Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée « Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur « Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques » (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !