Galilée et la mise en scène de l’expérience scientifique

Comment représenter au théâtre la scène fondatrice de la modernité : Galilée aux prises avec ses ennemis, tentant de prouver que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers ? Il y a le Galilée version Brecht, héros de la Vérité, triomphant de l’erreur d’Aristote, victime de l’idéologie du pouvoir religieux. Ce Galilée-là, tout le monde le connait. Comme dans cet article du blog Infusion de sciences, il « infuse » encore largement la vulgarisation scientifique. A l’opposé, le Galilée très post-moderne de Jean-François Peyret dans Tournant Autour de Galilée réutilisait la vision brechtienne pour mieux en détourner le spectateur. Le spectacle a suscité le texte suivant de Bruno Latour et Frédérique Ait-Touati sur la représentation des sciences au théâtre.

Mais enfin quand pourra-t-on voir un Galilée version STS, dans sa pratique des expériences, utilisant ses instruments, réunissant des preuves fragiles, inventant une rhétorique, engagé dans une controverse ? Judith Larnaud-Joly et sa compagnie le Groupe EL tentent l’expérience en allant au plus direct : mettre en scène le texte de Galilé lui-même, le Dialogue sur les Deux Systèmes du Monde paru en 1632. Le spectacle s’appelle Je me suis souvent étonné – Une Dispute sur le mouvement de la Terre. La forme de dialogue utilisée par Galilée s’y prête certes, mais dans l’adaptation du texte, bien sûr drastique, le souci pédagogique risque toujours de prendre le dessus sur les enjeux dramatiques … et de gâcher l’affaire. Et pourtant ça marche. S’il n’est pas facile d’adhérer aux positions de Simplicio, partisan d’Aristote, et qui se fait laminer par les démonstrations de Salviati alias Galilée, on assiste quand même à une bataille. Mieux : selon que Simplicio, au cours du spectacle, encaisse les assauts de Salviati, retrouve ses certitudes dans les écrits des maîtres, ou que sa conviction s’affaiblit, le basculement du monde tient sur le moment à peu de choses. En même temps que Simplicio résiste aux attaques de Saliviati, le spectacle résiste au positivisme. Si elle fait peur à l’historien des sciences, l’expérience devrait plaire au praticien des STS.

Dr. Latour et Mr. Wells

Le Genomics Forum, groupe de recherche, d’expertise et de débat sur la génétique dans la société, organisait il y a 2 jours à Edimbourg une soirée publique provocativement intitulée « The Laboratory of Doctor Latour, and Other Stories ». Le but de ce social event (comprendre : il y avait de quoi boire et manger) : mettre côte à côte la science-fiction et les STS, qui ont pour point commun de raconter des histoires sur la science, et notamment de répondre à la question : « Qu’est-ce que veut dire qu’être un scientifique ? »

Les sujets à aborder étaient probablement trop nombreux pour un événement de deux heures mais plusieurs points ont pu être précisés. D’abord, il semble que l’image du savant fou n’ait plus court dans la littérature de science-fiction, alors qu’elle subsiste dans les jeux vidéo et au cinéma. Ensuite, le sociologue des sciences Steve Yearley a reconnu que l’anthropologie de laboratoire, notamment La Vie de laboratoire de Bruno Latour, a pu repousser les scientifiques tellement elle est naïve (un parti-pris de méthode).

Une spécialiste de biologie synthétique a fait remarquer à quel point le biologiste solitaire décrit par la science-fiction est éloigné du travail en communauté (interdisciplinaire) qui caractérise sa discipline. Enfin, le biologiste Chris French a livré les résultats d’une enquête informelle menée auprès de ses collègues sur la perception de l’image du chercheur dans la science-fiction ou les travaux STS. Entre ceux dont la vocation est née en lisant de la science-fiction et ceux qui y voient surtout une représentation négative, ou entre ceux qui ignoraient l’existence de la sociologie des sciences et ceux qui se rappelent encore de l’affaire Sokal, le spectre des opinions est assez vaste. Chris French a néanmoins fait remarquer que la recherche étant par définition une activité frustrante, il est bon de se tourner vers la SF pour voir des chercheurs réussir des coups d’éclat !

J’ai apprécié qu’il n’ait pas été fait mention des « deux cultures » de CP Snow (une notion souvent plus stérilisante qu’autre chose) et quelqu’un s’est demandé si finalement, la représentation « irréaliste » du chercheur dans la fiction ne vaut pas pour toutes les professions du monde…

En tous cas, il me semble que ce type d’initiatives venant de la communauté des STS et s’ouvrant à d’autres types de discours sur la science et un public extérieur, est à encourager des deux côtés de la Manche.