Le CNRS invite les STS pour ses 70 ans

Dans le cadre de son 70e anniversaire, le CNRS organise le 19 octobre une journée de colloque consacrée à la recherche et au métier de chercheur (inscription obligatoire). On y retrouve l’immanquable table-ronde consacrée au dialogue science-société.

S’ils n’innovent pas dans la forme, au moins le fond est garanti 100 % béton : sous la houlette de Jean-Pierre Alix interviendront Dominique Pestre et Christophe Bonneuil (deux éminents STS-iens), plus une poignée d’autres chercheurs, un député et un journaliste.

En attendant le colloque, dont on suppose qu’il sera très fréquenté mais que la face du monde n’en sera pas changée, on peut se mettre quelques résumés d’intervention sous la dent…


Qui connaît les conférences de citoyens ?

Cela ne fait-il pas des années que la communauté STS française travaille et publie sur la notion de « conférences de citoyens » (y compris encore récemment dans la revue Nature) ? N’a-t-on pas eu une conférence de citoyens sur les OGM, puis sur le réchauffement climatique, les nanotechnologies… ? La Fondation Science citoyennes, à laquelle participent des historiens et sociologues des sciences comme Christophe Bonneuil, ne milite-t-elle pas activement en faveur de ce mode de participation du public ?

On pourrait donc croire que les conférences de citoyens font partie du bagage indispensable de tout scientifique ou décideur de ce pays. Que nenni. Si les États généraux de la bioéthique qui se déroulent actuellement y ont fait appel, c’est presque en raison d’un sacré concours de circonstances. Jean Leonetti, le président du comité de pilotage des États généraux, raconte dans Le Monde :

Nous ne voulions pas que ce débat soit confisqué par les experts, les politiques ou les lobbys. Nous voulions faire intervenir les citoyens mais nous ne savions pas sous quelle forme. Un jour, dans un débat, Noël Mamère a évoqué les méthodes scandinaves des panels citoyens. Je suis allé le voir à la fin de notre échange, nous avons discuté et cette idée a finalement été retenue.

encore, c’est presque un échec collectif de la communauté des STS, qui n’a pas réussi à publiciser suffisamment son travail. À moins qu’il faille retenir que le politique (ici, Noël Mamère) reste le dernier maillon, indispensable à l’action ? À méditer…