Extension du domaine de la publication

De plus en plus, j’ai l’impression de voir des travaux apparentés aux STS être publiés dans des revues plus marginales, c’est-à-dire qui n’appartiennent pas au cœur historique du corpus des STS : Risk Analysis (avec cet article sur le lien entre risque perçu et niveau d’information en matière de réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de modélisation du risque industriel et de sa gestion), CAB Reviews (avec cet article sur l’évolution de l’opinion vis-à-vis des OGM en Europe et aux États-Unis, alors que la revue publie plutôt des articles d’agronomie et de science appliquée), Futuribles (avec cet article sur les dimensions scientifique, idéologique et politique du réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de prospective), Journal of Informetrics (avec cet article sur l’innovation à la frontière entre industrie, laboratoire et hôpital, alors que la revue publie plutôt des articles en science de l’information et bibliométrie)…

Est-ce une illusion d’optique dûe à une veille forcément biaisée de la littérature scientifique ? Ou un vrai effet, qui pourrait s’expliquer de plusieurs façons :

  • l’explosion des recherches STS, qui doivent se trouver de nouveaux débouchés et envahir de nouveaux espaces de publication
  • la légimitation et banalisation de ces recherches, qui sont désormais acceptées par des disciplines centrées sur un objet (l’étude du risque par exemple) pour l’éclairage pertinent qu’elles apportent
  • le passage à une science que Kuhn qualifierait de « normale », faite de micro-variations et micro-vérifications s’inscrivant dans un paradigme largement accepté, qui sont moins intéressantes pour le public des STS que pour le public des disciplines connexes.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Il y a une vie après l'AFM

Quand je discute avec des amis ou collègues qui s’intéressent de loin aux STS (ou qui s’intéressent à un volet particulier du large champ des STS) et qu’arrive sur la table la question profanes/experts avec en ligne de mire le domaine de la santé, on entend immanquablement :

… travaux de Callon et Rabeharisoa sur les association de malades et notamment l’AFM (Association française des myopathies)…

Et je m’inclus moi-même dans le lot, même si je connais également un peu les travaux de Janine Barbot sur l’activisme thérapeutique des malades du SIDA. C’est pourquoi j’ai été heureux de participer au séminaire « Politique et technologie de l’amateur » du 24 avril dernier, qui conviait Madeleine Akrich à parler des experts et amateurs dans les technosciences.

Cetes, Madeleine Akrich est au Centre de sociologie de l’innovation comme Michel Callon. Mais les travaux qu’elle  a présenté sont beaucoup plus récents que le livre emblématique de Callon et Rabeharisoa, Le pouvoir des malades (1999). Dans le travail de Madeleine Akrich, j’ai vu beaucoup de choses intéressantes, qui s’éloignent suffisamment de la piste explorée par nos deux « usual suspects ». Et en plus de questionner la séparation entre experts et profanes (terme moins maladroit que « amateur » dans le contexte médical), elle investit beaucoup la question de l’Internet et de son impact sur l' »empowerment » des patients.

Ainsi, Akrich montre qu’Internet permet de dépasser les modes d’action habituels des associations de malades (mobiliser des connaissances, entre autres scientifiques et médicales, pour faire avancer sa cause dans le cas du SIDA ou constituer en connaissances mobilisables des éléments issus de l’expérience des personnes dans le cas de l’AFM). Ainsi, Internet peut permettre de collecter des données issues de l’expérience des patients (mode d’action n° 2) pour attirer l’attention du corps scientifique sur une question (mode d’action n° 1), comme sur les questions de santé environnementale et de fibryomalgie. C’est ce qu’elle nomme l’épidémiologie profane.

Par l’étude serrée de listes de diffusion et sites communautaires d’information, Akrich montre ensuite comment quelques patients organisés pour faire circuler l’information (essentiellement les publications médicales en anglais) en viennent à faire un travail critique et à produire des analyses, à la façon d’une expertise « profane-experte ». Le cas du site PatientsLikeMe , qui révolutionne la collecte et l’articulation des expériences personnelles et leur mobilisation, a notamment laissé toute la salle bouche bée (ou était-ce juste moi ?) !

Évidemment, les recherches STS liées à Internet m’intéressent au plus haut point et je ne serai pas objectif en disant que je suis heureux d’avoir pu élargir ainsi mon horizon… Mais il y avait une vraie bouffée d’air dans ce séminaire, et il est bon d’emplir sa musette STS d’autres travaux que ceux sur l’AFM !