Les STS prennent le web d’assaut

Je ne crois pas avoir eu l’occasion d’accueillir sur ce blog l’ouverture de l’Infusoir, le blog de Mélodie Faury hébergé sur Hypothèses qui propose une approche réflexive des sciences. Et voilà qu’en l’espace de quelques mois ce pied dans la porte a fait des émules.

D’abord, Mélodie a rejoint le Conseil scientifique d’Hypotheses.org (bienvenue !).

Ensuite, Igor Babou a déporté sur un blog une partie du site Science et société1, qu’il entretient avec ses collègues du C2So (ENS de Lyon) notamment. Ce carnet de recherche « est ouvert à des contributions et des témoignages de chercheurs, de professionnels de la culture scientifique et technique, ou de membres d’associations engagées dans une pratique et des réflexions concernant le thème des relations entre sciences et société », et accueille également « des descriptions et des retours critiques sur le « champ STS » : revues, chercheurs, associations, musées et CCSTI, programmes scientifiques, etc. » C’est un blog collectif « ouvert à toute personne souhaitant exposer un retour réflexif sur une expérience dans ce domaine » — un peu comme ici, donc. Longue vie à Science et société | Points de vue !

Enfin, dans la foulée, Pierre Lagrange (Laboratoire Culture et communication, Centre Norbert Elias — Avignon) vient d’ouvrir son blog sur la plateforme voisine et amie « Culture visuelle ». L’homme est spécialiste de l’anthropologie de la « croyance » et des controverses sciences-parasciences, avec comme terrains d’étude l’ufologie, les conspirations ou l’Atlantide. On peut s’attendre à des échanges riches !

Tout ceci est revigorant, vous ne trouvez pas ?

  1. Le portail « Science et Société » présente les éléments pour une histoire des recherches du domaine Sciences, technologie et société (S.T.S), et des questions qui se sont dégagées autour des enjeux de communication à propos de sciences : vulgarisation, médias et musées, communication scientifique publique, publics, enseignement des sciences, réseaux et NTIC, édition, éthique, engagement des acteurs dans le débat public, etc. […] » []

Compte-rendu de Joëlle Le Marec (dir.), « Les études de sciences. Pour une réflexivité institutionnelle » (Editions des archives contemporaines, 2010)

Comment gouverner les sciences ? Telle est l’une des questions posées par les études sociales des sciences et technologies (science studies ou STS), qu’elles posent depuis « la décennie 1970 à la faveur du développement conjoint d’une pluralisation des épistémologues et des rationalités scientifiques, de l’attention aux dimensions sociales du fonctionnement des sciences et d’une mobilisation politique et culturelle interne aux sciences expérimentales et aux sciences de la nature » (p. 11). Comment gouverner les études sociales des sciences ? Dans ce domaine pas véritablement institutionnalisé mais « donnant lieu à de multiples collaborations interdisciplinaires, et à une exploration permanente des frontières entre production académique, action culturelle et politique, et expérimentation institutionnelle » (p. 11), l’agencement des chercheurs, leur pilotage et leur évaluation (pour parler crûment) sont indissociables de leur objet de recherche.

L’ouvrage dirigé par Joëlle Le Marec est issu des premières journées d’étude du cluster 14, centré sur les « Enjeux et représentations de la science, de la technologie et de leurs usages » et créé en 2006 par la région Rhône-Alpes. On reconnaîtra, parmi les contributeurs, les noms de Joëlle Le Marec elle-même, Dominique Pestre (conseiller scientifique du cluster), Florian Charvolin (membre du comité de programme), Dominique Vinck et — bonne surprise ! — deux politistes : Renaud Payre et Gilles Pollet (tous trois membres du comité scientifique). Lors de ces journées, le cluster 14 s’est demandé « comment une communauté de recherche sur les sciences peut-elle développer une réflexion collective sur les dispositifs qui l’organisent, sur le contexte dans lequel elle se développe, sur les rapports à la scientificité qu’elle active, sur les contraintes qu’elle subit et qu’elle se donne ? » (p. 14). Chacune des contributions en tente un aperçu.

