Modélisation et cartographie en STS

Un participant au colloque 4S-EASST de Rotterdam racontait en août 2008 :

J’ai démarré aujourd’hui par une session consacrée aux réseaux, et j’ai été frappé par la manière dont les gens visualisent les réseaux et topologies de l’innovation technologique, essayant d’apporter du concret aux mondes de la théorie de l’acteur-réseau et de la théorie de l’activité. Le côté pervasif des réseaux et de leurs images s’étend à la recherche elle-même, ou au moins à des vues nouvelles sur l’action des gènes comme l’a décrit Christophe Bonneuil dans une communication.

Il est intéressant de confronter ce témoignage avec ce qui s’est dit pendant le séminaire “Analyser, modéliser, cartographier : sur l’usage de logiciels en SHS” le 19 mai. Car la fascination pour les réseaux n’a pas diminuée et certains participants (pas des moindres) réclamaient à cor et à cri des images de réseaux pour se faire une idée des capacités de tel ou tel logiciel.

Mais la discussion, très riche et animée, ne s’est pas arrêtée là et j’en ai retenu plusieurs points :

  • le logiciel ne présente pas d’intérêt si son utilisation n’est pas précédée d’une réflexion sur l’outil/la méthode et ses présupposés ; le réseau, notamment, devient un prêt-à-penser qui n’est pas toujours utilisé avec pertinence
  • le logiciel ne convient pas à tous les besoins : les historiens sont très limités en l’absence de source numériques, tous les travaux STS ne sont pas réductibles à des études de controverses ou de collèges invisibles…
  • sa force heuristique peut être très grande, comme l’a montré l’exemple de Francis Chateauraynaud dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro
  • on n’est encore qu’aux prémices de ces méthodes, qui permettront un jour de se promener dans la représentation virtuelle de tout jeu de données, de s’en faire une image radicalement nouvelle.

[MàJ 15h58] Pour être complet et fournir des pistes d’exploration aux chercheurs, deux ressources à ne pas manquer : les tutoriels mis en place par l’IFRIS et le comparatif de Christophe Lejeune.


    4 réflexions au sujet de « Modélisation et cartographie en STS »

    1. Bonjour,

      je suis tombé il y a quelques temps sur votre post relatif à la rencontre qui a eu lieu au centre Koyré en mai. Comme un collègue est également tombé dessus récemment, et que cela a occasionné une discussion, je me permets quelques lignes de commentaire.

      A vrai dire, la formule “dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro” sonne étrangement – cela dépend bien sûr du regard que porte le lecteur sur l’introduction de techniques d’analyse dans le “raisonnement” des shs, mais globalement ça signifie : “cette pensée n’est plus que l’extension d’une machine”. Dommage si c’est le cas. Car la sociologie développée autour de ces outils non conventionnels est précisément d’être complètement libérée des problèmes de fusion-confusion ou de détachement-distance entre pensées et techniques – couple parfait et encore vivace dans votre raisonnement qui semble pointer des cas où la réflexion aurait disparu dès lors que l’outil est disponible. Or, Prospéro fait partie d’un groupe d’instruments, largement dominé aujourd’hui par Marlowe d’ailleurs, avec lesquels on travaille, discute, négocie, change de point de vue, revoie notre copie, redéfinie es problémes et les pistes d’enquêtes, crée des communautés de discussions, etc Précisément la pensée ne fait pas qu’une avec les outils mais joue constamment des changements de régime – routine, surprise, passion, oubli, critique féroce… So what ?

      Dans la sémantique des marqueurs utilisés, on a une classe intitulée figures de réduction (“X n’est qu’un Y”) opposée comme il se doit à des figures d’irréduction (X ne se réduit pas à Y”). Aussi je proposerai volontiers de substituer une autre formule à la vôtre (c’est un degré de liberté de plus par rapport aux usages de la langue la capacité de tester ce que fait une substitution sur l’expression d’un problème ou d’une solution…)

      La bonne formule dans le cas d’espèce c’est :

      “… vont beaucoup plus loin que les outils d’analyses de corpus, réduits à l’état de boites noires passives, notamment grâce aux interactions continues développées avec les logiciels Prospéro et Marlowe …”

