Gouverner l'incertitude

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (l’AFSSET, dont je parlais dans le billet précédent) organisait début juillet un colloque intitulé « Gouverner l’incertitude »,  en compagnie du Réseau risques et société. Le but était de « confronter les apports des acteurs de la recherche en sciences sociales et ceux des acteurs de l’évaluation et de la gestion des risques », dans de très nombreux domaines. J’ai cherché à obtenir un compte-rendu d’un des participants, pour le publier ici, mais ça n’a pas marché. Heureusement, Nathalie Fabre (étudiante en Master 2 « Philosophie de la technique ») a publié sur le site de l’association Vivagora un compte-rendu vers lequel je vous renvoie.

On y apprend notamment que risque émergent et incertitude ne font pas bon ménage avec la gestion « à la papa » des risques, basée sur la science solide et normale de Kuhn. Et malgré l’arrivée de nouvelles méthodes permettant d’approcher l’incertitude, en fonction de nombreuses variables objectives et subjectives (liées au ressenti et à l’acceptabilité par la population par exemple), « il n’existe pour l’heure aucun consensus sur de nouvelles théories susceptibles de remplacer le modèle classique de l’évaluation des risques ».

Deux points importants émergent alors :

  • le besoin de repenser notre conception de la science et de se projeter dans un modèle de « science post-normale » (développé par Silvio Funtowicz et Jérôme Ravetz) qui introduit « la possibilité de multiples approches et de multiples réponses pour une même question : les controverses et les perspectives contradictoires ne devraient pas être réduites, puisqu’elles contribuent à alimenter la réflexion »
  • la mobilisation de nombreux acteurs, offrant une pluralité d’expertises et de points de vue, seule capable de « favoriser la mise en place dans la société de pouvoirs et de contre-pouvoir » et de compléter les zones d’ombre qui persistent immanquablement dans la connaissance.

Le sociologue britannique Brian Wynne a répété comme à son habitude que « loin d’être irrationnelle, l’inquiétude du public serait légitimement provoquée par une suspicion devant l’incapacité de l’expertise à prendre en compte l’ignorance scientifique et les inconnues, donc à traiter des nouveaux dangers ». Ce qui n’a pas empêché le député Alain Gest de promouvoir, lors de la table-ronde finale, de nouvelles méthodes de concertation afin de « gérer l’irrationnel » !

Il y a une vie après l'AFM

Quand je discute avec des amis ou collègues qui s’intéressent de loin aux STS (ou qui s’intéressent à un volet particulier du large champ des STS) et qu’arrive sur la table la question profanes/experts avec en ligne de mire le domaine de la santé, on entend immanquablement :

… travaux de Callon et Rabeharisoa sur les association de malades et notamment l’AFM (Association française des myopathies)…

Et je m’inclus moi-même dans le lot, même si je connais également un peu les travaux de Janine Barbot sur l’activisme thérapeutique des malades du SIDA. C’est pourquoi j’ai été heureux de participer au séminaire « Politique et technologie de l’amateur » du 24 avril dernier, qui conviait Madeleine Akrich à parler des experts et amateurs dans les technosciences.

Cetes, Madeleine Akrich est au Centre de sociologie de l’innovation comme Michel Callon. Mais les travaux qu’elle  a présenté sont beaucoup plus récents que le livre emblématique de Callon et Rabeharisoa, Le pouvoir des malades (1999). Dans le travail de Madeleine Akrich, j’ai vu beaucoup de choses intéressantes, qui s’éloignent suffisamment de la piste explorée par nos deux « usual suspects ». Et en plus de questionner la séparation entre experts et profanes (terme moins maladroit que « amateur » dans le contexte médical), elle investit beaucoup la question de l’Internet et de son impact sur l' »empowerment » des patients.

Ainsi, Akrich montre qu’Internet permet de dépasser les modes d’action habituels des associations de malades (mobiliser des connaissances, entre autres scientifiques et médicales, pour faire avancer sa cause dans le cas du SIDA ou constituer en connaissances mobilisables des éléments issus de l’expérience des personnes dans le cas de l’AFM). Ainsi, Internet peut permettre de collecter des données issues de l’expérience des patients (mode d’action n° 2) pour attirer l’attention du corps scientifique sur une question (mode d’action n° 1), comme sur les questions de santé environnementale et de fibryomalgie. C’est ce qu’elle nomme l’épidémiologie profane.

Par l’étude serrée de listes de diffusion et sites communautaires d’information, Akrich montre ensuite comment quelques patients organisés pour faire circuler l’information (essentiellement les publications médicales en anglais) en viennent à faire un travail critique et à produire des analyses, à la façon d’une expertise « profane-experte ». Le cas du site PatientsLikeMe , qui révolutionne la collecte et l’articulation des expériences personnelles et leur mobilisation, a notamment laissé toute la salle bouche bée (ou était-ce juste moi ?) !

Évidemment, les recherches STS liées à Internet m’intéressent au plus haut point et je ne serai pas objectif en disant que je suis heureux d’avoir pu élargir ainsi mon horizon… Mais il y avait une vraie bouffée d’air dans ce séminaire, et il est bon d’emplir sa musette STS d’autres travaux que ceux sur l’AFM !