Dominique Pestre revient sur les principaux apports des études des sciences. Il décrit d’abord le « nouveau régime de production, d’appropriation et de régulation des savoirs et des produits techno-scientifiques » qui s’est mis en place, après les années 1960, « dans le cadre d’une redéfinition globale du monde » (p. 17). Alors que les élites sont myopes face à ces nouvelles réalités, il conclut sur quatre pages en proposant quelques principes normatifs destinés à guider la recherche en STS : « reconnaître la variété des valeurs et des projets humains, comme la variété des moyens et des formes de savoir » ; « réapprendre à dialoguer » et « réapprendre la difficulté et la nécessité des choix en contexte d’intérêts divergents » ; « prendre des risques et ‘penser généreusement’ les questions les plus complexes » ; « être imaginatif » dans les façons de « ‘se coltiner’ à des questions de valeur et des questions politiques ».

Renaud Payre et Gilles Poulet retracent une histoire de la science politique en s’attachant « aux liens existants entre les produits intellectuels et savants et les activités sociales de ceux qui les font advenir » (p. 45). Ils montrent comment la policy analysis est devenue une « science du gouvernement » en se nourrissant de multiples emprunts et échanges avec les mondes de l’administration publique, des think tanks, des fondations, des programmes militaires et d’armement etc. Leur ambition est « de proposer une double réflexivité, du chercheur sur ses objets, ses méthodes, ses disciplines, mais également du chercheur vers le décideur », bien que les leviers de cette action ne sont pas explicités.

Dominique Vinck fait de l’anthropologie de laboratoire pour nous raconter comment les chercheurs réagissent aux injonctions contradictoires et au tensions qui traversent la recherche contemporaine — entre constat d’un échec personnel, « reconstruction biographique » et « redéfinition de ce qu’ils sont et de ce qui les anime » (p. 75). En une page, l’auteur s’attache à la question de la réflexivité institutionnelle, qu’il interprète comme « le développement d’un savoir partagé et d’une nouvelle vision et visée de l’institution elle-même » capable de mieux accompagner les chercheurs dans leurs usages « des institutions, des normes, des injonctions et des dispositifs qui les visent », pour développer de « nouvelles formes communautaires de socialisation » et des « processus collectifs de différenciation des carrières » (p. 78).

Florian Charvolin, spécialiste de la question des savoirs amateurs en science, montre comment la persistance des sciences à amateurs (astronomie, botanique, entomologie etc.) est un « débordement du cadre mis en place par le capitalisme scientifique du XIXe et XXe siècle » et remet en cause le « professionnalisme salarié » de la recherche scientifique (p. 92). Il montre aussi la part que l’attachement et l’affect ont dans ces sciences de terrain (l’observation d’un oiseau par exemple), et qui « enlève encore un peu de crédit à la coupure stricte entre amateur et professionnel » (p. 88). Enfin, cela ouvre la voie à une réflexion sur la pratique de recherche et l’idée que l’engagement bénévole ne se fait pas « au détriment de la connaissance exacte » (p. 89).

Toutes ces idées sont reprises et prolongées dans le texte ambitieux de Joëlle le Marec qui milite en faveur d’un questionnement des « imaginaires qui sous-tendent les choix des terrains ou des objets » (p. 111) en passant plutôt par l’engagement dans les choix quotidiens des chercheurs que par le commentaire et les textes. Elle promeut la création de communautés de recherches pratiquant la critique les unes des autres et « qui s’informent et se contraignent mutuellement par l’extension de la discussion sur leurs pratiques d’enquêtes et leurs rapports aux terrains » (p. 112), construisant ainsi « un espace d’intersubjectivité autonome par rapport aux lieux et aux temps qui organisent la recherche comme activité de production salariée » (p. 113).

