Extension du domaine de la publication

De plus en plus, j’ai l’impression de voir des travaux apparentés aux STS être publiés dans des revues plus marginales, c’est-à-dire qui n’appartiennent pas au cœur historique du corpus des STS : Risk Analysis (avec cet article sur le lien entre risque perçu et niveau d’information en matière de réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de modélisation du risque industriel et de sa gestion), CAB Reviews (avec cet article sur l’évolution de l’opinion vis-à-vis des OGM en Europe et aux États-Unis, alors que la revue publie plutôt des articles d’agronomie et de science appliquée), Futuribles (avec cet article sur les dimensions scientifique, idéologique et politique du réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de prospective), Journal of Informetrics (avec cet article sur l’innovation à la frontière entre industrie, laboratoire et hôpital, alors que la revue publie plutôt des articles en science de l’information et bibliométrie)…

Est-ce une illusion d’optique dûe à une veille forcément biaisée de la littérature scientifique ? Ou un vrai effet, qui pourrait s’expliquer de plusieurs façons :

  • l’explosion des recherches STS, qui doivent se trouver de nouveaux débouchés et envahir de nouveaux espaces de publication
  • la légimitation et banalisation de ces recherches, qui sont désormais acceptées par des disciplines centrées sur un objet (l’étude du risque par exemple) pour l’éclairage pertinent qu’elles apportent
  • le passage à une science que Kuhn qualifierait de “normale”, faite de micro-variations et micro-vérifications s’inscrivant dans un paradigme largement accepté, qui sont moins intéressantes pour le public des STS que pour le public des disciplines connexes.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Une réflexion sur « Extension du domaine de la publication »

  1. L’économie a fait un peu pareil (aux USA, elle a envahi les revues de science politique, puis ses méthodes, et en définitive a réussi à phagocyter une large partie de l’âme de la discipline). Je suppose que c’est une tendance naturelle des disciplines en expansion : le contrefactuel est peu probable, où une discipline se développerait en faisant du sur-place dans es propres boundaries.

    Le recyclage dans les petites revues, ça me paraît motivé par deux choses : (1) prouver qu’on sait de quoi on parle au niveau empirique ; publier dans une revue ultra-spécialisée en D quand on travaille sur un domaine D, c’est valorisant, même si la revue est de moindre envergure ; et (2) contourner l’engorgement des grosses revues.

    Bon, à part ça, on se voit le weekend prochain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.