Nathalie Jas sur les STS

Dans le cadre d’une nouvelle web TV consacrée à la science telle qu’elle se fait (et telle quelle est racontée par la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences), je commence à filmer des entretiens avec des chercheurs STS. J’en profite naturellement pour leur tendre un miroir sur leurs pratiques et leur vision du champ STS. Ce sont ces vidéos que je publierai régulièrement ici, en commençant par Nathalie Jas, historienne de l’agriculture et des sciences agronomiques.

L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (« Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ? ») revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur « refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive ». On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non « réversible ».

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes « des alertes et des crises » de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l' »acceptabilité sociale » d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique « officielle » semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues « d’en haut » et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait « rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable ». On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…

Lorraine Daston sur les STS et l'histoire des sciences

Lorraine Daston vient de publier dans Critical Inquiry un article qui se penche sur les liens entre les STS et l’histoire des sciences. Le blog du Philadelphia Area Center for History of Science en livre un compte-rendu dont quelques points valent d’être repris. Daston note qu’après une période de vive interaction, l’histoire des sciences et les STS ont divergé dans les années 1990. Leur posture commune de mise à distance (estrangement) de la science contemporaine n’eut plus les mêmes motivations : les STS excluent désormais tout caractère exceptionnel de l’activité scientifique et refusent de donner une place privilégiée aux témoignages des chercheurs ; les historiens des sciences auraient moins de prévention vis-à-vis de la science contemporaine et seraient plutôt enclins à interroger l’historiographie innée des scientifiques et de leur discipline. Travaillant sur des objets plus contemporains, les STS interrogeraient plus la façon dont la science fonctionne que sa nature ; les historiens des sciences, particulièrement ceux étudiant la science pré-moderne, doivent au contraire déterminer aussi bien ce qu’est la science que la façon dont elle était pratiquée. Alors que les STS ont dérivé vers la suspicion, l’histoire s’est concentrée sur la compréhension (Verstehen).

Désormais, les STS semblent bien plus à l’étroit et en péril que l’histoire des sciences, discipline bien établie et nourrie des méthodes de l’histoire générale, quand les STS subsistent aux marges. Sentant que les STS ne sont plus capables d’offrir une vision complète (et non fragmentée) de ce qu’est la science et comment elle fonctionne, Lorraine Daston fait alors un appel à un projet interdisciplinaire, porté par la… philosphie !

Notons que l’excellent blog « Ether Wave Propaganda » nuance quelque peu l’analyse et les conclusions de Lorrain Daston.

Référence : Lorraine Daston, “Science Studies and the History of Science”, Critical Inquiry 35(2009): 805

Expérience de transgenèse ou de sociologie ?

Deux semaines après que l’essai de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar a été détruit, l’Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace a publié un communiqué. On se souvient que ces vignes, expérience réussie de consensus citoyen, faisaient la fierté de l’Inra (et du directeur du centre de Colmar, Jean Masson, qui en parle toujours avec des sanglots dans la voix). Pierre-Benoît Joly, à l’origine de la méthode de délibération et de participation ayant permis l’essai, en a notamment parlé dans la revue Nature.

Mais voilà qu’un individu ayant apparemment agi seul, au mépris du consensus des acteurs locaux et de toutes les précautions entourant l’essai, a mis une fin (provisoire) à cette expérience. La réaction de l’OPABA vaut le détour. Visiblement, ils soutiennent le vandale. Mais surtout, il font de l’essai « autant une recherche sociologique qu’agronomique – sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin ».

Ce retournement est intéressant et je ne crois pas l’avoir vu avant. En substance, il avance que si le consensus citoyen est autant sous l’emprise des sociologues des sciences, c’est bien que nous sommes dans la recherche sociologique et même pas dans l’application. Et que comme le consensus était local, une affaire d’individus souvent lâchés par leurs organisations respectives, alors il ne peut s’imposer à tous.

Pour la communauté des STS, c’est un coup de semonce : il faut réfléchir aux conséquences de la recherche-action et d’accompagner autant les savoirs STS dans la sphère politique. Car si ces initiatives échouent, qu’adviendra-t-il de la discipline ? Et pour ce blog qui tente d’introduire de la réflexivité dans la recherche et les applications des STS, c’est presque du pain béni !

Cancers et environnement au prisme des STS

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a rendu au début du mois son avis sur les liens entre cancers et environnement. D’après le communiqué de presse, ce rapport s’est appuyé sur l’expertise collective d’octobre 2008 qui avait mobilisé 40 chercheurs pour analyser 1800 articles de la littérature scientifique, pour la confronter aux « positions des parties compétentes en auditionnant 17 organismes scientifiques et 21 personnalités de la science, des mondes professionnels, des associations et du monde judiciaire, des sciences socio-économiques et des lanceurs d’alerte » — une ouverture à la société civile qui « constitue une première dans ce domaine ».

