L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (“Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ?”) revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur “refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive”. On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non “réversible”.

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes “des alertes et des crises” de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l'”acceptabilité sociale” d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique “officielle” semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues “d’en haut” et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait “rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable”. On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…

Expérience de transgenèse ou de sociologie ?

Deux semaines après que l’essai de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar a été détruit, l’Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace a publié un communiqué. On se souvient que ces vignes, expérience réussie de consensus citoyen, faisaient la fierté de l’Inra (et du directeur du centre de Colmar, Jean Masson, qui en parle toujours avec des sanglots dans la voix). Pierre-Benoît Joly, à l’origine de la méthode de délibération et de participation ayant permis l’essai, en a notamment parlé dans la revue Nature.

Mais voilà qu’un individu ayant apparemment agi seul, au mépris du consensus des acteurs locaux et de toutes les précautions entourant l’essai, a mis une fin (provisoire) à cette expérience. La réaction de l’OPABA vaut le détour. Visiblement, ils soutiennent le vandale. Mais surtout, il font de l’essai “autant une recherche sociologique qu’agronomique – sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin”.

Ce retournement est intéressant et je ne crois pas l’avoir vu avant. En substance, il avance que si le consensus citoyen est autant sous l’emprise des sociologues des sciences, c’est bien que nous sommes dans la recherche sociologique et même pas dans l’application. Et que comme le consensus était local, une affaire d’individus souvent lâchés par leurs organisations respectives, alors il ne peut s’imposer à tous.

Pour la communauté des STS, c’est un coup de semonce : il faut réfléchir aux conséquences de la recherche-action et d’accompagner autant les savoirs STS dans la sphère politique. Car si ces initiatives échouent, qu’adviendra-t-il de la discipline ? Et pour ce blog qui tente d’introduire de la réflexivité dans la recherche et les applications des STS, c’est presque du pain béni !

Le CNRS invite les STS pour ses 70 ans

Dans le cadre de son 70e anniversaire, le CNRS organise le 19 octobre une journée de colloque consacrée à la recherche et au métier de chercheur (inscription obligatoire). On y retrouve l’immanquable table-ronde consacrée au dialogue science-société.

S’ils n’innovent pas dans la forme, au moins le fond est garanti 100 % béton : sous la houlette de Jean-Pierre Alix interviendront Dominique Pestre et Christophe Bonneuil (deux éminents STS-iens), plus une poignée d’autres chercheurs, un député et un journaliste.

En attendant le colloque, dont on suppose qu’il sera très fréquenté mais que la face du monde n’en sera pas changée, on peut se mettre quelques résumés d’intervention sous la dent…


Le Technoprimat

Via Pyrrhon sur Twitter, je découvre le long article de Jean-Marc L’Hermite publié sur Betapolitique. Ce physicien (CNRS / Université Paul-Sabatier) a profité de ce site de “journalisme citoyen” pour revenir sur les réformes du système d’enseignement et de recherche français, qu’il range sous l’enseigne du “technoprimat”. Cet article grouille de références à des travaux STS, du livre de Bernadette Bensaude-Vincent Les Vertiges de la technoscience à l’article d’Odile Henry sur Henry Le Chatelier (Actes de la recherche en sciences sociales, 2000) en passant par l’article d’Étienne Klein, Vincent Bontems et Alexei Grinbaum sur les nanosciences publié dans Le Débat en 2008.

C’est la loi du genre, ces travaux sont exploités dans un but bien précis — et notons qu’Étienne Klein s’est fendu d’un commentaire dans lequel il réfute la lecture que fait l’auteur de ses écrits.

Gouverner l'incertitude

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (l’AFSSET, dont je parlais dans le billet précédent) organisait début juillet un colloque intitulé “Gouverner l’incertitude”,  en compagnie du Réseau risques et société. Le but était de “confronter les apports des acteurs de la recherche en sciences sociales et ceux des acteurs de l’évaluation et de la gestion des risques”, dans de très nombreux domaines. J’ai cherché à obtenir un compte-rendu d’un des participants, pour le publier ici, mais ça n’a pas marché. Heureusement, Nathalie Fabre (étudiante en Master 2 “Philosophie de la technique”) a publié sur le site de l’association Vivagora un compte-rendu vers lequel je vous renvoie.

