Lorraine Daston sur les STS et l'histoire des sciences

Lorraine Daston vient de publier dans Critical Inquiry un article qui se penche sur les liens entre les STS et l’histoire des sciences. Le blog du Philadelphia Area Center for History of Science en livre un compte-rendu dont quelques points valent d’être repris. Daston note qu’après une période de vive interaction, l’histoire des sciences et les STS ont divergé dans les années 1990. Leur posture commune de mise à distance (estrangement) de la science contemporaine n’eut plus les mêmes motivations : les STS excluent désormais tout caractère exceptionnel de l’activité scientifique et refusent de donner une place privilégiée aux témoignages des chercheurs ; les historiens des sciences auraient moins de prévention vis-à-vis de la science contemporaine et seraient plutôt enclins à interroger l’historiographie innée des scientifiques et de leur discipline. Travaillant sur des objets plus contemporains, les STS interrogeraient plus la façon dont la science fonctionne que sa nature ; les historiens des sciences, particulièrement ceux étudiant la science pré-moderne, doivent au contraire déterminer aussi bien ce qu’est la science que la façon dont elle était pratiquée. Alors que les STS ont dérivé vers la suspicion, l’histoire s’est concentrée sur la compréhension (Verstehen).

Désormais, les STS semblent bien plus à l’étroit et en péril que l’histoire des sciences, discipline bien établie et nourrie des méthodes de l’histoire générale, quand les STS subsistent aux marges. Sentant que les STS ne sont plus capables d’offrir une vision complète (et non fragmentée) de ce qu’est la science et comment elle fonctionne, Lorraine Daston fait alors un appel à un projet interdisciplinaire, porté par la… philosphie !

Notons que l’excellent blog « Ether Wave Propaganda » nuance quelque peu l’analyse et les conclusions de Lorrain Daston.

Référence : Lorraine Daston, “Science Studies and the History of Science”, Critical Inquiry 35(2009): 805

Expérience de transgenèse ou de sociologie ?

Deux semaines après que l’essai de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar a été détruit, l’Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace a publié un communiqué. On se souvient que ces vignes, expérience réussie de consensus citoyen, faisaient la fierté de l’Inra (et du directeur du centre de Colmar, Jean Masson, qui en parle toujours avec des sanglots dans la voix). Pierre-Benoît Joly, à l’origine de la méthode de délibération et de participation ayant permis l’essai, en a notamment parlé dans la revue Nature.

Mais voilà qu’un individu ayant apparemment agi seul, au mépris du consensus des acteurs locaux et de toutes les précautions entourant l’essai, a mis une fin (provisoire) à cette expérience. La réaction de l’OPABA vaut le détour. Visiblement, ils soutiennent le vandale. Mais surtout, il font de l’essai « autant une recherche sociologique qu’agronomique – sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin ».

Ce retournement est intéressant et je ne crois pas l’avoir vu avant. En substance, il avance que si le consensus citoyen est autant sous l’emprise des sociologues des sciences, c’est bien que nous sommes dans la recherche sociologique et même pas dans l’application. Et que comme le consensus était local, une affaire d’individus souvent lâchés par leurs organisations respectives, alors il ne peut s’imposer à tous.

Pour la communauté des STS, c’est un coup de semonce : il faut réfléchir aux conséquences de la recherche-action et d’accompagner autant les savoirs STS dans la sphère politique. Car si ces initiatives échouent, qu’adviendra-t-il de la discipline ? Et pour ce blog qui tente d’introduire de la réflexivité dans la recherche et les applications des STS, c’est presque du pain béni !

Le CNRS invite les STS pour ses 70 ans

Dans le cadre de son 70e anniversaire, le CNRS organise le 19 octobre une journée de colloque consacrée à la recherche et au métier de chercheur (inscription obligatoire). On y retrouve l’immanquable table-ronde consacrée au dialogue science-société.

S’ils n’innovent pas dans la forme, au moins le fond est garanti 100 % béton : sous la houlette de Jean-Pierre Alix interviendront Dominique Pestre et Christophe Bonneuil (deux éminents STS-iens), plus une poignée d’autres chercheurs, un député et un journaliste.

En attendant le colloque, dont on suppose qu’il sera très fréquenté mais que la face du monde n’en sera pas changée, on peut se mettre quelques résumés d’intervention sous la dent…