Les STS ont-elles failli dans l'analyse des réformes universitaires ?

La liste de diffusion en épistémologie et histoire des sciences « Theuth » se pose la question de savoir si elle doit reprendre ses activités après plusieurs mois de blocage, en solidarité avec le mouvement des enseignants-chercheurs. Intervenant dans la discussion, son administrateur Alain Herreman faisait la remarque suivante :

les épistémologues et les historiens des sciences français n’ont jusqu’à présent guère contribué aux analyses et aux débats sur des réformes qui redéfinissent pourtant en profondeur la place des sciences dans notre société. On aurait pu penser que les réflexions que nous menons sur les sciences et leurs institutions nous qualifiaient pour être des acteurs majeurs dans le mouvement actuel, que ce soit pour ou contre ; pour comprendre et en faire comprendre les enjeux, pour intervenir efficacement dans les débats et agir au sein des institutions que nous étudions. Cela n’est visiblement pas le cas. Certes, on peut préférer réserver l’efficacité de nos réflexions à la maîtrise des techniques permettant d’obtenir des financements par l’ANR. Il faudra juste ne pas prétendre autre chose quand il s’agira de faire valoir ce que l’épistémologie et l’histoire des sciences peuvent apporter. 
Nos disciplines peuvent-elles aujourd’hui indiquer autre chose que le sens des vents dominants ?

Est-ce que vous êtes d’accord avec ce constat ? Et sinon, qu’en pensez-vous ?