Suivre en direct le colloque 4S 2009

La Society for Social Studies of Science, surnommée 4S, tient en ce moment son colloque annuel à Arlington (banlieue de Washington, DC). L’année dernière, un participant avait tenu un blog dédié afin de partager son expérience du congrès.

Rien de tel ne semble avoir été entrepris cette année. On lira cependant des bribes du colloque sur le blog de Christina K. Pikas, doctorante en sciences de l’information (et donc centré sur ces thématiques). Si vous connaissez d’autres blogueurs qui sont sur place, merci de les indiquer en commentaire.

Et puis comme 2009 est l’année Twitter, on se tournera également vers ce média pour tâter le pouls des discussions et de l’atmosphère (les messages étant limités à 140 caractères). Jeremy Hunsinger a compilé une liste de 16 utilisateurs Twitter qui participent au colloque et couvrent l’événement. Leurs contributions s’affichent au fur et à mesure sur cette page mais on peut aussi bien chercher l’ensemble des publications possédant le hashtag 4s09.

Nathalie Jas sur les STS

Dans le cadre d’une nouvelle web TV consacrée à la science telle qu’elle se fait (et telle quelle est racontée par la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences), je commence à filmer des entretiens avec des chercheurs STS. J’en profite naturellement pour leur tendre un miroir sur leurs pratiques et leur vision du champ STS. Ce sont ces vidéos que je publierai régulièrement ici, en commençant par Nathalie Jas, historienne de l’agriculture et des sciences agronomiques.

Dr. Latour et Mr. Wells

Le Genomics Forum, groupe de recherche, d’expertise et de débat sur la génétique dans la société, organisait il y a 2 jours à Edimbourg une soirée publique provocativement intitulée « The Laboratory of Doctor Latour, and Other Stories ». Le but de ce social event (comprendre : il y avait de quoi boire et manger) : mettre côte à côte la science-fiction et les STS, qui ont pour point commun de raconter des histoires sur la science, et notamment de répondre à la question : « Qu’est-ce que veut dire qu’être un scientifique ? »

Les sujets à aborder étaient probablement trop nombreux pour un événement de deux heures mais plusieurs points ont pu être précisés. D’abord, il semble que l’image du savant fou n’ait plus court dans la littérature de science-fiction, alors qu’elle subsiste dans les jeux vidéo et au cinéma. Ensuite, le sociologue des sciences Steve Yearley a reconnu que l’anthropologie de laboratoire, notamment La Vie de laboratoire de Bruno Latour, a pu repousser les scientifiques tellement elle est naïve (un parti-pris de méthode).

Une spécialiste de biologie synthétique a fait remarquer à quel point le biologiste solitaire décrit par la science-fiction est éloigné du travail en communauté (interdisciplinaire) qui caractérise sa discipline. Enfin, le biologiste Chris French a livré les résultats d’une enquête informelle menée auprès de ses collègues sur la perception de l’image du chercheur dans la science-fiction ou les travaux STS. Entre ceux dont la vocation est née en lisant de la science-fiction et ceux qui y voient surtout une représentation négative, ou entre ceux qui ignoraient l’existence de la sociologie des sciences et ceux qui se rappelent encore de l’affaire Sokal, le spectre des opinions est assez vaste. Chris French a néanmoins fait remarquer que la recherche étant par définition une activité frustrante, il est bon de se tourner vers la SF pour voir des chercheurs réussir des coups d’éclat !

J’ai apprécié qu’il n’ait pas été fait mention des « deux cultures » de CP Snow (une notion souvent plus stérilisante qu’autre chose) et quelqu’un s’est demandé si finalement, la représentation « irréaliste » du chercheur dans la fiction ne vaut pas pour toutes les professions du monde…

En tous cas, il me semble que ce type d’initiatives venant de la communauté des STS et s’ouvrant à d’autres types de discours sur la science et un public extérieur, est à encourager des deux côtés de la Manche.

Lancement du Pris(m)e de tête

Dans la plupart des débats qui importent (quelle agriculture ? quel développement ? quelle énergie ? quelle reproduction ?), les questions techniques se mêlent à des considérations politiques, culturelles, historiques. Le sociologue, l’historien, le philosophe ont autant d’éclairages à nous apporter que le physicien, le biologiste ou le mathématicien.

C’est ainsi que Dominique Pestre inaugure aujourd’hui le Pris(m)e de tête. Ce nouveau venu dans la blogosphère STS, porté par le Prisme à idées, espère explorer chaque jeudi les sciences vues par les sciences humaines et sociales. Sont prévus dans les prochaines semaines des billets sur Thomas Kuhn, la notion de progrès, l’histoire de l’écologie, les effets de la vulgarisation scientifique ou encore le couple expérience/théorie en science.

Nous souhaitons la bienvenue et une longue vie à ce blog !

L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (« Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ? ») revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur « refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive ». On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non « réversible ».

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes « des alertes et des crises » de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l' »acceptabilité sociale » d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique « officielle » semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues « d’en haut » et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait « rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable ». On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…