Son bonheur dans les appels à projet du 7e PCRD

Le 30 juillet prochain seront publiés les nouveaux appels à projet du programme « Science dans la société » du 7e PCRD. Et après avoir assisté à une journée d’information organisée par le Point de contact national (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), je suis convaincu que la communauté STS a une belle carte à jouer. La date limite de rendu est le 21 juillet mais il n’est pas trop tôt pour se pencher sur les éléments que j’ai pêché pour vous…

Deux appels s’inscriront dans l’activité « Mieux comprendre la place de la science et technologie dans la société », destinés à financer chacun un projet de recherche (européen, évidemment) jusqu’à hauteur de 1,5 million d’euros. En particulier, ils touchent aux questions d’éthique, de gouvernance et de régulation. Le premier s’intéresse à la place dans le monde des actions européennes en matière de normes éthiques, avec en ligne de mire une meilleure compréhension de la façon d’utiliser l’éthique dans le gouvernement mondial de la science. Le second cherche à déterminer quel type d’expertise en éthique est nécessaire pour le développement des politiques publiques et comment elle devrait être encadrée. L’impact attendu est une meilleure compréhension de la manière d’utiliser l’éthique dans les processus d’élaboration des politiques aux niveaux national et européen. Un exemple de problématique est donné : « Jusqu’où peut-on aller dans l’amélioration de l’homme quand, dans le même temps, le dopage est strictement contrôlé dans le domaine du sport » ?

Une autre ligne d’appel à projet concerne le renforcement et l’amélioration du système européen de recherche. Destiné à financer de 1 à 3 projets, avec une enveloppe totale de 3 millions d’euros, l’appel cherche à repenser le système d’évaluation individuelle des chercheurs et attend le développement de nouveaux indicateurs : pertinence des recherches pour les citoyens, prise en compte des défis sociétaux, contribution à l’élaboration des politiques publiques, initiatives de communication scientifique, contribution à l’éducation à la science, bref autant de dimensions qui sont actuellement ignorées du système d’évaluation et de récompense des chercheurs. Cet appel est l’occasion rêvée de développer à l’échelle européenne la batterie d’indicateurs 2.0 dont parlent Gabriel Gallezot et Olivier Le Deuff dans leur article « Chercheurs 2.0 ? » !

Enfin, le plus gros appel concernera la mise en commun des efforts de participation du public et de démocratie technique. Il s’agit notamment de rompre avec l’habitude des expériences isolées (une expo participative par ci, une conférence de citoyens par là) et de réunir le plus d’acteurs possibles (opérateurs de recherche, organisations de la société civile, décideurs politiques…) autour d’une pratique et d’en mesurer les effets (c’est là que s’insèrent les chercheurs STS) à l’échelle européenne. Jean-Pierre Alix a affirmé qu’il s’agissait pas moins que d’établir « le nouveau standard européen de la communication des sciences » tellement l’appel est ambitieux (4 projets financés sur 4 ans, avec chacun au moins 10 partenaires issus de 10 pays différents). Enveloppe totale : 16,5 millions d’euros !

Avouons qu’il y aurait des choses intéressantes à faire avec tout ça, en particulier pour la communauté française.

Qui connaît les conférences de citoyens ?

Cela ne fait-il pas des années que la communauté STS française travaille et publie sur la notion de « conférences de citoyens » (y compris encore récemment dans la revue Nature) ? N’a-t-on pas eu une conférence de citoyens sur les OGM, puis sur le réchauffement climatique, les nanotechnologies… ? La Fondation Science citoyennes, à laquelle participent des historiens et sociologues des sciences comme Christophe Bonneuil, ne milite-t-elle pas activement en faveur de ce mode de participation du public ?

On pourrait donc croire que les conférences de citoyens font partie du bagage indispensable de tout scientifique ou décideur de ce pays. Que nenni. Si les États généraux de la bioéthique qui se déroulent actuellement y ont fait appel, c’est presque en raison d’un sacré concours de circonstances. Jean Leonetti, le président du comité de pilotage des États généraux, raconte dans Le Monde :

Nous ne voulions pas que ce débat soit confisqué par les experts, les politiques ou les lobbys. Nous voulions faire intervenir les citoyens mais nous ne savions pas sous quelle forme. Un jour, dans un débat, Noël Mamère a évoqué les méthodes scandinaves des panels citoyens. Je suis allé le voir à la fin de notre échange, nous avons discuté et cette idée a finalement été retenue.

encore, c’est presque un échec collectif de la communauté des STS, qui n’a pas réussi à publiciser suffisamment son travail. À moins qu’il faille retenir que le politique (ici, Noël Mamère) reste le dernier maillon, indispensable à l’action ? À méditer…

Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée « Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur « Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques » (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !