Suivez le congrès EASST010 sur internet

Le 2 septembre s’ouvrira à Trento (Italie) le congrès EASST010 organisé par l’Association européenne pour l’étude des sciences et technologies, jusqu’au 4. Son thème : « Practising science and technology, performing the social ». Ceux qui comme moi ne peuvent y être suivront avec plaisir le blog mis en place par des étudiants viennois (qu’ils vont tenter de rendre le plus collectif possible), accompagné de son compte Twitter.

Le tout sous licence Creative Commons, bravo !

Suivre en direct le colloque 4S 2009

La Society for Social Studies of Science, surnommée 4S, tient en ce moment son colloque annuel à Arlington (banlieue de Washington, DC). L’année dernière, un participant avait tenu un blog dédié afin de partager son expérience du congrès.

Rien de tel ne semble avoir été entrepris cette année. On lira cependant des bribes du colloque sur le blog de Christina K. Pikas, doctorante en sciences de l’information (et donc centré sur ces thématiques). Si vous connaissez d’autres blogueurs qui sont sur place, merci de les indiquer en commentaire.

Et puis comme 2009 est l’année Twitter, on se tournera également vers ce média pour tâter le pouls des discussions et de l’atmosphère (les messages étant limités à 140 caractères). Jeremy Hunsinger a compilé une liste de 16 utilisateurs Twitter qui participent au colloque et couvrent l’événement. Leurs contributions s’affichent au fur et à mesure sur cette page mais on peut aussi bien chercher l’ensemble des publications possédant le hashtag 4s09.

Cancers et environnement au prisme des STS

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a rendu au début du mois son avis sur les liens entre cancers et environnement. D’après le communiqué de presse, ce rapport s’est appuyé sur l’expertise collective d’octobre 2008 qui avait mobilisé 40 chercheurs pour analyser 1800 articles de la littérature scientifique, pour la confronter aux « positions des parties compétentes en auditionnant 17 organismes scientifiques et 21 personnalités de la science, des mondes professionnels, des associations et du monde judiciaire, des sciences socio-économiques et des lanceurs d’alerte » — une ouverture à la société civile qui « constitue une première dans ce domaine ».

Parmi les personnalités convoquées, notons la présence de Martine Bungener, économiste et directrice du Cermes, et Jean-Paul Gaudillière, historien de la médecine au sein du même Cermes — qui ont pu représenter les STS. Chaque audition a donné lieu à un compte-rendu, où l’on peut notamment lire ce passage qui éclaire les STS en action :

Jean-Paul Gaudillière précise qu’il a travaillé sur les transformations des savoirs, de la santé et de la médecine au 20e siècle, en particulier sur la recherche biomédicale, la recherche thérapeutique et, au-delà, sur la façon dont sont articulés savoirs, pratique médicale et leurs usages dans d’autres espaces sociaux qui peuvent être technologiques, industriels ou politiques. C’est un travail qui, de manière générale, démarre de la question des savoirs, de leur statut, de leur genèse et de leurs modalités d’usage. C’est comme cela qu’il a été amené à s’intéresser à un certain nombre d’objets qui sont à la croisée de « santé et environnement » et, en particulier à un certain nombre de questions comme la conduite de l’expertise, le débat public et les modalités de la gestion du risque.

Avec ces quelques notes sur la place des STS, parmi les sciences sociales, dans l’expertise environnementale ou médicale :

Le rôle des sciences sociales n’est donc pas seulement d’objectiver et d’aider à comprendre les perceptions du risque mais peut aussi être de questionner la nature et les modalités de genèse des savoirs. Ne serait-ce qu’en rappelant que les savoirs sont situés, que face à un problème il existe rarement une seule « one best way » mais plusieurs registres de preuves, qu’il y a une pluralité d’acteurs compétents, qu’on a tout intérêt à préserver et à organiser les processus d’expertise de manière à préserver cette pluralité.

La question de la politique des substance cancérigènes et des liens entre cancers et environnement est une de celles travaillées actuellement par notre champ, comme en témoigne le colloque « Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries » organisé par l’université de Strasbourg en mars 2010. Entre recherche et expertise publique, on voit ici les ramifications d’une problématique scientifique dont l’actualité et la visibilité deviennent brûlantes.