Les STS ont leurs problèmes de Hilbert

Je découvre tout juste ce white paper de Michel Grossetti intitulé “Douze questions pour les études sur les sciences et les techniques”, et publié en septembre 2008 sur le site du CR 29 “Sciences, innovation technologique et société”. Il s’agit d’un recueil de questions cruciales auxquelles les STS n’ont pas encore répondu, équivalent des problèmes de Hilbert que connaissent bien les mathématiciens.

Voici donc les “problèmes de Grossetti”, auxquels je rajoute quand je les connais le nom de chercheurs STS qui explorent ces questions :

  1. Comment caractériser les formes de l’activité scientifique ? Modèles du mode 2, de la triple hélice… peut-on faire mieux, soit dans le sens de la construction d’un nouveau cadre plus satisfaisant, soit dans la recherche et la formalisation d’un fond commun à toutes ces analyses ? (Terry Shinn)
  2. Comment caractériser l’évolution historique des formes de l’activité scientifique ? Quel grand récit historique produire pour décrire les évolutions de l’activité scientifique depuis l’antiquité, le Moyen-Âge, le 17e siècle ou la seconde guerre mondiale ? Vivons-nous une révolution ou seulement le renforcement de certaines tendances existantes, ou même le retour à une situation ancienne ? Faut-il repenser intégralement le cadre de l’activité scientifique (Cf. 1e question), non parce que les cadres existants seraient insatisfaisants en eux-mêmes, mais parce qu’ils seraient devenus caducs ? L’évolution des formes d’activité se traduit-elle par une disparition des disciplines et spécialités, ou simplement par des recompositions de celles-ci, de leur mode de constitution, de leur dynamique ? (Dominique Pestre)
  3. Comment analyser le déploiement des activités scientifiques dans l’espace ? Quel est le degré et le rythme de l’internationalisation des activités scientifiques ? Quels sont ses effets ? Quels sont les effets spatiaux de la massification de l’enseignement supérieur qui s’est opéré dans les 30 dernières années ? Quels sont les effets de la concentration spatiale ? Peut-on faire de la recherche de qualité dans de petits centres scientifiques ? Quels sont les effets des contextes locaux sur les activités scientifiques et les effets en retour de celles-ci sur ces contextes ? Quelles formes prend la mondialisation des activités ? Y a-t-il une division internationale du travail scientifique ?
  4. Comment décrire les formes et processus de rationalisation des activités scientifiques ? Les tentatives pour rendre l’activité scientifique plus prévisible et plus normée se heurtent-elles à des résistances ? Modifient-elles les formes de l’activité scientifique ?
  5. Quelles sont les nouvelles formes de la propriété scientifique ? (Maurice Cassier)
  6. L’activité scientifique est-elle fatalement inégalitaire ? Les scientifiques connus sont-ils un petit nombre des gagnants dans un océan de perdants ou simplement la partie émergée de l’iceberg ? Auraient-ils réussi de la même façon sans les autres ? Les paramètres de la loi de Lotka évoluent-ils ? Dans quel sens ? La science devient-elle plus égalitaire ou plus élitiste ?
  7. Visibilité ou vérité ? L’impératif de visibilité ne devient-il pas dominant par rapport aux normes plus traditionnelles de l’activité scientifique ? Cela conduit-il les scientifiques à rechercher la visibilité à tout prix et à déterminer en fonction de cela leurs orientations de recherche et leur façon de diffuser leurs résultats ? Comment évolue la relation des scientifiques avec les instruments génériques de visibilité que sont les médias de masse ?
  8. La fraude scientifique s’accroît-elle ? Assiste-t-on à un accroissement des pratiques frauduleuses ou sont-elles simplement mieux détectées et plus médiatisées ? Quelles sont ces pratiques ? Selon quelles logiques les « fraudeurs » agissent-ils ? Y a-t-il des « entrepreneurs de morale » scientifiques ? Comment la fraude est-elle construite comme telle ? Quel est le lien entre la pratique de la fraude et l’incertitude inhérente aux activités de recherche ?
  9. La recherche aux ordres des firmes ? Comment les scientifiques s’accommodent-ils des pressions de l’industrie ? Comment s’organisent les contrepouvoirs ?
  10. La méthode ou l’objet ? Comment s’établissent la division du travail entre spécialistes d’un objet et spécialistes des méthodes ou des instruments. Quelles tensions engendrent-elles ? Comment s’opèrent les inversions de rôles (la méthode devient première et l’objet un simple terrain pour son développement) ?
  11. De nouveaux problèmes d’éthique scientifique ? Quelle forme de contrat moral ou juridique les scientifiques veulent-ils passer avec des citoyens à qui l’on demande leur ADN, des cellules souches, une participation à des expériences risquées ? Comment les scientifiques envisagent-ils l’impact possible sur les sociétés humaines de technologies de manipulation du vivant, voire de la vie elle-même ? Comment les scientifiques relient-ils leur activité à des engagements métaphysiques, mystiques, religieux, politiques ?
  12. Les sciences sociales sont-elles des sciences comme les autres ? Comment repenser la spécificité des sciences sociales ?