Parmi les personnalités convoquées, notons la présence de Martine Bungener, économiste et directrice du Cermes, et Jean-Paul Gaudillière, historien de la médecine au sein du même Cermes — qui ont pu représenter les STS. Chaque audition a donné lieu à un compte-rendu, où l’on peut notamment lire ce passage qui éclaire les STS en action :

Jean-Paul Gaudillière précise qu’il a travaillé sur les transformations des savoirs, de la santé et de la médecine au 20e siècle, en particulier sur la recherche biomédicale, la recherche thérapeutique et, au-delà, sur la façon dont sont articulés savoirs, pratique médicale et leurs usages dans d’autres espaces sociaux qui peuvent être technologiques, industriels ou politiques. C’est un travail qui, de manière générale, démarre de la question des savoirs, de leur statut, de leur genèse et de leurs modalités d’usage. C’est comme cela qu’il a été amené à s’intéresser à un certain nombre d’objets qui sont à la croisée de « santé et environnement » et, en particulier à un certain nombre de questions comme la conduite de l’expertise, le débat public et les modalités de la gestion du risque.

Avec ces quelques notes sur la place des STS, parmi les sciences sociales, dans l’expertise environnementale ou médicale :

Le rôle des sciences sociales n’est donc pas seulement d’objectiver et d’aider à comprendre les perceptions du risque mais peut aussi être de questionner la nature et les modalités de genèse des savoirs. Ne serait-ce qu’en rappelant que les savoirs sont situés, que face à un problème il existe rarement une seule « one best way » mais plusieurs registres de preuves, qu’il y a une pluralité d’acteurs compétents, qu’on a tout intérêt à préserver et à organiser les processus d’expertise de manière à préserver cette pluralité.

La question de la politique des substance cancérigènes et des liens entre cancers et environnement est une de celles travaillées actuellement par notre champ, comme en témoigne le colloque « Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries » organisé par l’université de Strasbourg en mars 2010. Entre recherche et expertise publique, on voit ici les ramifications d’une problématique scientifique dont l’actualité et la visibilité deviennent brûlantes.

Sociologie 2.0

C’est une nouvelle qui concerne la sociologie dans son ensemble, au-delà du champ STS, mais qui vaut la peine d’être signalée ici : la revue Sociologie, qui se lancera en 2010 sous les auspices de Serge Paugam et des PUF, annonce qu’elle proposera une rubrique innovante intitulée « Sociologie 2.0 ».

Dans cette rubrique, la revue publiera, en supplément électronique de chaque numéro de la version papier, un article scientifique original distingué par la mobilisation de procédés faisant un usage avancé de dispositifs numériques innovants d’argumentation, d’administration de la preuve et de documentation de la recherche (techniques d’enrichissement textuel, documents audiovisuels, représentations graphiques animées…).

Amis des cartographies et représentations 2D ou 3D, des matériaux historiques ou sociologiques non-standards, à vous de jouer !

STS Mixtures : un blog, un Twitter et des vidéos conférences

Après Helen Verran, c’est Susan Leigh Star qui donnera une conférence en ligne le 29 juillet, dans le cadre du programme de recherche « STS Mixtures – Materiality, Specificity and Story ». L’occasion d’assister à une intervention de haut niveau (intitulée « Silence and Invisible Work ») et de pouvoir poser des questions depuis n’importe où dans le monde grâce à Twitter. Attention, l’inscription est obligatoire avant vendredi 17.

C’est évidemment une initiative à saluer. Voici l’argument de ce projet de recherche :

How might Science & Technology Studies (STS) attend to empirical ‘details’ – the specificity of evidence and materials – differently, considering their performative effects and ontological enactments?

Un séminaire a déjà été organisé en mars à l’Université de Lancaster et une autre vidéo-conférence aura lieu en octobre. À suivre sur le blog STS Mixtures.

Son bonheur dans les appels à projet du 7e PCRD

Le 30 juillet prochain seront publiés les nouveaux appels à projet du programme « Science dans la société » du 7e PCRD. Et après avoir assisté à une journée d’information organisée par le Point de contact national (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), je suis convaincu que la communauté STS a une belle carte à jouer. La date limite de rendu est le 21 juillet mais il n’est pas trop tôt pour se pencher sur les éléments que j’ai pêché pour vous…

Deux appels s’inscriront dans l’activité « Mieux comprendre la place de la science et technologie dans la société », destinés à financer chacun un projet de recherche (européen, évidemment) jusqu’à hauteur de 1,5 million d’euros. En particulier, ils touchent aux questions d’éthique, de gouvernance et de régulation. Le premier s’intéresse à la place dans le monde des actions européennes en matière de normes éthiques, avec en ligne de mire une meilleure compréhension de la façon d’utiliser l’éthique dans le gouvernement mondial de la science. Le second cherche à déterminer quel type d’expertise en éthique est nécessaire pour le développement des politiques publiques et comment elle devrait être encadrée. L’impact attendu est une meilleure compréhension de la manière d’utiliser l’éthique dans les processus d’élaboration des politiques aux niveaux national et européen. Un exemple de problématique est donné : « Jusqu’où peut-on aller dans l’amélioration de l’homme quand, dans le même temps, le dopage est strictement contrôlé dans le domaine du sport » ?