On y apprend notamment que risque émergent et incertitude ne font pas bon ménage avec la gestion “à la papa” des risques, basée sur la science solide et normale de Kuhn. Et malgré l’arrivée de nouvelles méthodes permettant d’approcher l’incertitude, en fonction de nombreuses variables objectives et subjectives (liées au ressenti et à l’acceptabilité par la population par exemple), “il n’existe pour l’heure aucun consensus sur de nouvelles théories susceptibles de remplacer le modèle classique de l’évaluation des risques”.

Deux points importants émergent alors :

  • le besoin de repenser notre conception de la science et de se projeter dans un modèle de “science post-normale” (développé par Silvio Funtowicz et Jérôme Ravetz) qui introduit “la possibilité de multiples approches et de multiples réponses pour une même question : les controverses et les perspectives contradictoires ne devraient pas être réduites, puisqu’elles contribuent à alimenter la réflexion”
  • la mobilisation de nombreux acteurs, offrant une pluralité d’expertises et de points de vue, seule capable de “favoriser la mise en place dans la société de pouvoirs et de contre-pouvoir” et de compléter les zones d’ombre qui persistent immanquablement dans la connaissance.

Le sociologue britannique Brian Wynne a répété comme à son habitude que “loin d’être irrationnelle, l’inquiétude du public serait légitimement provoquée par une suspicion devant l’incapacité de l’expertise à prendre en compte l’ignorance scientifique et les inconnues, donc à traiter des nouveaux dangers”. Ce qui n’a pas empêché le député Alain Gest de promouvoir, lors de la table-ronde finale, de nouvelles méthodes de concertation afin de “gérer l’irrationnel” !

Cancers et environnement au prisme des STS

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a rendu au début du mois son avis sur les liens entre cancers et environnement. D’après le communiqué de presse, ce rapport s’est appuyé sur l’expertise collective d’octobre 2008 qui avait mobilisé 40 chercheurs pour analyser 1800 articles de la littérature scientifique, pour la confronter aux “positions des parties compétentes en auditionnant 17 organismes scientifiques et 21 personnalités de la science, des mondes professionnels, des associations et du monde judiciaire, des sciences socio-économiques et des lanceurs d’alerte” — une ouverture à la société civile qui “constitue une première dans ce domaine”.

Parmi les personnalités convoquées, notons la présence de Martine Bungener, économiste et directrice du Cermes, et Jean-Paul Gaudillière, historien de la médecine au sein du même Cermes — qui ont pu représenter les STS. Chaque audition a donné lieu à un compte-rendu, où l’on peut notamment lire ce passage qui éclaire les STS en action :

Jean-Paul Gaudillière précise qu’il a travaillé sur les transformations des savoirs, de la santé et de la médecine au 20e siècle, en particulier sur la recherche biomédicale, la recherche thérapeutique et, au-delà, sur la façon dont sont articulés savoirs, pratique médicale et leurs usages dans d’autres espaces sociaux qui peuvent être technologiques, industriels ou politiques. C’est un travail qui, de manière générale, démarre de la question des savoirs, de leur statut, de leur genèse et de leurs modalités d’usage. C’est comme cela qu’il a été amené à s’intéresser à un certain nombre d’objets qui sont à la croisée de « santé et environnement » et, en particulier à un certain nombre de questions comme la conduite de l’expertise, le débat public et les modalités de la gestion du risque.

Avec ces quelques notes sur la place des STS, parmi les sciences sociales, dans l’expertise environnementale ou médicale :

Le rôle des sciences sociales n’est donc pas seulement d’objectiver et d’aider à comprendre les perceptions du risque mais peut aussi être de questionner la nature et les modalités de genèse des savoirs. Ne serait-ce qu’en rappelant que les savoirs sont situés, que face à un problème il existe rarement une seule « one best way » mais plusieurs registres de preuves, qu’il y a une pluralité d’acteurs compétents, qu’on a tout intérêt à préserver et à organiser les processus d’expertise de manière à préserver cette pluralité.

