Cancers et environnement au prisme des STS

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a rendu au début du mois son avis sur les liens entre cancers et environnement. D’après le communiqué de presse, ce rapport s’est appuyé sur l’expertise collective d’octobre 2008 qui avait mobilisé 40 chercheurs pour analyser 1800 articles de la littérature scientifique, pour la confronter aux « positions des parties compétentes en auditionnant 17 organismes scientifiques et 21 personnalités de la science, des mondes professionnels, des associations et du monde judiciaire, des sciences socio-économiques et des lanceurs d’alerte » — une ouverture à la société civile qui « constitue une première dans ce domaine ».

Parmi les personnalités convoquées, notons la présence de Martine Bungener, économiste et directrice du Cermes, et Jean-Paul Gaudillière, historien de la médecine au sein du même Cermes — qui ont pu représenter les STS. Chaque audition a donné lieu à un compte-rendu, où l’on peut notamment lire ce passage qui éclaire les STS en action :

Jean-Paul Gaudillière précise qu’il a travaillé sur les transformations des savoirs, de la santé et de la médecine au 20e siècle, en particulier sur la recherche biomédicale, la recherche thérapeutique et, au-delà, sur la façon dont sont articulés savoirs, pratique médicale et leurs usages dans d’autres espaces sociaux qui peuvent être technologiques, industriels ou politiques. C’est un travail qui, de manière générale, démarre de la question des savoirs, de leur statut, de leur genèse et de leurs modalités d’usage. C’est comme cela qu’il a été amené à s’intéresser à un certain nombre d’objets qui sont à la croisée de « santé et environnement » et, en particulier à un certain nombre de questions comme la conduite de l’expertise, le débat public et les modalités de la gestion du risque.

Avec ces quelques notes sur la place des STS, parmi les sciences sociales, dans l’expertise environnementale ou médicale :

Le rôle des sciences sociales n’est donc pas seulement d’objectiver et d’aider à comprendre les perceptions du risque mais peut aussi être de questionner la nature et les modalités de genèse des savoirs. Ne serait-ce qu’en rappelant que les savoirs sont situés, que face à un problème il existe rarement une seule « one best way » mais plusieurs registres de preuves, qu’il y a une pluralité d’acteurs compétents, qu’on a tout intérêt à préserver et à organiser les processus d’expertise de manière à préserver cette pluralité.

La question de la politique des substance cancérigènes et des liens entre cancers et environnement est une de celles travaillées actuellement par notre champ, comme en témoigne le colloque « Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries » organisé par l’université de Strasbourg en mars 2010. Entre recherche et expertise publique, on voit ici les ramifications d’une problématique scientifique dont l’actualité et la visibilité deviennent brûlantes.

Sociologie 2.0

C’est une nouvelle qui concerne la sociologie dans son ensemble, au-delà du champ STS, mais qui vaut la peine d’être signalée ici : la revue Sociologie, qui se lancera en 2010 sous les auspices de Serge Paugam et des PUF, annonce qu’elle proposera une rubrique innovante intitulée « Sociologie 2.0 ».

Dans cette rubrique, la revue publiera, en supplément électronique de chaque numéro de la version papier, un article scientifique original distingué par la mobilisation de procédés faisant un usage avancé de dispositifs numériques innovants d’argumentation, d’administration de la preuve et de documentation de la recherche (techniques d’enrichissement textuel, documents audiovisuels, représentations graphiques animées…).

Amis des cartographies et représentations 2D ou 3D, des matériaux historiques ou sociologiques non-standards, à vous de jouer !

STS Mixtures : un blog, un Twitter et des vidéos conférences

Après Helen Verran, c’est Susan Leigh Star qui donnera une conférence en ligne le 29 juillet, dans le cadre du programme de recherche « STS Mixtures – Materiality, Specificity and Story ». L’occasion d’assister à une intervention de haut niveau (intitulée « Silence and Invisible Work ») et de pouvoir poser des questions depuis n’importe où dans le monde grâce à Twitter. Attention, l’inscription est obligatoire avant vendredi 17.

C’est évidemment une initiative à saluer. Voici l’argument de ce projet de recherche :

How might Science & Technology Studies (STS) attend to empirical ‘details’ – the specificity of evidence and materials – differently, considering their performative effects and ontological enactments?

Un séminaire a déjà été organisé en mars à l’Université de Lancaster et une autre vidéo-conférence aura lieu en octobre. À suivre sur le blog STS Mixtures.

Réflexivité du journalisme scientifique

À l’occasion du 6th World Conference of Science Journalism qui se terminait aujourd’hui à Londres, la revue Nature vient de mettre en ligne un dossier spécial proposant plusieurs essais sur l’histoire et l’avenir du journalisme scientifique. Je recommande particulièrement l’article de Boyce Rensberger, ancien reporter scientifique au Washington Post et New York Times et plus récemment, directeur du programme de journalisme scientifique au MIT.

Intitulé « Science journalism: Too close for comfort », son texte se penche sur les liens organiques qui ont existé entre la communauté scientifique (ou militaire) et les journalistes, avec notamment William Laurence (qui couvrit le projet Manhattan pour le New York Times tout en rédigeant des communiqués de presse pour l’armée américaine). Puis vinrent Rachel Carson avec son Silent Spring, et l’accident de la centrale de Three Mile Island, qui ouvrirent la voie au journalisme de chien de garde (« watchdog journalism »).

Rensberger conclut en s’interrogeant sur le devenir du journalisme scientifique à l’ère du numérique et après des coupes claires dans les effectifs. On notera avec intérêt que dans sa réflexion, il mobilise le travail de Bruce V. Lewenstein (professeur de communication scientifique à Cornell University et spécialiste de son histoire), en particulier son article paru dans le premier numéro de la revue Public Understanding of Science.

