Un appel ANR très transparent

L’Agence nationale de la recherche (ANR) a publié il y a quelques semaines la liste des projets sélectionnés dans le cadre de son programme « Sciences, technologies et savoirs en sociétés. Enjeux actuels, questions historiques ». C’est un bon moyen de savoir de quoi les recherches STS seront faites dans les prochaines années, de l’étude du benchmarking comme dispositif de gouvernement à la circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (XVIe-XXe siècle) en passant par les régimes d’innovation pharmaceutique au sud.

Mais la genèse de ce programme vaut également le détour. Lancé en janvier 2009, il avait été précédé pendant l’année 2008 par une démarche préparatoire intitulée ARP (Action de réflexion prospective), autour d’une série d’ateliers réunissant deux à trois cents personnes et orchestrée par Dominique Pestre.

Chance pour nous, les Cahiers du M.U.R.S. ont assuré la publication des synthèses de ce travail, dans un numéro spécial présenté par Jean-Pierre Alix dans les premières minutes de cette vidéo et dont on peut retrouver les textes en PDF sur le site de l’IFRIS.

Enfin, ce travail ne serait rien sans le droit à la critique exercé notamment par l’association WebAtlas dans un texte qui exprime quelques regrets sur la teneur de l’appel. Ils font notamment le constat de définitions un peu trop rigides de la science d’un côté et de la société de l’autre, dans une perspective aussi linéaire que descendante. Pour eux, le programme a fait l’impasse sur « l’étude et la mise en œuvre des processus ascendants de construction des savoirs scientifiques, des technologies contemporaines et de l’innovation qui peut être tour à tour (et sans hiérarchie) aussi bien scientifique, technique, industrielle que citoyenne » et manque d’une dimension prospective qui ne convoquerait plus seulement les SHS « depuis la périphérie (épistémologique, historique, sociale) des phénomènes scientifiques expérimentaux et des produits de l’innovation industrielle ».

Observer la culture scientifique et technique

Laurent Chicoineau, directeur du Centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) de Grenoble – La Casemate, raconte sur son blog que les CCSTI de France et de Navarre vont réfléchir les 26 et 27 novembre au lancement d’un futur Observatoire national de la culture scientifique et technique. Dans le contexte de la Loi organique relative aux lois de finance (LOLF) et de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), il s’agit comme partout de quantifier et évaluer les activités du secteur public, pour en mesurer l’efficacité.

Mais au-delà de ce projet très managérial, L. Chicoineau y voit la possibilité de promouvoir une meilleure alliance entre la recherche et l’action. À l’instar de l’Observatoire des politiques culturelles mis en place à Grenoble il y a tout juste 20 ans et adossé à l’Université de Grenoble, le futur Observatoire national de la culture scientifique et technique pourrait se trouver un partenaire académique. Le Cluster 14 de la région Rhône-Alpes (qui organise ses secondes Rencontres annuelles très bientôt), coordonné par Jöelle Le Marec (ENS Lyon), est pressenti, ce qui pourrait déboucher sur une expérimentation à l’échelle des deux régions : Bourgogne pour l’Observatoire et Rhône-Alpes pour le réseau de recherche pluridisciplinaire. À suivre…

Galilée et la mise en scène de l’expérience scientifique

Comment représenter au théâtre la scène fondatrice de la modernité : Galilée aux prises avec ses ennemis, tentant de prouver que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers ? Il y a le Galilée version Brecht, héros de la Vérité, triomphant de l’erreur d’Aristote, victime de l’idéologie du pouvoir religieux. Ce Galilée-là, tout le monde le connait. Comme dans cet article du blog Infusion de sciences, il « infuse » encore largement la vulgarisation scientifique. A l’opposé, le Galilée très post-moderne de Jean-François Peyret dans Tournant Autour de Galilée réutilisait la vision brechtienne pour mieux en détourner le spectateur. Le spectacle a suscité le texte suivant de Bruno Latour et Frédérique Ait-Touati sur la représentation des sciences au théâtre.