La question de la politique des substance cancérigènes et des liens entre cancers et environnement est une de celles travaillées actuellement par notre champ, comme en témoigne le colloque “Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries” organisé par l’université de Strasbourg en mars 2010. Entre recherche et expertise publique, on voit ici les ramifications d’une problématique scientifique dont l’actualité et la visibilité deviennent brûlantes.

Réflexivité du journalisme scientifique

À l’occasion du 6th World Conference of Science Journalism qui se terminait aujourd’hui à Londres, la revue Nature vient de mettre en ligne un dossier spécial proposant plusieurs essais sur l’histoire et l’avenir du journalisme scientifique. Je recommande particulièrement l’article de Boyce Rensberger, ancien reporter scientifique au Washington Post et New York Times et plus récemment, directeur du programme de journalisme scientifique au MIT.

Intitulé “Science journalism: Too close for comfort”, son texte se penche sur les liens organiques qui ont existé entre la communauté scientifique (ou militaire) et les journalistes, avec notamment William Laurence (qui couvrit le projet Manhattan pour le New York Times tout en rédigeant des communiqués de presse pour l’armée américaine). Puis vinrent Rachel Carson avec son Silent Spring, et l’accident de la centrale de Three Mile Island, qui ouvrirent la voie au journalisme de chien de garde (“watchdog journalism”).

Rensberger conclut en s’interrogeant sur le devenir du journalisme scientifique à l’ère du numérique et après des coupes claires dans les effectifs. On notera avec intérêt que dans sa réflexion, il mobilise le travail de Bruce V. Lewenstein (professeur de communication scientifique à Cornell University et spécialiste de son histoire), en particulier son article paru dans le premier numéro de la revue Public Understanding of Science.

Dominique Pestre sur la double nature des technologies

Dominique Pestre est intervenu à Marseille le 19 juin devant un parterre de technophiles, internautes et passionés des usages du numérique. Lors de ce colloque (intitulée Lift), il a démontré avec brio que les STS ont leur mot à dire pour éclairer les nouveaux enjeux du web. Surtout, à en croire les participants qui en ont parlé sur le net, il a donné le ton des 2 journées du colloque et a insufflé quelques réflexions qui ont fait leur petit bout de chemin… Je copie ci-dessous un texte écrit par Hubert Guillaud (sous licence CC-BY-NC) qui résume la présentation de Pestre pour ceux qui l’auraient manquée.

Pour comprendre la relation entre technologie et société, nous explique l’historien des sciences Dominique Pestre, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, il faut comprendre l’ambiguïté, la tension, les contradictions qui sont constitutives de cette relation. “Il y a une contradiction entre la logique de l’innovation, le changement technoscientifique qu’elle induit et les formes de vies et valeurs sociales qu’elles portent”.

La technologie déstabilise la vie des gens, change les normes, transforme les équilibres de la société. Il est donc tout à fait normal que la société réagisse à ces transformations. La biotechnologie par exemple, dans la façon dont elle propose de transformer le corps en intervenant sur ce qui constitue la définition même de l’homme (le clonage, les limites de la vie…), déclenche naturellement des débats.

Dominique Pestre sur la scène de Lift par Christophe Ducamp

Image : Dominique Pestre sur la scène de Lift par Christophe Ducamp.

Cette première tension entre technologie et société se prolonge par l’opposition entre la logique de marché et celle de démocratie. En effet, explique l’historien, innovation et nouveaux produits technologiques sont d’abord proposés par le marché… mais il faut attendre qu’ils se soient profondément et massivement répandus dans la société pour en voir et en comprendre les effets positifs et négatifs, pour en comprendre le sens et ce qu’ils transforment. Il y a un délai dans la façon même dont se diffuse l’innovation. On se rend compte par exemple des effets possibles des ondes électromagnétiques, une fois que les produits qui les utilisent se sont démultipliés dans la société et en ont démultiplié les effets.