      Pour le reste, et plus personnellement, si vous parvenez à réduire ce que je fais, je suis preneur : l’équivalence Chateai=Prospéro ets opratique pour certains collègues qui m’ont ainsi rangé dans leur répertoire ; mais au demeurant, la liste des textes que je dépose sur le site du gspr ou ailleurs, parle d’elle-même – et assez peu de Prospéro et Marlowe au final ! D’ailleurs quand je en suis pas tout bonnement “identifié à Prospéro”, ben j’ai droit à la figure inverse : la critique la plus courante c’est celle d’un “éclectisme”, tendance conçue négativement par l’académie, mais vécue positivement par les chercheurs avec lesquels je communique en permanence.

      Bien cordialement

      FC
      http://gspr.ehess.free.fr/membres/FC.shtml

    2. Merci pour votre commentaire. Je viens de relier mes notes de ce séminaire et je me rends compte évidemment combien ma formule est réductrice. Il y a toute une réflexivité autour de Prospéro, que vous explicitez très bien, et il ne s’agit pas de supplanter la réflexion du chercheur par l’outil (terme que vous récusez, je le sais) ni de les fondre. Néanmoins, vous ne pouvez pas nier que toutes ces années d'”interactions continues” avec Prospéro, comme avec un fidèle collaborateur, ont façonné vos deux esprits et que cette combinaison remplit aujourd’hui efficacement son rôle. D’autre part, vous avez développé Prospéro dans le cadre de la sociologie pragmatique, en s’appuyant sur la méthode paléontologique (“on n’a pas besoin du squelette entier pour raisonner”) qui est la vôtre. Résultat : votre ping-pong avec Prospéro/Marlowe exerce une fascination sur les autres chercheurs, en même temps qu’il les met à distance puisqu’on croirait qu’il n’appartient qu’à vous. C’est, je crois, ce que j’ai tenté d’esquisser avec ma brève formule…

    3. Oui certes, j’ai encore un fort investissement personnel dans le développement, l’utilisation et la présentation publique des logiciels conçus et réalisés avec Jean-Pierre Charriau et un groupe de collègues, jeunes et moins jeunes. Je ne me suis pas du tout senti attaqué par votre formulation, c’était l’occasion d’intervenir sur votre blog que je visite souvent ! mais s’il faut à tout prix me défendre, je dirai que nous ne sommes pas beaucoup en sociologie à développer des recherches fondamentales créant un foisonnement de concepts et de terrains,et à toucher à du code informatique, en y passant parfois une partie de la nuit pour le lendemain shifter sur une discussion de textes de Dewey ou de Mead, ou sur un corpus intéressant l’Andra ou l’Afsset !

      La mise en rapport de ces différents plans, ça dérange un peu le milieu socio et au-delà (anthropo, histoire …) et je reconnais volontiers que j’en joue d’autant plus que je n’ai plus aucun problème de reconnaissance académique ! D’où ce sentiment peut-être que je donne d’une mise à distance. Mais avouez aussi que si les collègues acceptaient d’entrer un peu plus dans la production des outils pour les shs au lieu de sous-traiter ou déléguer, il n’y aura pas cet étrange double bind de Prospéro et Marlowe provoquant fascination et distanciation !

      Par ailleurs, si votre commentaire est juste à propos du style que j’adopte en présentation, il ne faut pas oublier tous les chercheurs qui ont utilisé ou utilisent Prospéro et cie. On en est à la deuxième génération d’utilisateurs et je dois dire qu’il y a une dynamique fort intéressante qui devrait produire pas mal de déplacements et d’événements intellectuels dans les prochaines années !

      De là à penser que je mets en pratique une figue de l'”enrôlement” – concept latourien que j’ai fortement tancé pour son asymétrie – il y a un pas que je considère comme infranchissable : car on chercherait en vain la com’ publicitaire ou les annonces fanfaronnes que l’on trouve dans pas mal de milieux et de réseaux ! Prospéro et Marlowe c’est aussi un certain art de la discrétion et de l’invisibilité – ce qui permet de construire des communautés mieux protégées des grosses machines qui absordent, tout comme le font les géants, pure players ou non, qui contrôlent le Web !

      FC

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.