L’ouvrage s’ouvre et se referme sur les écrits de Roger Fougères, vice-président du Conseil régional, délégué à l’Enseignement supérieur et à la recherche. Le discours d’un acteur politique, fut il dans l’opposition et à l’origine d’un dispositif aussi unique que celle des clusters de recherche, pâtit souvent d’un manque d’originalité et de profondeur académique, ces textes ne faisant malheureusement pas exception.

La réflexivité institutionnelle qu’annonce l’ouvrage prolonge la réflexivité à laquelle sont habituées les STS, qu’il s’agisse du principe constitutif mis en avant par le « programme fort » de Bloor et Barnes, des réflexions sur la posture axiologique des STS (cf. Dominique Pestre, « L’analyse de controverses dans l’étude des sciences depuis trente ans. Entre outil méthodologique, garantie de neutralité axiologique et politique« , Mil neuf cent, n° 25, 2007) ou sur la construction d’objets de recherche à la frontière des sciences dures et des STS (cf. Gilles Tétart et Didier Torny, « « Ça tue parfois mais ce n’est pas dangereux ». Injonction institutionnelle et mobilisation scientifique autour d’un pathogène émergent, Bacillus cereus« , Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, 2009). Plutôt qu’un ouvrage définitif sur la question de la réflexivité, le lecteur y trouvera un jalon pour penser la recherche en STS, dans un contexte politique qui compte beaucoup pour les auteurs — sorte de complément à l’ouvrage de Jean-Michel Berthelot et coll. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France (Paris : PUF, 2005).

Surtout, l’ouvrage tourne autour du cluster 14, qui en est à la fois le point de départ et le point de fuite. Malheureusement, ce qui nous est présenté comme relevant « d’une réflexion politique » et témoignant « d’une expérience de réflexivité institutionnelle en cours » (p. 12) ne fait pas toujours suffisamment la preuve des spécificités du cluster 14 comme « large espace communautaire et interdisciplinaire » (p. 12), où s’est imposée une « logique du dialogue » (p. 11) et de la « discussion critique intense et régulière » (p. 12), sans être jamais « entravé par des modèles fonctionnels d’une séparation des registres du cognitif et du social » (p. 12). Où sont les « doctorants de différentes disciplines et différentes équipes de recherche qui réfléchissent ensemble à leur rapport aux contextes de recherche dans lesquels ils sont impliqués » (p. 14) ? Où est l’invention de nouvelles formes de discours scientifique ou de publication qui fassent mieux jouer la réflexivité, la pluridisciplinarité et la pensée en réseau ? Si la juxtaposition des textes trouve sa justification dans l’observation que « la singularité et la pluralité des démarches restent des facteurs essentiels de la qualité scientifiques (sic), et non des faiblesses potentielles dans un contexte de concurrence favorable à une injonction de lisibilité et donc d’homogénéisation des questions et des méthodes » (p. 12), elle déçoit sans doute un peu.

À l’image des recherches sur les sciences dont Joëlle Le Marec écrit qu’elles contribuent « à étudier, mais aussi à entretenir et complexifier le feuilletage de plans hétérogènes et contradictoires qui constituent les sciences » (p. 110), l’ouvrage se situe entre plusieurs plans. Portant haut la bannière de la réflexivité institutionnelle et produit d’une nouvelle organisation de la recherche, il donne beaucoup à penser mais peine à convaincre de la mise en pratique de cette réflexivité par le cluster 14.

>> Ce compte-rendu a été initialement publié sur le site Liens socio.

Lancement de l’Observatoire de la participation des ONG à la recherche et l’expertise

Le programme REPERE du Ministère chargé du développement durable (2009-2012), lancé suite au Grenelle de l’environnement, est un réseau d’échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l’expertise. Il se veut une plate-forme de dialogue, de proposition et de projets explorant les voies de la participation de la société civile organisée au pilotage de la recherche et de l’expertise. Il se propose notamment de faire l’état des lieux de l’existant, des expériences passées et actuelles, sur le sujet.