Mais enfin quand pourra-t-on voir un Galilée version STS, dans sa pratique des expériences, utilisant ses instruments, réunissant des preuves fragiles, inventant une rhétorique, engagé dans une controverse ? Judith Larnaud-Joly et sa compagnie le Groupe EL tentent l’expérience en allant au plus direct : mettre en scène le texte de Galilé lui-même, le Dialogue sur les Deux Systèmes du Monde paru en 1632. Le spectacle s’appelle Je me suis souvent étonné – Une Dispute sur le mouvement de la Terre. La forme de dialogue utilisée par Galilée s’y prête certes, mais dans l’adaptation du texte, bien sûr drastique, le souci pédagogique risque toujours de prendre le dessus sur les enjeux dramatiques … et de gâcher l’affaire. Et pourtant ça marche. S’il n’est pas facile d’adhérer aux positions de Simplicio, partisan d’Aristote, et qui se fait laminer par les démonstrations de Salviati alias Galilée, on assiste quand même à une bataille. Mieux : selon que Simplicio, au cours du spectacle, encaisse les assauts de Salviati, retrouve ses certitudes dans les écrits des maîtres, ou que sa conviction s’affaiblit, le basculement du monde tient sur le moment à peu de choses. En même temps que Simplicio résiste aux attaques de Saliviati, le spectacle résiste au positivisme. Si elle fait peur à l’historien des sciences, l’expérience devrait plaire au praticien des STS.

Suivre en direct le colloque 4S 2009

La Society for Social Studies of Science, surnommée 4S, tient en ce moment son colloque annuel à Arlington (banlieue de Washington, DC). L’année dernière, un participant avait tenu un blog dédié afin de partager son expérience du congrès.

Rien de tel ne semble avoir été entrepris cette année. On lira cependant des bribes du colloque sur le blog de Christina K. Pikas, doctorante en sciences de l’information (et donc centré sur ces thématiques). Si vous connaissez d’autres blogueurs qui sont sur place, merci de les indiquer en commentaire.

Et puis comme 2009 est l’année Twitter, on se tournera également vers ce média pour tâter le pouls des discussions et de l’atmosphère (les messages étant limités à 140 caractères). Jeremy Hunsinger a compilé une liste de 16 utilisateurs Twitter qui participent au colloque et couvrent l’événement. Leurs contributions s’affichent au fur et à mesure sur cette page mais on peut aussi bien chercher l’ensemble des publications possédant le hashtag 4s09.

Nathalie Jas sur les STS

Dans le cadre d’une nouvelle web TV consacrée à la science telle qu’elle se fait (et telle quelle est racontée par la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences), je commence à filmer des entretiens avec des chercheurs STS. J’en profite naturellement pour leur tendre un miroir sur leurs pratiques et leur vision du champ STS. Ce sont ces vidéos que je publierai régulièrement ici, en commençant par Nathalie Jas, historienne de l’agriculture et des sciences agronomiques.

Dr. Latour et Mr. Wells

Le Genomics Forum, groupe de recherche, d’expertise et de débat sur la génétique dans la société, organisait il y a 2 jours à Edimbourg une soirée publique provocativement intitulée « The Laboratory of Doctor Latour, and Other Stories ». Le but de ce social event (comprendre : il y avait de quoi boire et manger) : mettre côte à côte la science-fiction et les STS, qui ont pour point commun de raconter des histoires sur la science, et notamment de répondre à la question : « Qu’est-ce que veut dire qu’être un scientifique ? »

Les sujets à aborder étaient probablement trop nombreux pour un événement de deux heures mais plusieurs points ont pu être précisés. D’abord, il semble que l’image du savant fou n’ait plus court dans la littérature de science-fiction, alors qu’elle subsiste dans les jeux vidéo et au cinéma. Ensuite, le sociologue des sciences Steve Yearley a reconnu que l’anthropologie de laboratoire, notamment La Vie de laboratoire de Bruno Latour, a pu repousser les scientifiques tellement elle est naïve (un parti-pris de méthode).

Une spécialiste de biologie synthétique a fait remarquer à quel point le biologiste solitaire décrit par la science-fiction est éloigné du travail en communauté (interdisciplinaire) qui caractérise sa discipline. Enfin, le biologiste Chris French a livré les résultats d’une enquête informelle menée auprès de ses collègues sur la perception de l’image du chercheur dans la science-fiction ou les travaux STS. Entre ceux dont la vocation est née en lisant de la science-fiction et ceux qui y voient surtout une représentation négative, ou entre ceux qui ignoraient l’existence de la sociologie des sciences et ceux qui se rappelent encore de l’affaire Sokal, le spectre des opinions est assez vaste. Chris French a néanmoins fait remarquer que la recherche étant par définition une activité frustrante, il est bon de se tourner vers la SF pour voir des chercheurs réussir des coups d’éclat !

J’ai apprécié qu’il n’ait pas été fait mention des « deux cultures » de CP Snow (une notion souvent plus stérilisante qu’autre chose) et quelqu’un s’est demandé si finalement, la représentation « irréaliste » du chercheur dans la fiction ne vaut pas pour toutes les professions du monde…

En tous cas, il me semble que ce type d’initiatives venant de la communauté des STS et s’ouvrant à d’autres types de discours sur la science et un public extérieur, est à encourager des deux côtés de la Manche.

Lancement du Pris(m)e de tête

Dans la plupart des débats qui importent (quelle agriculture ? quel développement ? quelle énergie ? quelle reproduction ?), les questions techniques se mêlent à des considérations politiques, culturelles, historiques. Le sociologue, l’historien, le philosophe ont autant d’éclairages à nous apporter que le physicien, le biologiste ou le mathématicien.

C’est ainsi que Dominique Pestre inaugure aujourd’hui le Pris(m)e de tête. Ce nouveau venu dans la blogosphère STS, porté par le Prisme à idées, espère explorer chaque jeudi les sciences vues par les sciences humaines et sociales. Sont prévus dans les prochaines semaines des billets sur Thomas Kuhn, la notion de progrès, l’histoire de l’écologie, les effets de la vulgarisation scientifique ou encore le couple expérience/théorie en science.

Nous souhaitons la bienvenue et une longue vie à ce blog !

L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (« Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ? ») revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur « refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive ». On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non « réversible ».

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes « des alertes et des crises » de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l' »acceptabilité sociale » d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique « officielle » semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues « d’en haut » et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait « rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable ». On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…

Lorraine Daston sur les STS et l'histoire des sciences

Lorraine Daston vient de publier dans Critical Inquiry un article qui se penche sur les liens entre les STS et l’histoire des sciences. Le blog du Philadelphia Area Center for History of Science en livre un compte-rendu dont quelques points valent d’être repris. Daston note qu’après une période de vive interaction, l’histoire des sciences et les STS ont divergé dans les années 1990. Leur posture commune de mise à distance (estrangement) de la science contemporaine n’eut plus les mêmes motivations : les STS excluent désormais tout caractère exceptionnel de l’activité scientifique et refusent de donner une place privilégiée aux témoignages des chercheurs ; les historiens des sciences auraient moins de prévention vis-à-vis de la science contemporaine et seraient plutôt enclins à interroger l’historiographie innée des scientifiques et de leur discipline. Travaillant sur des objets plus contemporains, les STS interrogeraient plus la façon dont la science fonctionne que sa nature ; les historiens des sciences, particulièrement ceux étudiant la science pré-moderne, doivent au contraire déterminer aussi bien ce qu’est la science que la façon dont elle était pratiquée. Alors que les STS ont dérivé vers la suspicion, l’histoire s’est concentrée sur la compréhension (Verstehen).

Désormais, les STS semblent bien plus à l’étroit et en péril que l’histoire des sciences, discipline bien établie et nourrie des méthodes de l’histoire générale, quand les STS subsistent aux marges. Sentant que les STS ne sont plus capables d’offrir une vision complète (et non fragmentée) de ce qu’est la science et comment elle fonctionne, Lorraine Daston fait alors un appel à un projet interdisciplinaire, porté par la… philosphie !

Notons que l’excellent blog « Ether Wave Propaganda » nuance quelque peu l’analyse et les conclusions de Lorrain Daston.

Référence : Lorraine Daston, “Science Studies and the History of Science”, Critical Inquiry 35(2009): 805

Expérience de transgenèse ou de sociologie ?

Deux semaines après que l’essai de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar a été détruit, l’Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace a publié un communiqué. On se souvient que ces vignes, expérience réussie de consensus citoyen, faisaient la fierté de l’Inra (et du directeur du centre de Colmar, Jean Masson, qui en parle toujours avec des sanglots dans la voix). Pierre-Benoît Joly, à l’origine de la méthode de délibération et de participation ayant permis l’essai, en a notamment parlé dans la revue Nature.

Mais voilà qu’un individu ayant apparemment agi seul, au mépris du consensus des acteurs locaux et de toutes les précautions entourant l’essai, a mis une fin (provisoire) à cette expérience. La réaction de l’OPABA vaut le détour. Visiblement, ils soutiennent le vandale. Mais surtout, il font de l’essai « autant une recherche sociologique qu’agronomique – sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin ».

Ce retournement est intéressant et je ne crois pas l’avoir vu avant. En substance, il avance que si le consensus citoyen est autant sous l’emprise des sociologues des sciences, c’est bien que nous sommes dans la recherche sociologique et même pas dans l’application. Et que comme le consensus était local, une affaire d’individus souvent lâchés par leurs organisations respectives, alors il ne peut s’imposer à tous.

Pour la communauté des STS, c’est un coup de semonce : il faut réfléchir aux conséquences de la recherche-action et d’accompagner autant les savoirs STS dans la sphère politique. Car si ces initiatives échouent, qu’adviendra-t-il de la discipline ? Et pour ce blog qui tente d’introduire de la réflexivité dans la recherche et les applications des STS, c’est presque du pain béni !