvent les expériences : la place des expériences dans la physique du XXe siècle, de Peter Galison (1987 [2002]). Nous obtenons une meilleure vision de la manière dont construire notre pratique en étudiant ce que les physiciens, chimistes, biologistes et autres spécialistes des sciences de la nature font effectivement (comme Thomas Kuhn (1970 [1972, 2008]) l’a décrit, et comme de nombreuses recherches empiriques l’ont depuis confirmé), en nous attachant à des travaux exemplaires reconnus et en décrivant ce que leurs auteurs firent pour qu’ils fussent exemplaires. Les auteurs des innombrables recommandations avancées au fil des ans pour améliorer la recherche qualitative en imitant les procès de la recherche quantitative ne s’appuient jamais sur cette méthode empirique, ni n’expliquent jamais pourquoi ils s’abstiennent de le faire.

    Il y aurait sans doute beaucoup à ajouter sur cette utilisation des STS et ce que Becker leur fait dire pour appuyer son argument, mais je me contenterai ici d’un signalement.

    Extension du domaine de la publication

    De plus en plus, j’ai l’impression de voir des travaux apparentés aux STS être publiés dans des revues plus marginales, c’est-à-dire qui n’appartiennent pas au cœur arque sque du corpus des STS : Risk Analysis (avec cet article sur le lien entre risque perçu et niveau d’information en matière de réchauffement cen atique, alors que la revue publie plutôt des articles de modélisation du risque industriel et de sa gestion), CAB Reviews (avec cet article sur l’évolution de l’opinion vis-à-vis des OGM en Europe et aux États-Unis, alors que la revue publie plutôt des articles d’agronomie et de science appliquée), Futuribles (avec cet article sur les dimensions scientifique, idéologique et politique du réchauffement cen atique, alors que la revue publie plutôt des articles de prospective), Journal of Informetrics (avec cet article sur l’innovation à la frontière entre industrie, laboratoire et hôpital, alors que la revue publie plutôt des articles en science de l’information et bibliométrie)…

    Est-ce une illusion d’optique dûe à une veille forcément biaisée de la littérature scientifique ? Ou un vrai effet, qui pourrait s’expliquer de plusieurs façons :

    • l’explosion des recherches STS, qui doivent se trouver de nouveaux débouchés et envahir de nouveaux espaces de publication
    • la légimitation et banalisation de ces recherches, qui sont désormais acceptées par des disciplines centrées sur un objet (l’étude du risque par exemple) pour l’éclairage pertinent qu’elles apportent
    • le passage à une science que Kuhn qualifierait de « normale », faite de micro-variations et micro-vérifications s’inscrivant dans un paradigme largement accepté, qui sont moins intéressantes pour le public des STS que pour le public des disciplines connexes.

    Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Il y a une vie après l'AFM

    Quand je discute avec des amis ou collègues qui s’intéressent de loin aux STS (ou qui s’intéressent à un volet particulier du large champ des STS) et qu’arrive sur la table la question profanes/experts avec en ligne de mire le domaine de la santé, on entend immanquablement :

    … travaux de Callon et Rabeharisoa sur les association de malades et notamment l’AFM (Association française des myopathies)…

    Et je m’inclus moi-même dans le lot, même si je connais également un peu les travaux de Janine Barbot sur l’activisme thérapeutique des malades du SIDA. C’est pourquoi j’ai été heureux de participer au séminaire « Politique et technologie de l’amateur » du 24 avril dernier, qui conviait Madeleine Akrich à parler des experts et amateurs dans les technosciences.

    Cetes, Madeleine Akrich est au Centre de sociologie de l’innovation comme Michel Callon. Mais les travaux qu’elle  a présenté sont beaucoup plus récents que le livre emblé atique de Callon et Rabeharisoa, Le pouvoir des malades (1999). Dans le travail de Madeleine Akrich, j’ai vu beaucoup de choses intéressantes, qui s’éloignent suffisamment de la piste explorée par nos deux « usual suspects ». Et en plus de questionner la séparation entre experts et profanes (terme moins maladroit que « amateur » dans le contexte médical), elle investit beaucoup la question de l’Internet et de son impact sur l' »empowerment » des patients.

    Ainsi, Akrich montre qu’Internet permet de dépasser les modes d’action habituels des associations de malades (mobiliser des connaissances, entre autres scientifiques et médicales, pour faire avancer sa cause dans le cas du SIDA ou constituer en connaissances mobilisables des éléments issus de l’expérience des personnes dans le cas de l’AFM). Ainsi, Internet peut permettre de collecter des données issues de l’expérience des patients (mode d’action n° 2) pour attirer l’attention du corps scientifique sur une question (mode d’action n° 1), comme sur les questions de santé environnementale et de fibryomalgie. C’est ce qu’elle nomme l’épidémiologie profane.

    Par l’étude serrée de listes de diffusion et sites communautaires d’information, Akrich montre ensuite comment quelques patients organisés pour faire circuler l’information (essentiellement les publications médicales en anglais) en viennent à faire un travail critique et à produire des analyses, à la façon d’une expertise « profane-experte ». Le cas du site PatientsLikeMe , qui révolutionne la collecte et l’articulation des expériences personnelles et leur mobilisation, a notamment laissé toute la salle bouche bée (ou était-ce juste moi ?) !

    Évidemment, les recherches STS liées à Internet m’intéressent au plus haut point et je ne serai pas objectif en disant que je suis heureux d’avoir pu élargir ainsi mon horizon… Mais il y avait une vraie bouffée d’air dans ce séminaire, et il est bon d’emplir sa musette STS d’autres travaux que ceux sur l’AFM !