Une autre ligne d’appel à projet concerne le renforcement et l’amélioration du système européen de recherche. Destiné à financer de 1 à 3 projets, avec une enveloppe totale de 3 millions d’euros, l’appel cherche à repenser le système d’évaluation individuelle des chercheurs et attend le développement de nouveaux indicateurs : pertinence des recherches pour les citoyens, prise en compte des défis sociétaux, contribution à l’élaboration des politiques publiques, initiatives de communication scientifique, contribution à l’éducation à la science, bref autant de dimensions qui sont actuellement ignorées du système d’évaluation et de récompense des chercheurs. Cet appel est l’occasion rêvée de développer à l’échelle européenne la batterie d’indicateurs 2.0 dont parlent Gabriel Gallezot et Olivier Le Deuff dans leur article « Chercheurs 2.0 ? » !

Enfin, le plus gros appel concernera la mise en commun des efforts de participation du public et de démocratie technique. Il s’agit notamment de rompre avec l’habitude des expériences isolées (une expo participative par ci, une conférence de citoyens par là) et de réunir le plus d’acteurs possibles (opérateurs de recherche, organisations de la société civile, décideurs politiques…) autour d’une pratique et d’en mesurer les effets (c’est là que s’insèrent les chercheurs STS) à l’échelle européenne. Jean-Pierre Alix a affirmé qu’il s’agissait pas moins que d’établir « le nouveau standard européen de la communication des sciences » tellement l’appel est ambitieux (4 projets financés sur 4 ans, avec chacun au moins 10 partenaires issus de 10 pays différents). Enveloppe totale : 16,5 millions d’euros !

Avouons qu’il y aurait des choses intéressantes à faire avec tout ça, en particulier pour la communauté française.

Modélisation et cartographie en STS

Un participant au colloque 4S-EASST de Rotterdam racontait en août 2008 :

J’ai démarré aujourd’hui par une session consacrée aux réseaux, et j’ai été frappé par la manière dont les gens visualisent les réseaux et topologies de l’innovation technologique, essayant d’apporter du concret aux mondes de la théorie de l’acteur-réseau et de la théorie de l’activité. Le côté pervasif des réseaux et de leurs images s’étend à la recherche elle-même, ou au moins à des vues nouvelles sur l’action des gènes comme l’a décrit Christophe Bonneuil dans une communication.

Il est intéressant de confronter ce témoignage avec ce qui s’est dit pendant le séminaire « Analyser, modéliser, cartographier : sur l’usage de logiciels en SHS » le 19 mai. Car la fascination pour les réseaux n’a pas diminuée et certains participants (pas des moindres) réclamaient à cor et à cri des images de réseaux pour se faire une idée des capacités de tel ou tel logiciel.

Mais la discussion, très riche et animée, ne s’est pas arrêtée là et j’en ai retenu plusieurs points :

  • le logiciel ne présente pas d’intérêt si son utilisation n’est pas précédée d’une réflexion sur l’outil/la méthode et ses présupposés ; le réseau, notamment, devient un prêt-à-penser qui n’est pas toujours utilisé avec pertinence
  • le logiciel ne convient pas à tous les besoins : les historiens sont très limités en l’absence de source numériques, tous les travaux STS ne sont pas réductibles à des études de controverses ou de collèges invisibles…
  • sa force heuristique peut être très grande, comme l’a montré l’exemple de Francis Chateauraynaud dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro
  • on n’est encore qu’aux prémices de ces méthodes, qui permettront un jour de se promener dans la représentation virtuelle de tout jeu de données, de s’en faire une image radicalement nouvelle.

[MàJ 15h58] Pour être complet et fournir des pistes d’exploration aux chercheurs, deux ressources à ne pas manquer : les tutoriels mis en place par l’IFRIS et le comparatif de Christophe Lejeune.

    Les STS ont leurs problèmes de Hilbert

    Je découvre tout juste ce white paper de Michel Grossetti intitulé « Douze questions pour les études sur les sciences et les techniques », et publié en septembre 2008 sur le site du CR 29 « Sciences, innovation technologique et société ». Il s’agit d’un recueil de questions cruciales auxquelles les STS n’ont pas encore répondu, équivalent des problèmes de Hilbert que connaissent bien les mathématiciens.