À cet effet, vient d’être lancé un Observatoire de la participation des ONG à la recherche et l’expertise qui recense les projets particpatifs de recherche et d’expertise menés en France. Ce wiki, qui peut être modifié et complété par chacun, continue à être alimenté au fil du programme mais recense déjà les projets PICRI (région Île-de-France), ASOSC (région Bretagne), quelques projets PCRD (Commission européenne) et des expertises collectives (Deuxième plan national santé-environnement, Écophyto R&D)… L’outil utilisé permet en outre de cartographier les projets et organismes recensés, afin de faire apparaître les liens entre les acteurs et les champs de forces qui façonnent ce paysage.

Ce lancement est d’autant plus pertinent pour la communauté STS qu’en 2008, lors des ateliers de réflexion prospective « Sciences et société » initiés et financés par l’Agence nationale de la recherche, l’atelier sur la programmation de la recherche en STS avait bien fait ressortir l’importance des :

  • états de l’art et recensements en tant qu’outils de structuration du domaine
  • outils collectifs et bases de données, offrant l’accès à des données de qualité qui augmente le nombre et la valeur des travaux de recherche, ainsi que leur potentiel d’application.

Espérons que la communauté STS saura exploiter cette ressource, pour qu’il soit utile au niveau académique et pas uniquement opérationnel.

Disclaimer : j’appartiens à l’équipe d’animation du programme REPERE.

La plateforme pétrolière, le Golfe du Mexique et les STS

Sur la liste de diffusion STSGRAD, mon homonyme Becky Blanchard — doctorante en anthropologie à l’université de Floride — annonce la création d’un forum Google Group destiné aux chercheurs STS pour discuter spécifiquement de l’effondrement de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon.

C’est une initiative intéressante qui montre ce que les STS peuvent apporter à une crise en cours, d’abord en interne puis éventuellement en externe (communiqués, prises de parole publiques etc.). Reste à confronter cette proposition avec la réalité du terrain et à voir quel sera le niveau de mobilisation des chercheurs spécialistes des crises environnementales, pollutions pétrolières, groupes de pression écologiques, droit de l’environnement, gestion des ressources naturelles…

Réponse à Jean-Gabriel Ganascia

Le blog du Pris(m)e de tête, dont j’ai déjà parlé ici, vient de publier un billet sans doute important pour la communauté STS. Tout démarre avec une tribune libre publiée par Jean-Gabriel Ganascia (professeur d’informatique et directeur du laboratoire d’informatique de l’université Pierre-et-Marie-Curie, le LIP6) dans La Tribune, intitulée « La science prise en otage ». Dans le dernier paragraphe, on peut y lire ce passage :

Les sciences se construisent sur le conflit des arguments ; les disputes y portent sur les idées, uniquement sur elles. Contrairement à ce que la sociologie contemporaine des sciences veut laisser accroire, ni les avantages personnels, ni a fortiori les coalitions ne l’emportent dans les débats scientifiques.

À défaut de déclencher une réponse un peu plus collective, et après discussion sur une liste de diffusion de doctorants STS, Marine Soichot et Edouard Kleinpeter ont pris la plume pour écrire une réponse et apporter la contradiction. Mais plutôt que de se barricader derrière des positions tranchées (et de caricaturer un débat somme toute intéressant), ils font le jeu de la nuance et ont ces mots :

Comprenons-nous bien : il existe bien évidemment un idéal de science pure, rationnelle et désintéressée, auquel la plupart des scientifiques adhèrent. Ce que disent les sociologues, c’est qu’il persiste une différence entre cet idéal et la pratique de la science telle qu’elle se fait.

