CfP : le désaccord dans les STS

À l’occasion du prochain congrès annuel de la Society for Social Studies of Science , dit 4S (25-29 août 2010 à Tokyo), un appel à communication intéressant vient d’être lancé. Faisant le constat que de nombreuses contributions essentielles au champ des STS ont émergé de débats féroces (entre les membres de la communauté mais aussi avec ceux qui n’y appartiennent pas), les organisateurs de la session « I really must differ… » — Pertinent disagreements cherchent à renouer avec la tradition académique du débat critique. Leur préoccupation est notamment qu’au fil de l’institutionnalisation des STS, le dynamisme et l’interrogation qui les caractérisaient se perdent. Évidemment, le format même de la session donnera toute sa place à la controverse en mettant au centre les sujets de débat.

Pour plus d’informations, lire le CfP (première échéance le 13 janvier) organisé par Claes-Fredrik Helgesson (Université Linköping, Suède) et Brian Rappert (Université d’Exeter, Royaume-Uni).

Sociologie 2.0

C’est une nouvelle qui concerne la sociologie dans son ensemble, au-delà du champ STS, mais qui vaut la peine d’être signalée ici : la revue Sociologie, qui se lancera en 2010 sous les auspices de Serge Paugam et des PUF, annonce qu’elle proposera une rubrique innovante intitulée « Sociologie 2.0 ».

Dans cette rubrique, la revue publiera, en supplément électronique de chaque numéro de la version papier, un article scientifique original distingué par la mobilisation de procédés faisant un usage avancé de dispositifs numériques innovants d’argumentation, d’administration de la preuve et de documentation de la recherche (techniques d’enrichissement textuel, documents audiovisuels, représentations graphiques animées…).

Amis des cartographies et représentations 2D ou 3D, des matériaux historiques ou sociologiques non-standards, à vous de jouer !

Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée « Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur « Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques » (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !