Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée “Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur “Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques” (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !

Les STS ont-elles failli dans l'analyse des réformes universitaires ?

La liste de diffusion en épistémologie et histoire des sciences “Theuth” se pose la question de savoir si elle doit reprendre ses activités après plusieurs mois de blocage, en solidarité avec le mouvement des enseignants-chercheurs. Intervenant dans la discussion, son administrateur Alain Herreman faisait la remarque suivante :

les épistémologues et les historiens des sciences français n’ont jusqu’à présent guère contribué aux analyses et aux débats sur des réformes qui redéfinissent pourtant en profondeur la place des sciences dans notre société. On aurait pu penser que les réflexions que nous menons sur les sciences et leurs institutions nous qualifiaient pour être des acteurs majeurs dans le mouvement actuel, que ce soit pour ou contre ; pour comprendre et en faire comprendre les enjeux, pour intervenir efficacement dans les débats et agir au sein des institutions que nous étudions. Cela n’est visiblement pas le cas. Certes, on peut préférer réserver l’efficacité de nos réflexions à la maîtrise des techniques permettant d’obtenir des financements par l’ANR. Il faudra juste ne pas prétendre autre chose quand il s’agira de faire valoir ce que l’épistémologie et l’histoire des sciences peuvent apporter. 
Nos disciplines peuvent-elles aujourd’hui indiquer autre chose que le sens des vents dominants ?

Est-ce que vous êtes d’accord avec ce constat ? Et sinon, qu’en pensez-vous ?

Steven Shapin, de la communication informelle à l'arène publique

Juin 2008 : Steven Shapin est invité à l’Institut Nicod (Paris) pour une lecture/présentation de son travail intitulée The life of science: Notes for a moral history of a late modern vocation, suivie d’une discussion devant une salle bien pleine (20 personnes à vue de nez)
Octobre 2008 : son livre The life of science: A moral history of a late modern vocation (le terme de “notes” a disparu) paraît aux Presses de l’Université de Chicago
Février 2009 : Barbara Herrnstein Smith en fait un compte-rendu dans la London Review of Books
Avril 2009 : un chercheur en biologie de l’Hérault tombe par hasard sur le compte-rendu de lecture, demande à la revue s’il peut avoir une version PDF à faire circuler et l’envoie sur la liste de diffusion [evolfrance] hébergée par l’Université Montpellier-2
Mai 2009 : un ami vigilant, doctorant à Montpellier et membre de la liste de diffusion, me fait suivre le courriel en question

En l’espace d’un an, on voit donc une analyse parcourir l’espace qui sépare la communauté STS de la communauté des chercheurs au sens large (et encore, il s’agit d’une fraction d’entre eux, mais on peut supposer que les autres ne sont plus très loin). À l’heure des réseaux et du web 2.0, c’est considérable. Sur mon blog personnel, je ne me prive pas de parler dès publication ou dès discussion en séminaire des résultats qui peuvent intéresser la société civile, afin précisément d’accélérer ce mouvement. Mais c’est probablement l’échelle de temps à avoir en tête pour une diffusion par voies “normales”.

Le courriel du biologiste à la liste de diffusion est plus intéressant encore, car la diffusion s’accompagne d’une traduction. Pour lui, le texte de Barbara H. Smith (et donc le livre de Shapin) “est très éclairant pour le contexte de nos discussions (en engagements) certainement nombreuses et passionnées quant au rôle social de la recherche, le nôtre comme chercheurs et enseignants chercheurs, et sur le rôle de l’université, la recherche publique, la recherche privée”. Et il continue :

C’est un regard acéré, historique, et dégagé de nos coupures institutionnelles françaises sur la déconnexion recherche / utilité à court terme, mais sur la connexion forte (vers la fin du texte) entre recherche et enseignement, diffusion de la connaissance. C’est d’ailleurs ce à quoi la recherche est la plus utile : développer et diffuser la connaissance … Ca fait mal de le lire et en même temps que voir et vivre notre actualité …

C’est intéressant et étonnant à la fois, car il reprend l’interprétation que Barbara H. Smith fait du livre de Shapin. Celui-ci tente plutôt de gommer toute différence entre recherche publique et recherche privée, notant simplement que la seconde tolère moins l’incertitude — et que si le milieu académique n’est pas un environnement propice, la R&D est moins “encadrée” qu’on veut bien le croire. Certes, c’est une critique du contexte actuel de la recherche publique, qui se privatise et valorise moins que la démarche d’acquisition du savoir que ses résultats. Mais c’est aussi une critique de cet idéalisme qui voudrait que la science pure et désintéressée puisse exister. Ce que Barbara H. Smith n’a pas voulu voir, bien qu’elle en parle.

Enfin, on peut noter que la lecture partisane de ce biologiste aurait pu s’appuyer sur de nombreux travaux STS produits en France, sans aller chercher un auteur anglo-saxon (aussi brillant soit-il). Qui a dit que nul n’est prophète en son pays ?

Howard S. Becker sur les STS

Dans un texte de l’éminent sociologue Howard S. Becker, “How to Find Out How to Do Qualitative Research” (traduit en français dans La vie des idées par “À la recherche des règles de la recherche qualitative”), la sociologie des sciences est décrite comme “un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies”. Yipeee !

Mais en fait, s’il convoque les STS, c’est pour expliquer que la façon dont les sciences de la nature se pratiquent effectivement tranche avec ce que “les philosophes des sciences, les épistémologues et leurs collègues spécialistes de méthode recommandent qu’elles le soient, par déductions à partir de principes premiers”. Le tout au service d’un texte qui “critique les nouveaux modes de financement des travaux sociologiques aux Etats-Unis et appelle au respect du caractère fondamentalement inductif de la recherche qualitative”. Je remets ici l’extrait complet :

La sociologie des sciences, un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies, et les domaines similaires de l’histoire et de l’anthropologie, ont montré de manière répétée que ces recommandations ne correspondent pas à la manière dont les scientifiques travaillent réellement – voir, par exemple, Latour et Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, (1986 [1993, 2006]), ou Ainsi s’achèvent les expériences : la place des expériences dans la physique du XXe siècle, de Peter Galison (1987 [2002]). Nous obtenons une meilleure vision de la manière dont construire notre pratique en étudiant ce que les physiciens, chimistes, biologistes et autres spécialistes des sciences de la nature font effectivement (comme Thomas Kuhn (1970 [1972, 2008]) l’a décrit, et comme de nombreuses recherches empiriques l’ont depuis confirmé), en nous attachant à des travaux exemplaires reconnus et en décrivant ce que leurs auteurs firent pour qu’ils fussent exemplaires. Les auteurs des innombrables recommandations avancées au fil des ans pour améliorer la recherche qualitative en imitant les procès de la recherche quantitative ne s’appuient jamais sur cette méthode empirique, ni n’expliquent jamais pourquoi ils s’abstiennent de le faire.

Il y aurait sans doute beaucoup à ajouter sur cette utilisation des STS et ce que Becker leur fait dire pour appuyer son argument, mais je me contenterai ici d’un signalement.