Sans se priver pour autant de conclure par cette pique :

Mais nier l’évidence du rôle de l’humain dans la construction historique et théorique de la science au nom d’un idéal c’est, précisément, faire montre d’une attitude anti-scientifique.

C’est chez le Pris(m)e de tête et c’est la lecture indispensable du jour !

À qui profite la vulgarisation scientifique ?

C’est la question que posait Joëlle Le Marec dans son intervention au cycle de conférences « La vulgarisation scientifique : une mode ? Une nécessité ? Une illusion ? » à l’ENS Lyon (fichier audio), et que j’ai reprise dans un billet qui vient de paraître sur le blog « Pris(m)e de tête ». J’y parle de l’attrait pour les productions culturelles à propos de science, avec une multiplication des actions de culture scientifique et technique qui profite surtout à elle-même, mais aussi du futur colloque « Sciences de la vie en société » du Genopole qui a bien changé depuis que l’IFRIS a été appelé en renfort.

Observer la culture scientifique et technique

Laurent Chicoineau, directeur du Centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) de Grenoble – La Casemate, raconte sur son blog que les CCSTI de France et de Navarre vont réfléchir les 26 et 27 novembre au lancement d’un futur Observatoire national de la culture scientifique et technique. Dans le contexte de la Loi organique relative aux lois de finance (LOLF) et de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), il s’agit comme partout de quantifier et évaluer les activités du secteur public, pour en mesurer l’efficacité.

Mais au-delà de ce projet très managérial, L. Chicoineau y voit la possibilité de promouvoir une meilleure alliance entre la recherche et l’action. À l’instar de l’Observatoire des politiques culturelles mis en place à Grenoble il y a tout juste 20 ans et adossé à l’Université de Grenoble, le futur Observatoire national de la culture scientifique et technique pourrait se trouver un partenaire académique. Le Cluster 14 de la région Rhône-Alpes (qui organise ses secondes Rencontres annuelles très bientôt), coordonné par Jöelle Le Marec (ENS Lyon), est pressenti, ce qui pourrait déboucher sur une expérimentation à l’échelle des deux régions : Bourgogne pour l’Observatoire et Rhône-Alpes pour le réseau de recherche pluridisciplinaire. À suivre…

Galilée et la mise en scène de l’expérience scientifique

Comment représenter au théâtre la scène fondatrice de la modernité : Galilée aux prises avec ses ennemis, tentant de prouver que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers ? Il y a le Galilée version Brecht, héros de la Vérité, triomphant de l’erreur d’Aristote, victime de l’idéologie du pouvoir religieux. Ce Galilée-là, tout le monde le connait. Comme dans cet article du blog Infusion de sciences, il « infuse » encore largement la vulgarisation scientifique. A l’opposé, le Galilée très post-moderne de Jean-François Peyret dans Tournant Autour de Galilée réutilisait la vision brechtienne pour mieux en détourner le spectateur. Le spectacle a suscité le texte suivant de Bruno Latour et Frédérique Ait-Touati sur la représentation des sciences au théâtre.

Mais enfin quand pourra-t-on voir un Galilée version STS, dans sa pratique des expériences, utilisant ses instruments, réunissant des preuves fragiles, inventant une rhétorique, engagé dans une controverse ? Judith Larnaud-Joly et sa compagnie le Groupe EL tentent l’expérience en allant au plus direct : mettre en scène le texte de Galilé lui-même, le Dialogue sur les Deux Systèmes du Monde paru en 1632. Le spectacle s’appelle Je me suis souvent étonné – Une Dispute sur le mouvement de la Terre. La forme de dialogue utilisée par Galilée s’y prête certes, mais dans l’adaptation du texte, bien sûr drastique, le souci pédagogique risque toujours de prendre le dessus sur les enjeux dramatiques … et de gâcher l’affaire. Et pourtant ça marche. S’il n’est pas facile d’adhérer aux positions de Simplicio, partisan d’Aristote, et qui se fait laminer par les démonstrations de Salviati alias Galilée, on assiste quand même à une bataille. Mieux : selon que Simplicio, au cours du spectacle, encaisse les assauts de Salviati, retrouve ses certitudes dans les écrits des maîtres, ou que sa conviction s’affaiblit, le basculement du monde tient sur le moment à peu de choses. En même temps que Simplicio résiste aux attaques de Saliviati, le spectacle résiste au positivisme. Si elle fait peur à l’historien des sciences, l’expérience devrait plaire au praticien des STS.

