Modélisation et cartographie en STS

Un participant au colloque 4S-EASST de Rotterdam racontait en août 2008 :

J’ai démarré aujourd’hui par une session consacrée aux réseaux, et j’ai été frappé par la manière dont les gens visualisent les réseaux et topologies de l’innovation technologique, essayant d’apporter du concret aux mondes de la théorie de l’acteur-réseau et de la théorie de l’activité. Le côté pervasif des réseaux et de leurs images s’étend à la recherche elle-même, ou au moins à des vues nouvelles sur l’action des gènes comme l’a décrit Christophe Bonneuil dans une communication.

Il est intéressant de confronter ce témoignage avec ce qui s’est dit pendant le séminaire « Analyser, modéliser, cartographier : sur l’usage de logiciels en SHS » le 19 mai. Car la fascination pour les réseaux n’a pas diminuée et certains participants (pas des moindres) réclamaient à cor et à cri des images de réseaux pour se faire une idée des capacités de tel ou tel logiciel.

Mais la discussion, très riche et animée, ne s’est pas arrêtée là et j’en ai retenu plusieurs points :

  • le logiciel ne présente pas d’intérêt si son utilisation n’est pas précédée d’une réflexion sur l’outil/la méthode et ses présupposés ; le réseau, notamment, devient un prêt-à-penser qui n’est pas toujours utilisé avec pertinence
  • le logiciel ne convient pas à tous les besoins : les historiens sont très limités en l’absence de source numériques, tous les travaux STS ne sont pas réductibles à des études de controverses ou de collèges invisibles…
  • sa force heuristique peut être très grande, comme l’a montré l’exemple de Francis Chateauraynaud dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro
  • on n’est encore qu’aux prémices de ces méthodes, qui permettront un jour de se promener dans la représentation virtuelle de tout jeu de données, de s’en faire une image radicalement nouvelle.

[MàJ 15h58] Pour être complet et fournir des pistes d’exploration aux chercheurs, deux ressources à ne pas manquer : les tutoriels mis en place par l’IFRIS et le comparatif de Christophe Lejeune.