3 réflexions au sujet de « Les STS ont leurs problèmes de Hilbert »

  1. 1) Au même niveau que Shinn, tu peux mettre les structuralistes au sens très large (Bourdieu, Bloor, etc.).

    2) Dans ton numéro de Mil Neuf Cent,as-tu lu le texte d’Anne Rasmussen ? Ce qu’elle fait a du potentiel pour répondre à cette question.

    3) Je connais qq chercheurs qui travaillent sur la géographie du savoir scientifique, mais à mon avis on manque encore beaucoup de méthodes. Les réseaux sont peut-être une première étape, mais il faudra d’autres outils, et une historicisation plus dynamique (i.e. moins stationnaire que les travaux contextualistes qui se contentent de fixer les sciences dans leur époque).

    4) Là tu peux mettre les travaux sur la standardisation, comme Berg et Timmerman.

    5) Et les anciennes formes aussi : les trucs récents de Bagioli sur l’authorship.

    6) Pareil que 3, on n’a pas tous les outils.

    7) Bof comme question.

    8/ Faut demander à Daniele ! (héhé)

    9) par manque d’historiographie contemporaine, on va probablement laisser mourir cette question et la redécouvrir avec bcp moins de data dans 30 ans.

    10) Bof comme question.

    11) Ce n’est pas une question pour les STS mais pour l’éthique, qui devrait être une sous-discipline de la philosophie mais qui se développe comme un parasite sur d’autres disciplines au lieu de ça (en médecine, par exemple), avec le résultat doublement bâclé d’une portée philosophique faible et d’une interrogation disciplinaire de moyenne portée.

    12) Très mauvaise question (mais ce n’est ni ta faute, ni celle de Grossetti). On doit poser cette question à l’envers : les sciences qui ne se connaissent aucun fondement social sont-elles vraiment des sciences ? Je propose de répondre non : ce sont des croyances, au sens religieux ou idéologique du terme.

  2. Merci pour ce commentaire et les autres (d’ailleurs, n’oublie pas que tu peux être co-auteur sur ce blog) !! Juste quelques légers points :

    1) OK pour Bourdieu et Bloor, mais le premier est mort et le second a pris sa retraite — difficile donc d’espérer une résolution du problème de leur côté !!

    8/ C’est vrai et Daniele Fanelli explore surtout la dernière sous-question, celle du fin espace entre incertitude scientifique et fraude…

    12) J’aime beaucoup cette proposition iconoclaste 🙂

  3. La 12 est assez peu iconoclaste : le débat sur la démarcation est un débat fractal. C’est-à-dire que si l’on l’observe de loin, on voit la brisure humanités/science sociales/sciences dures. Puis si l’on se rapproche, on voit que certaines branches des sciences sociales comptent comme des sciences dures, ou se comportent comme telles. On voit alors aussi que les sciences dures sont très partagées entre les nomothétiques hardcore et les descriptives. Si l’on est assez intelligent pour changer la focale du microscope, il y a des littératures scientifiques un peu partout—et fort heureusement, car on ne voit pas par quel miracle une distribution humaine très récente (celle des disciplines) parviendrait à produire des ensembles parfaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.