La troisième tension que pointe Dominique Pestre est celle du besoin de gouvernance et de gestion de nos technologies. Si la relation entre la liberté de l’individu et la régulation collective est complexe, force est de constater que la demande de régulation collective s’oppose toujours avec la liberté individuelle.

La dernière tension repose autour des multiples formes de régulations qui existent. La base de la démocratie repose sur la séparation des pouvoirs, rappelle l’historien des sciences. Or, les avancées technologiques déstabilisent la société et l’ordre démocratique car ils remettent en cause les logiques de séparation des pouvoirs. La naissance de l’industrie chimique autour de Marseille dans les années 1810, par exemple, a bouleversé la campagne environnant l’étang de Berre, en y faisant naître des complexes industriels qui ont généré des tensions très vives entre ces nouveaux venus et les populations rurales. Il fallait d’un côté défendre l’économie nationale et forcer l’implantation d’une industrie en plein essor, et de l’autre, assurer aux populations locales la défense de leurs intérêts. Cet enracinement industriel a déclenché de nombreux affrontements et procès, comme on le voit aujourd’hui sur d’autres terrains d’innovation (OGM, ondes électromagnétiques…).

Comme le rappellent les présupposés introductifs et thématiques de Lift : les nouvelles technologies proposent un monde dématérialisé, ouvert à tous, libre et écologique. Mais le partage de ces présupposés n’est pas si simple, comme le souligne l’historienne des sciences Chandra Mukerji : “Nous n’avons pas renoncé à notre existence matérielle lorsque nous surfons sur le net : nous n’avons pas renoncé non plus à notre exigence d’intégrité territoriale… Nous avons simplement produit par l’ingénierie matérielle un [Occident puissant] dont les frontières sont suffisamment efficaces pour être considérées comme imaginaires ou fluides, et où les corps sont suffisamment sains pour être oubliés”.

On parle beaucoup également d’économie cognitive, de société de la connaissance et de propriété. Il faut bien voir que l’économie cognitive est une nouvelle façon de faire des affaires et des profits. Cela ne signifie pas que le principe est mauvais, mais qu’il faut y prêter attention. Quant à la propriété intellectuelle, ses règles ont toujours été redéfinies à chaque grande révolution industrielle, rappelle l’historien. Il n’est donc pas surprenant de constater les conflits dont elle est l’enjeu.

Les usages et l’innovation ascendante (c’est-à-dire l’innovation par les utilisateurs comme l’a théorisé Eric Von Hippel dans Democratizing Innovation) sont des notions importantes et qui méritent d’être défendues. Elles ont toujours été le coeur de l’innovation technologique… – cf. notre entretien avec le sociologue Dominique Cardon qui faisait le point sur cette forme d’innovation. “Ce sont toujours les utilisateurs qui sont à l’origine des innovations”, rappelle Dominique Pestre : que l’on observe l’histoire de la radio ou de la pharmacologie. Mais elles ont aussi toujours été étudiées et utilisées par les hommes d’affaires pour améliorer leurs produits.

Bref, conclut le chercheur en introduction à ces deux jours, comme pour nous mettre en garde : “Souvenons-nous que les technologies ont toujours une double nature.”

[dailymotion id=x9mv6a_interwiew-dominique-pestre_tech]

Son bonheur dans les appels à projet du 7e PCRD

Le 30 juillet prochain seront publiés les nouveaux appels à projet du programme “Science dans la société” du 7e PCRD. Et après avoir assisté à une journée d’information organisée par le Point de contact national (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), je suis convaincu que la communauté STS a une belle carte à jouer. La date limite de rendu est le 21 juillet mais il n’est pas trop tôt pour se pencher sur les éléments que j’ai pêché pour vous…

