L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (« Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ? ») revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur « refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive ». On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non « réversible ».

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes « des alertes et des crises » de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l' »acceptabilité sociale » d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique « officielle » semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues « d’en haut » et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait « rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable ». On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…

Modélisation et cartographie en STS

Un participant au colloque 4S-EASST de Rotterdam racontait en août 2008 :

J’ai démarré aujourd’hui par une session consacrée aux réseaux, et j’ai été frappé par la manière dont les gens visualisent les réseaux et topologies de l’innovation technologique, essayant d’apporter du concret aux mondes de la théorie de l’acteur-réseau et de la théorie de l’activité. Le côté pervasif des réseaux et de leurs images s’étend à la recherche elle-même, ou au moins à des vues nouvelles sur l’action des gènes comme l’a décrit Christophe Bonneuil dans une communication.

Il est intéressant de confronter ce témoignage avec ce qui s’est dit pendant le séminaire « Analyser, modéliser, cartographier : sur l’usage de logiciels en SHS » le 19 mai. Car la fascination pour les réseaux n’a pas diminuée et certains participants (pas des moindres) réclamaient à cor et à cri des images de réseaux pour se faire une idée des capacités de tel ou tel logiciel.

Mais la discussion, très riche et animée, ne s’est pas arrêtée là et j’en ai retenu plusieurs points :

  • le logiciel ne présente pas d’intérêt si son utilisation n’est pas précédée d’une réflexion sur l’outil/la méthode et ses présupposés ; le réseau, notamment, devient un prêt-à-penser qui n’est pas toujours utilisé avec pertinence
  • le logiciel ne convient pas à tous les besoins : les historiens sont très limités en l’absence de source numériques, tous les travaux STS ne sont pas réductibles à des études de controverses ou de collèges invisibles…
  • sa force heuristique peut être très grande, comme l’a montré l’exemple de Francis Chateauraynaud dont le raisonnement et la méthode sociologique ne font plus qu’un avec le logiciel Prospéro
  • on n’est encore qu’aux prémices de ces méthodes, qui permettront un jour de se promener dans la représentation virtuelle de tout jeu de données, de s’en faire une image radicalement nouvelle.

[MàJ 15h58] Pour être complet et fournir des pistes d’exploration aux chercheurs, deux ressources à ne pas manquer : les tutoriels mis en place par l’IFRIS et le comparatif de Christophe Lejeune.