Dr. Latour et Mr. Wells

Le Genomics Forum, groupe de recherche, d’expertise et de débat sur la génétique dans la société, organisait il y a 2 jours à Edimbourg une soirée publique provocativement intitulée « The Laboratory of Doctor Latour, and Other Stories ». Le but de ce social event (comprendre : il y avait de quoi boire et manger) : mettre côte à côte la science-fiction et les STS, qui ont pour point commun de raconter des histoires sur la science, et notamment de répondre à la question : « Qu’est-ce que veut dire qu’être un scientifique ? »

Les sujets à aborder étaient probablement trop nombreux pour un événement de deux heures mais plusieurs points ont pu être précisés. D’abord, il semble que l’image du savant fou n’ait plus court dans la littérature de science-fiction, alors qu’elle subsiste dans les jeux vidéo et au cinéma. Ensuite, le sociologue des sciences Steve Yearley a reconnu que l’anthropologie de laboratoire, notamment La Vie de laboratoire de Bruno Latour, a pu repousser les scientifiques tellement elle est naïve (un parti-pris de méthode).

Une spécialiste de biologie synthétique a fait remarquer à quel point le biologiste solitaire décrit par la science-fiction est éloigné du travail en communauté (interdisciplinaire) qui caractérise sa discipline. Enfin, le biologiste Chris French a livré les résultats d’une enquête informelle menée auprès de ses collègues sur la perception de l’image du chercheur dans la science-fiction ou les travaux STS. Entre ceux dont la vocation est née en lisant de la science-fiction et ceux qui y voient surtout une représentation négative, ou entre ceux qui ignoraient l’existence de la sociologie des sciences et ceux qui se rappelent encore de l’affaire Sokal, le spectre des opinions est assez vaste. Chris French a néanmoins fait remarquer que la recherche étant par définition une activité frustrante, il est bon de se tourner vers la SF pour voir des chercheurs réussir des coups d’éclat !

J’ai apprécié qu’il n’ait pas été fait mention des « deux cultures » de CP Snow (une notion souvent plus stérilisante qu’autre chose) et quelqu’un s’est demandé si finalement, la représentation « irréaliste » du chercheur dans la fiction ne vaut pas pour toutes les professions du monde…

En tous cas, il me semble que ce type d’initiatives venant de la communauté des STS et s’ouvrant à d’autres types de discours sur la science et un public extérieur, est à encourager des deux côtés de la Manche.

Lancement du Pris(m)e de tête

Dans la plupart des débats qui importent (quelle agriculture ? quel développement ? quelle énergie ? quelle reproduction ?), les questions techniques se mêlent à des considérations politiques, culturelles, historiques. Le sociologue, l’historien, le philosophe ont autant d’éclairages à nous apporter que le physicien, le biologiste ou le mathématicien.

C’est ainsi que Dominique Pestre inaugure aujourd’hui le Pris(m)e de tête. Ce nouveau venu dans la blogosphère STS, porté par le Prisme à idées, espère explorer chaque jeudi les sciences vues par les sciences humaines et sociales. Sont prévus dans les prochaines semaines des billets sur Thomas Kuhn, la notion de progrès, l’histoire de l’écologie, les effets de la vulgarisation scientifique ou encore le couple expérience/théorie en science.

Nous souhaitons la bienvenue et une longue vie à ce blog !