Deux appels s’inscriront dans l’activité “Mieux comprendre la place de la science et technologie dans la société”, destinés à financer chacun un projet de recherche (européen, évidemment) jusqu’à hauteur de 1,5 million d’euros. En particulier, ils touchent aux questions d’éthique, de gouvernance et de régulation. Le premier s’intéresse à la place dans le monde des actions européennes en matière de normes éthiques, avec en ligne de mire une meilleure compréhension de la façon d’utiliser l’éthique dans le gouvernement mondial de la science. Le second cherche à déterminer quel type d’expertise en éthique est nécessaire pour le développement des politiques publiques et comment elle devrait être encadrée. L’impact attendu est une meilleure compréhension de la manière d’utiliser l’éthique dans les processus d’élaboration des politiques aux niveaux national et européen. Un exemple de problématique est donné : “Jusqu’où peut-on aller dans l’amélioration de l’homme quand, dans le même temps, le dopage est strictement contrôlé dans le domaine du sport” ?

Une autre ligne d’appel à projet concerne le renforcement et l’amélioration du système européen de recherche. Destiné à financer de 1 à 3 projets, avec une enveloppe totale de 3 millions d’euros, l’appel cherche à repenser le système d’évaluation individuelle des chercheurs et attend le développement de nouveaux indicateurs : pertinence des recherches pour les citoyens, prise en compte des défis sociétaux, contribution à l’élaboration des politiques publiques, initiatives de communication scientifique, contribution à l’éducation à la science, bref autant de dimensions qui sont actuellement ignorées du système d’évaluation et de récompense des chercheurs. Cet appel est l’occasion rêvée de développer à l’échelle européenne la batterie d’indicateurs 2.0 dont parlent Gabriel Gallezot et Olivier Le Deuff dans leur article “Chercheurs 2.0 ?” !

Enfin, le plus gros appel concernera la mise en commun des efforts de participation du public et de démocratie technique. Il s’agit notamment de rompre avec l’habitude des expériences isolées (une expo participative par ci, une conférence de citoyens par là) et de réunir le plus d’acteurs possibles (opérateurs de recherche, organisations de la société civile, décideurs politiques…) autour d’une pratique et d’en mesurer les effets (c’est là que s’insèrent les chercheurs STS) à l’échelle européenne. Jean-Pierre Alix a affirmé qu’il s’agissait pas moins que d’établir “le nouveau standard européen de la communication des sciences” tellement l’appel est ambitieux (4 projets financés sur 4 ans, avec chacun au moins 10 partenaires issus de 10 pays différents). Enveloppe totale : 16,5 millions d’euros !

Avouons qu’il y aurait des choses intéressantes à faire avec tout ça, en particulier pour la communauté française.

Qui connaît les conférences de citoyens ?

Cela ne fait-il pas des années que la communauté STS française travaille et publie sur la notion de “conférences de citoyens” (y compris encore récemment dans la revue Nature) ? N’a-t-on pas eu une conférence de citoyens sur les OGM, puis sur le réchauffement climatique, les nanotechnologies… ? La Fondation Science citoyennes, à laquelle participent des historiens et sociologues des sciences comme Christophe Bonneuil, ne milite-t-elle pas activement en faveur de ce mode de participation du public ?

On pourrait donc croire que les conférences de citoyens font partie du bagage indispensable de tout scientifique ou décideur de ce pays. Que nenni. Si les États généraux de la bioéthique qui se déroulent actuellement y ont fait appel, c’est presque en raison d’un sacré concours de circonstances. Jean Leonetti, le président du comité de pilotage des États généraux, raconte dans Le Monde :

Nous ne voulions pas que ce débat soit confisqué par les experts, les politiques ou les lobbys. Nous voulions faire intervenir les citoyens mais nous ne savions pas sous quelle forme. Un jour, dans un débat, Noël Mamère a évoqué les méthodes scandinaves des panels citoyens. Je suis allé le voir à la fin de notre échange, nous avons discuté et cette idée a finalement été retenue.

encore, c’est presque un échec collectif de la communauté des STS, qui n’a pas réussi à publiciser suffisamment son travail. À moins qu’il faille retenir que le politique (ici, Noël Mamère) reste le dernier maillon, indispensable à l’action ? À méditer…