Dominique Pestre sur la double nature des technologies

Dominique Pestre est intervenu à Marseille le 19 juin devant un parterre de technophiles, internautes et passionés des usages du numérique. Lors de ce colloque (intitulée Lift), il a démontré avec brio que les STS ont leur mot à dire pour éclairer les nouveaux enjeux du web. Surtout, à en croire les participants qui en ont parlé sur le net, il a donné le ton des 2 journées du colloque et a insufflé quelques réflexions qui ont fait leur petit bout de chemin… Je copie ci-dessous un texte écrit par Hubert Guillaud (sous licence CC-BY-NC) qui résume la présentation de Pestre pour ceux qui l’auraient manquée.

Pour comprendre la relation entre technologie et société, nous explique l’historien des sciences Dominique Pestre, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, il faut comprendre l’ambiguïté, la tension, les contradictions qui sont constitutives de cette relation. “Il y a une contradiction entre la logique de l’innovation, le changement technoscientifique qu’elle induit et les formes de vies et valeurs sociales qu’elles portent”.

La technologie déstabilise la vie des gens, change les normes, transforme les équilibres de la société. Il est donc tout à fait normal que la société réagisse à ces transformations. La biotechnologie par exemple, dans la façon dont elle propose de transformer le corps en intervenant sur ce qui constitue la définition même de l’homme (le clonage, les limites de la vie…), déclenche naturellement des débats.

Dominique Pestre sur la scène de Lift par Christophe Ducamp

Image : Dominique Pestre sur la scène de Lift par Christophe Ducamp.

Cette première tension entre technologie et société se prolonge par l’opposition entre la logique de marché et celle de démocratie. En effet, explique l’historien, innovation et nouveaux produits technologiques sont d’abord proposés par le marché… mais il faut attendre qu’ils se soient profondément et massivement répandus dans la société pour en voir et en comprendre les effets positifs et négatifs, pour en comprendre le sens et ce qu’ils transforment. Il y a un délai dans la façon même dont se diffuse l’innovation. On se rend compte par exemple des effets possibles des ondes électromagnétiques, une fois que les produits qui les utilisent se sont démultipliés dans la société et en ont démultiplié les effets.

La troisième tension que pointe Dominique Pestre est celle du besoin de gouvernance et de gestion de nos technologies. Si la relation entre la liberté de l’individu et la régulation collective est complexe, force est de constater que la demande de régulation collective s’oppose toujours avec la liberté individuelle.

La dernière tension repose autour des multiples formes de régulations qui existent. La base de la démocratie repose sur la séparation des pouvoirs, rappelle l’historien des sciences. Or, les avancées technologiques déstabilisent la société et l’ordre démocratique car ils remettent en cause les logiques de séparation des pouvoirs. La naissance de l’industrie chimique autour de Marseille dans les années 1810, par exemple, a bouleversé la campagne environnant l’étang de Berre, en y faisant naître des complexes industriels qui ont généré des tensions très vives entre ces nouveaux venus et les populations rurales. Il fallait d’un côté défendre l’économie nationale et forcer l’implantation d’une industrie en plein essor, et de l’autre, assurer aux populations locales la défense de leurs intérêts. Cet enracinement industriel a déclenché de nombreux affrontements et procès, comme on le voit aujourd’hui sur d’autres terrains d’innovation (OGM, ondes électromagnétiques…).

Comme le rappellent les présupposés introductifs et thématiques de Lift : les nouvelles technologies proposent un monde dématérialisé, ouvert à tous, libre et écologique. Mais le partage de ces présupposés n’est pas si simple, comme le souligne l’historienne des sciences Chandra Mukerji : “Nous n’avons pas renoncé à notre existence matérielle lorsque nous surfons sur le net : nous n’avons pas renoncé non plus à notre exigence d’intégrité territoriale… Nous avons simplement produit par l’ingénierie matérielle un [Occident puissant] dont les frontières sont suffisamment efficaces pour être considérées comme imaginaires ou fluides, et où les corps sont suffisamment sains pour être oubliés”.

On parle beaucoup également d’économie cognitive, de société de la connaissance et de propriété. Il faut bien voir que l’économie cognitive est une nouvelle façon de faire des affaires et des profits. Cela ne signifie pas que le principe est mauvais, mais qu’il faut y prêter attention. Quant à la propriété intellectuelle, ses règles ont toujours été redéfinies à chaque grande révolution industrielle, rappelle l’historien. Il n’est donc pas surprenant de constater les conflits dont elle est l’enjeu.

Les usages et l’innovation ascendante (c’est-à-dire l’innovation par les utilisateurs comme l’a théorisé Eric Von Hippel dans Democratizing Innovation) sont des notions importantes et qui méritent d’être défendues. Elles ont toujours été le coeur de l’innovation technologique… – cf. notre entretien avec le sociologue Dominique Cardon qui faisait le point sur cette forme d’innovation. “Ce sont toujours les utilisateurs qui sont à l’origine des innovations”, rappelle Dominique Pestre : que l’on observe l’histoire de la radio ou de la pharmacologie. Mais elles ont aussi toujours été étudiées et utilisées par les hommes d’affaires pour améliorer leurs produits.

Bref, conclut le chercheur en introduction à ces deux jours, comme pour nous mettre en garde : “Souvenons-nous que les technologies ont toujours une double nature.”

[dailymotion id=x9mv6a_interwiew-dominique-pestre_tech]