Un appel ANR très transparent

L’Agence nationale de la recherche (ANR) a publié il y a quelques semaines la liste des projets sélectionnés dans le cadre de son programme « Sciences, technologies et savoirs en sociétés. Enjeux actuels, questions historiques ». C’est un bon moyen de savoir de quoi les recherches STS seront faites dans les prochaines années, de l’étude du benchmarking comme dispositif de gouvernement à la circulation des savoirs scientifiques et techniques en Chine moderne (XVIe-XXe siècle) en passant par les régimes d’innovation pharmaceutique au sud.

Mais la genèse de ce programme vaut également le détour. Lancé en janvier 2009, il avait été précédé pendant l’année 2008 par une démarche préparatoire intitulée ARP (Action de réflexion prospective), autour d’une série d’ateliers réunissant deux à trois cents personnes et orchestrée par Dominique Pestre.

Chance pour nous, les Cahiers du M.U.R.S. ont assuré la publication des synthèses de ce travail, dans un numéro spécial présenté par Jean-Pierre Alix dans les premières minutes de cette vidéo et dont on peut retrouver les textes en PDF sur le site de l’IFRIS.

Enfin, ce travail ne serait rien sans le droit à la critique exercé notamment par l’association WebAtlas dans un texte qui exprime quelques regrets sur la teneur de l’appel. Ils font notamment le constat de définitions un peu trop rigides de la science d’un côté et de la société de l’autre, dans une perspective aussi linéaire que descendante. Pour eux, le programme a fait l’impasse sur « l’étude et la mise en œuvre des processus ascendants de construction des savoirs scientifiques, des technologies contemporaines et de l’innovation qui peut être tour à tour (et sans hiérarchie) aussi bien scientifique, technique, industrielle que citoyenne » et manque d’une dimension prospective qui ne convoquerait plus seulement les SHS « depuis la périphérie (épistémologique, historique, sociale) des phénomènes scientifiques expérimentaux et des produits de l’innovation industrielle ».

Son bonheur dans les appels à projet du 7e PCRD

Le 30 juillet prochain seront publiés les nouveaux appels à projet du programme « Science dans la société » du 7e PCRD. Et après avoir assisté à une journée d’information organisée par le Point de contact national (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), je suis convaincu que la communauté STS a une belle carte à jouer. La date limite de rendu est le 21 juillet mais il n’est pas trop tôt pour se pencher sur les éléments que j’ai pêché pour vous…

Deux appels s’inscriront dans l’activité « Mieux comprendre la place de la science et technologie dans la société », destinés à financer chacun un projet de recherche (européen, évidemment) jusqu’à hauteur de 1,5 million d’euros. En particulier, ils touchent aux questions d’éthique, de gouvernance et de régulation. Le premier s’intéresse à la place dans le monde des actions européennes en matière de normes éthiques, avec en ligne de mire une meilleure compréhension de la façon d’utiliser l’éthique dans le gouvernement mondial de la science. Le second cherche à déterminer quel type d’expertise en éthique est nécessaire pour le développement des politiques publiques et comment elle devrait être encadrée. L’impact attendu est une meilleure compréhension de la manière d’utiliser l’éthique dans les processus d’élaboration des politiques aux niveaux national et européen. Un exemple de problématique est donné : « Jusqu’où peut-on aller dans l’amélioration de l’homme quand, dans le même temps, le dopage est strictement contrôlé dans le domaine du sport » ?

Une autre ligne d’appel à projet concerne le renforcement et l’amélioration du système européen de recherche. Destiné à financer de 1 à 3 projets, avec une enveloppe totale de 3 millions d’euros, l’appel cherche à repenser le système d’évaluation individuelle des chercheurs et attend le développement de nouveaux indicateurs : pertinence des recherches pour les citoyens, prise en compte des défis sociétaux, contribution à l’élaboration des politiques publiques, initiatives de communication scientifique, contribution à l’éducation à la science, bref autant de dimensions qui sont actuellement ignorées du système d’évaluation et de récompense des chercheurs. Cet appel est l’occasion rêvée de développer à l’échelle européenne la batterie d’indicateurs 2.0 dont parlent Gabriel Gallezot et Olivier Le Deuff dans leur article « Chercheurs 2.0 ? » !

Enfin, le plus gros appel concernera la mise en commun des efforts de participation du public et de démocratie technique. Il s’agit notamment de rompre avec l’habitude des expériences isolées (une expo participative par ci, une conférence de citoyens par là) et de réunir le plus d’acteurs possibles (opérateurs de recherche, organisations de la société civile, décideurs politiques…) autour d’une pratique et d’en mesurer les effets (c’est là que s’insèrent les chercheurs STS) à l’échelle européenne. Jean-Pierre Alix a affirmé qu’il s’agissait pas moins que d’établir « le nouveau standard européen de la communication des sciences » tellement l’appel est ambitieux (4 projets financés sur 4 ans, avec chacun au moins 10 partenaires issus de 10 pays différents). Enveloppe totale : 16,5 millions d’euros !

Avouons qu’il y aurait des choses intéressantes à faire avec tout ça, en particulier pour la communauté française.