Steven Shapin, de la communication informelle à l'arène publique

Juin 2008 : Steven Shapin est invité à l’Institut Nicod (Paris) pour une lecture/présentation de son travail intitulée The life of science: Notes for a moral history of a late modern vocation, suivie d’une discussion devant une salle bien pleine (20 personnes à vue de nez)
Octobre 2008 : son livre The life of science: A moral history of a late modern vocation (le terme de « notes » a disparu) paraît aux Presses de l’Université de Chicago
Février 2009 : Barbara Herrnstein Smith en fait un compte-rendu dans la London Review of Books
Avril 2009 : un chercheur en biologie de l’Hérault tombe par hasard sur le compte-rendu de lecture, demande à la revue s’il peut avoir une version PDF à faire circuler et l’envoie sur la liste de diffusion [evolfrance] hébergée par l’Université Montpellier-2
Mai 2009 : un ami vigilant, doctorant à Montpellier et membre de la liste de diffusion, me fait suivre le courriel en question

En l’espace d’un an, on voit donc une analyse parcourir l’espace qui sépare la communauté STS de la communauté des chercheurs au sens large (et encore, il s’agit d’une fraction d’entre eux, mais on peut supposer que les autres ne sont plus très loin). À l’heure des réseaux et du web 2.0, c’est considérable. Sur mon blog personnel, je ne me prive pas de parler dès publication ou dès discussion en séminaire des résultats qui peuvent intéresser la société civile, afin précisément d’accélérer ce mouvement. Mais c’est probablement l’échelle de temps à avoir en tête pour une diffusion par voies « normales ».

Le courriel du biologiste à la liste de diffusion est plus intéressant encore, car la diffusion s’accompagne d’une traduction. Pour lui, le texte de Barbara H. Smith (et donc le livre de Shapin) « est très éclairant pour le contexte de nos discussions (en engagements) certainement nombreuses et passionnées quant au rôle social de la recherche, le nôtre comme chercheurs et enseignants chercheurs, et sur le rôle de l’université, la recherche publique, la recherche privée ». Et il continue :

C’est un regard acéré, historique, et dégagé de nos coupures institutionnelles françaises sur la déconnexion recherche / utilité à court terme, mais sur la connexion forte (vers la fin du texte) entre recherche et enseignement, diffusion de la connaissance. C’est d’ailleurs ce à quoi la recherche est la plus utile : développer et diffuser la connaissance … Ca fait mal de le lire et en même temps que voir et vivre notre actualité …

C’est intéressant et étonnant à la fois, car il reprend l’interprétation que Barbara H. Smith fait du livre de Shapin. Celui-ci tente plutôt de gommer toute différence entre recherche publique et recherche privée, notant simplement que la seconde tolère moins l’incertitude — et que si le milieu académique n’est pas un environnement propice, la R&D est moins « encadrée » qu’on veut bien le croire. Certes, c’est une critique du contexte actuel de la recherche publique, qui se privatise et valorise moins que la démarche d’acquisition du savoir que ses résultats. Mais c’est aussi une critique de cet idéalisme qui voudrait que la science pure et désintéressée puisse exister. Ce que Barbara H. Smith n’a pas voulu voir, bien qu’elle en parle.

Enfin, on peut noter que la lecture partisane de ce biologiste aurait pu s’appuyer sur de nombreux travaux STS produits en France, sans aller chercher un auteur anglo-saxon (aussi brillant soit-il). Qui a dit que nul n’est prophète en son pays ?