Galilée et la mise en scène de l’expérience scientifique

Comment représenter au théâtre la scène fondatrice de la modernité : Galilée aux prises avec ses ennemis, tentant de prouver que la terre n’est pas immobile au centre de l’univers ? Il y a le Galilée version Brecht, héros de la Vérité, triomphant de l’erreur d’Aristote, victime de l’idéologie du pouvoir religieux. Ce Galilée-là, tout le monde le connait. Comme dans cet article du blog Infusion de sciences, il « infuse » encore largement la vulgarisation scientifique. A l’opposé, le Galilée très post-moderne de Jean-François Peyret dans Tournant Autour de Galilée réutilisait la vision brechtienne pour mieux en détourner le spectateur. Le spectacle a suscité le texte suivant de Bruno Latour et Frédérique Ait-Touati sur la représentation des sciences au théâtre.

Mais enfin quand pourra-t-on voir un Galilée version STS, dans sa pratique des expériences, utilisant ses instruments, réunissant des preuves fragiles, inventant une rhétorique, engagé dans une controverse ? Judith Larnaud-Joly et sa compagnie le Groupe EL tentent l’expérience en allant au plus direct : mettre en scène le texte de Galilé lui-même, le Dialogue sur les Deux Systèmes du Monde paru en 1632. Le spectacle s’appelle Je me suis souvent étonné – Une Dispute sur le mouvement de la Terre. La forme de dialogue utilisée par Galilée s’y prête certes, mais dans l’adaptation du texte, bien sûr drastique, le souci pédagogique risque toujours de prendre le dessus sur les enjeux dramatiques … et de gâcher l’affaire. Et pourtant ça marche. S’il n’est pas facile d’adhérer aux positions de Simplicio, partisan d’Aristote, et qui se fait laminer par les démonstrations de Salviati alias Galilée, on assiste quand même à une bataille. Mieux : selon que Simplicio, au cours du spectacle, encaisse les assauts de Salviati, retrouve ses certitudes dans les écrits des maîtres, ou que sa conviction s’affaiblit, le basculement du monde tient sur le moment à peu de choses. En même temps que Simplicio résiste aux attaques de Saliviati, le spectacle résiste au positivisme. Si elle fait peur à l’historien des sciences, l’expérience devrait plaire au praticien des STS.

Nathalie Jas sur les STS

Dans le cadre d’une nouvelle web TV consacrée à la science telle qu’elle se fait (et telle quelle est racontée par la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences), je commence à filmer des entretiens avec des chercheurs STS. J’en profite naturellement pour leur tendre un miroir sur leurs pratiques et leur vision du champ STS. Ce sont ces vidéos que je publierai régulièrement ici, en commençant par Nathalie Jas, historienne de l’agriculture et des sciences agronomiques.

Lorraine Daston sur les STS et l'histoire des sciences

Lorraine Daston vient de publier dans Critical Inquiry un article qui se penche sur les liens entre les STS et l’histoire des sciences. Le blog du Philadelphia Area Center for History of Science en livre un compte-rendu dont quelques points valent d’être repris. Daston note qu’après une période de vive interaction, l’histoire des sciences et les STS ont divergé dans les années 1990. Leur posture commune de mise à distance (estrangement) de la science contemporaine n’eut plus les mêmes motivations : les STS excluent désormais tout caractère exceptionnel de l’activité scientifique et refusent de donner une place privilégiée aux témoignages des chercheurs ; les historiens des sciences auraient moins de prévention vis-à-vis de la science contemporaine et seraient plutôt enclins à interroger l’historiographie innée des scientifiques et de leur discipline. Travaillant sur des objets plus contemporains, les STS interrogeraient plus la façon dont la science fonctionne que sa nature ; les historiens des sciences, particulièrement ceux étudiant la science pré-moderne, doivent au contraire déterminer aussi bien ce qu’est la science que la façon dont elle était pratiquée. Alors que les STS ont dérivé vers la suspicion, l’histoire s’est concentrée sur la compréhension (Verstehen).

Désormais, les STS semblent bien plus à l’étroit et en péril que l’histoire des sciences, discipline bien établie et nourrie des méthodes de l’histoire générale, quand les STS subsistent aux marges. Sentant que les STS ne sont plus capables d’offrir une vision complète (et non fragmentée) de ce qu’est la science et comment elle fonctionne, Lorraine Daston fait alors un appel à un projet interdisciplinaire, porté par la… philosphie !

Notons que l’excellent blog « Ether Wave Propaganda » nuance quelque peu l’analyse et les conclusions de Lorrain Daston.

Référence : Lorraine Daston, “Science Studies and the History of Science”, Critical Inquiry 35(2009): 805