Un appel ANR très transparent

L’Agence nationale de la recherche (ANR) a publié il y a quelques semaines la liste des projets sélectionnés dans le cadre de son programme « Sciences, technologies et savoirs en sociétés. Enjeux actuels, questions historiques ». C’est un bon moyen de savoir de quoi les recherches STS seront faites dans les prochaines années, de l’étude du benchmarking comme dispositif de gouvernement à la circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (XVIe-XXe siècle) en passant par les régimes d’innovation pharmaceutique au sud.

Mais la genèse de ce programme vaut également le détour. Lancé en janvier 2009, il avait été précédé pendant l’année 2008 par une démarche préparatoire intitulée ARP (Action de réflexion prospective), autour d’une série d’ateliers réunissant deux à trois cents personnes et orchestrée par Dominique Pestre.

Chance pour nous, les Cahiers du M.U.R.S. ont assuré la publication des synthèses de ce travail, dans un numéro spécial présenté par Jean-Pierre Alix dans les premières minutes de cette vidéo et dont on peut retrouver les textes en PDF sur le site de l’IFRIS.

Enfin, ce travail ne serait rien sans le droit à la critique exercé notamment par l’association WebAtlas dans un texte qui exprime quelques regrets sur la teneur de l’appel. Ils font notamment le constat de définitions un peu trop rigides de la science d’un côté et de la société de l’autre, dans une perspective aussi linéaire que descendante. Pour eux, le programme a fait l’impasse sur « l’étude et la mise en œuvre des processus ascendants de construction des savoirs scientifiques, des technologies contemporaines et de l’innovation qui peut être tour à tour (et sans hiérarchie) aussi bien scientifique, technique, industrielle que citoyenne » et manque d’une dimension prospective qui ne convoquerait plus seulement les SHS « depuis la périphérie (épistémologique, historique, sociale) des phénomènes scientifiques expérimentaux et des produits de l’innovation industrielle ».