À qui profite la vulgarisation scientifique ?

C’est la question que posait Joëlle Le Marec dans son intervention au cycle de conférences « La vulgarisation scientifique : une mode ? Une nécessité ? Une illusion ? » à l’ENS Lyon (fichier audio), et que j’ai reprise dans un billet qui vient de paraître sur le blog « Pris(m)e de tête ». J’y parle de l’attrait pour les productions culturelles à propos de science, avec une multiplication des actions de culture scientifique et technique qui profite surtout à elle-même, mais aussi du futur colloque « Sciences de la vie en société » du Genopole qui a bien changé depuis que l’IFRIS a été appelé en renfort.

CfP : le désaccord dans les STS

À l’occasion du prochain congrès annuel de la Society for Social Studies of Science , dit 4S (25-29 août 2010 à Tokyo), un appel à communication intéressant vient d’être lancé. Faisant le constat que de nombreuses contributions essentielles au champ des STS ont émergé de débats féroces (entre les membres de la communauté mais aussi avec ceux qui n’y appartiennent pas), les organisateurs de la session « I really must differ… » — Pertinent disagreements cherchent à renouer avec la tradition académique du débat critique. Leur préoccupation est notamment qu’au fil de l’institutionnalisation des STS, le dynamisme et l’interrogation qui les caractérisaient se perdent. Évidemment, le format même de la session donnera toute sa place à la controverse en mettant au centre les sujets de débat.

Pour plus d’informations, lire le CfP (première échéance le 13 janvier) organisé par Claes-Fredrik Helgesson (Université Linköping, Suède) et Brian Rappert (Université d’Exeter, Royaume-Uni).