Un appel ANR très transparent

L’Agence nationale de la recherche (ANR) a publié il y a quelques semaines la liste des projets sélectionnés dans le cadre de son programme « Sciences, technologies et savoirs en sociétés. Enjeux actuels, questions historiques ». C’est un bon moyen de savoir de quoi les recherches STS seront faites dans les prochaines années, de l’étude du benchmarking comme dispositif de gouvernement à la circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (XVIe-XXe siècle) en passant par les régimes d’innovation pharmaceutique au sud.

Mais la genèse de ce programme vaut également le détour. Lancé en janvier 2009, il avait été précédé pendant l’année 2008 par une démarche préparatoire intitulée ARP (Action de réflexion prospective), autour d’une série d’ateliers réunissant deux à trois cents personnes et orchestrée par Dominique Pestre.

Chance pour nous, les Cahiers du M.U.R.S. ont assuré la publication des synthèses de ce travail, dans un numéro spécial présenté par Jean-Pierre Alix dans les premières minutes de cette vidéo et dont on peut retrouver les textes en PDF sur le site de l’IFRIS.

Enfin, ce travail ne serait rien sans le droit à la critique exercé notamment par l’association WebAtlas dans un texte qui exprime quelques regrets sur la teneur de l’appel. Ils font notamment le constat de définitions un peu trop rigides de la science d’un côté et de la société de l’autre, dans une perspective aussi linéaire que descendante. Pour eux, le programme a fait l’impasse sur « l’étude et la mise en œuvre des processus ascendants de construction des savoirs scientifiques, des technologies contemporaines et de l’innovation qui peut être tour à tour (et sans hiérarchie) aussi bien scientifique, technique, industrielle que citoyenne » et manque d’une dimension prospective qui ne convoquerait plus seulement les SHS « depuis la périphérie (épistémologique, historique, sociale) des phénomènes scientifiques expérimentaux et des produits de l’innovation industrielle ».

Observer la culture scientifique et technique

Laurent Chicoineau, directeur du Centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) de Grenoble – La Casemate, raconte sur son blog que les CCSTI de France et de Navarre vont réfléchir les 26 et 27 novembre au lancement d’un futur Observatoire national de la culture scientifique et technique. Dans le contexte de la Loi organique relative aux lois de finance (LOLF) et de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), il s’agit comme partout de quantifier et évaluer les activités du secteur public, pour en mesurer l’efficacité.

Mais au-delà de ce projet très managérial, L. Chicoineau y voit la possibilité de promouvoir une meilleure alliance entre la recherche et l’action. À l’instar de l’Observatoire des politiques culturelles mis en place à Grenoble il y a tout juste 20 ans et adossé à l’Université de Grenoble, le futur Observatoire national de la culture scientifique et technique pourrait se trouver un partenaire académique. Le Cluster 14 de la région Rhône-Alpes (qui organise ses secondes Rencontres annuelles très bientôt), coordonné par Jöelle Le Marec (ENS Lyon), est pressenti, ce qui pourrait déboucher sur une expérimentation à l’échelle des deux régions : Bourgogne pour l’Observatoire et Rhône-Alpes pour le réseau de recherche pluridisciplinaire. À suivre…

Galilée et la mise en scène de l’expérience scientifique

Comment représenter au théâtre la scène fondatrice de la modernité : Galilée aux prises avec ses ennemis, tentant de prouver que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers ? Il y a le Galilée version Brecht, héros de la Vérité, triomphant de l’erreur d’Aristote, victime de l’idéologie du pouvoir religieux. Ce Galilée-là, tout le monde le connait. Comme dans cet article du blog Infusion de sciences, il « infuse » encore largement la vulgarisation scientifique. A l’opposé, le Galilée très post-moderne de Jean-François Peyret dans Tournant Autour de Galilée réutilisait la vision brechtienne pour mieux en détourner le spectateur. Le spectacle a suscité le texte suivant de Bruno Latour et Frédérique Ait-Touati sur la représentation des sciences au théâtre.

Mais enfin quand pourra-t-on voir un Galilée version STS, dans sa pratique des expériences, utilisant ses instruments, réunissant des preuves fragiles, inventant une rhétorique, engagé dans une controverse ? Judith Larnaud-Joly et sa compagnie le Groupe EL tentent l’expérience en allant au plus direct : mettre en scène le texte de Galilé lui-même, le Dialogue sur les Deux Systèmes du Monde paru en 1632. Le spectacle s’appelle Je me suis souvent étonné – Une Dispute sur le mouvement de la Terre. La forme de dialogue utilisée par Galilée s’y prête certes, mais dans l’adaptation du texte, bien sûr drastique, le souci pédagogique risque toujours de prendre le dessus sur les enjeux dramatiques … et de gâcher l’affaire. Et pourtant ça marche. S’il n’est pas facile d’adhérer aux positions de Simplicio, partisan d’Aristote, et qui se fait laminer par les démonstrations de Salviati alias Galilée, on assiste quand même à une bataille. Mieux : selon que Simplicio, au cours du spectacle, encaisse les assauts de Salviati, retrouve ses certitudes dans les écrits des maîtres, ou que sa conviction s’affaiblit, le basculement du monde tient sur le moment à peu de choses. En même temps que Simplicio résiste aux attaques de Saliviati, le spectacle résiste au positivisme. Si elle fait peur à l’historien des sciences, l’expérience devrait plaire au praticien des STS.