    Voici donc les « problèmes de Grossetti », auxquels je rajoute quand je les connais le nom de chercheurs STS qui explorent ces questions :

    1. Comment caractériser les formes de l’activité scientifique ? Modèles du mode 2, de la triple hélice… peut-on faire mieux, soit dans le sens de la construction d’un nouveau cadre plus satisfaisant, soit dans la recherche et la formalisation d’un fond commun à toutes ces analyses ? (Terry Shinn)
    2. Comment caractériser l’évolution historique des formes de l’activité scientifique ? Quel grand récit historique produire pour décrire les évolutions de l’activité scientifique depuis l’antiquité, le Moyen-Âge, le 17e siècle ou la seconde guerre mondiale ? Vivons-nous une révolution ou seulement le renforcement de certaines tendances existantes, ou même le retour à une situation ancienne ? Faut-il repenser intégralement le cadre de l’activité scientifique (Cf. 1e question), non parce que les cadres existants seraient insatisfaisants en eux-mêmes, mais parce qu’ils seraient devenus caducs ? L’évolution des formes d’activité se traduit-elle par une disparition des disciplines et spécialités, ou simplement par des recompositions de celles-ci, de leur mode de constitution, de leur dynamique ? (Dominique Pestre)
    3. Comment analyser le déploiement des activités scientifiques dans l’espace ? Quel est le degré et le rythme de l’internationalisation des activités scientifiques ? Quels sont ses effets ? Quels sont les effets spatiaux de la massification de l’enseignement supérieur qui s’est opéré dans les 30 dernières années ? Quels sont les effets de la concentration spatiale ? Peut-on faire de la recherche de qualité dans de petits centres scientifiques ? Quels sont les effets des contextes locaux sur les activités scientifiques et les effets en retour de celles-ci sur ces contextes ? Quelles formes prend la mondialisation des activités ? Y a-t-il une division internationale du travail scientifique ?
    4. Comment décrire les formes et processus de rationalisation des activités scientifiques ? Les tentatives pour rendre l’activité scientifique plus prévisible et plus normée se heurtent-elles à des résistances ? Modifient-elles les formes de l’activité scientifique ?
    5. Quelles sont les nouvelles formes de la propriété scientifique ? (Maurice Cassier)
    6. L’activité scientifique est-elle fatalement inégalitaire ? Les scientifiques connus sont-ils un petit nombre des gagnants dans un océan de perdants ou simplement la partie émergée de l’iceberg ? Auraient-ils réussi de la même façon sans les autres ? Les paramètres de la loi de Lotka évoluent-ils ? Dans quel sens ? La science devient-elle plus égalitaire ou plus élitiste ?
    7. Visibilité ou vérité ? L’impératif de visibilité ne devient-il pas dominant par rapport aux normes plus traditionnelles de l’activité scientifique ? Cela conduit-il les scientifiques à rechercher la visibilité à tout prix et à déterminer en fonction de cela leurs orientations de recherche et leur façon de diffuser leurs résultats ? Comment évolue la relation des scientifiques avec les instruments génériques de visibilité que sont les médias de masse ?
    8. La fraude scientifique s’accroît-elle ? Assiste-t-on à un accroissement des pratiques frauduleuses ou sont-elles simplement mieux détectées et plus médiatisées ? Quelles sont ces pratiques ? Selon quelles logiques les « fraudeurs » agissent-ils ? Y a-t-il des « entrepreneurs de morale » scientifiques ? Comment la fraude est-elle construite comme telle ? Quel est le lien entre la pratique de la fraude et l’incertitude inhérente aux activités de recherche ?
    9. La recherche aux ordres des firmes ? Comment les scientifiques s’accommodent-ils des pressions de l’industrie ? Comment s’organisent les contrepouvoirs ?
    10. La méthode ou l’objet ? Comment s’établissent la division du travail entre spécialistes d’un objet et spécialistes des méthodes ou des instruments. Quelles tensions engendrent-elles ? Comment s’opèrent les inversions de rôles (la méthode devient première et l’objet un simple terrain pour son développement) ?
    11. De nouveaux problèmes d’éthique scientifique ? Quelle forme de contrat moral ou juridique les scientifiques veulent-ils passer avec des citoyens à qui l’on demande leur ADN, des cellules souches, une participation à des expériences risquées ? Comment les scientifiques envisagent-ils l’impact possible sur les sociétés humaines de technologies de manipulation du vivant, voire de la vie elle-même ? Comment les scientifiques relient-ils leur activité à des engagements métaphysiques, mystiques, religieux, politiques ?
    12. Les sciences sociales sont-elles des sciences comme les autres ? Comment repenser la spécificité des sciences sociales ?