Lorraine Daston sur les STS et l'histoire des sciences

Lorraine Daston vient de publier dans Critical Inquiry un article qui se penche sur les liens entre les STS et l’histoire des sciences. Le blog du Philadelphia Area Center for History of Science en livre un compte-rendu dont quelques points valent d’être repris. Daston note qu’après une période de vive interaction, l’histoire des sciences et les STS ont divergé dans les années 1990. Leur posture commune de mise à distance (estrangement) de la science contemporaine n’eut plus les mêmes motivations : les STS excluent désormais tout caractère exceptionnel de l’activité scientifique et refusent de donner une place privilégiée aux témoignages des chercheurs ; les historiens des sciences auraient moins de prévention vis-à-vis de la science contemporaine et seraient plutôt enclins à interroger l’historiographie innée des scientifiques et de leur discipline. Travaillant sur des objets plus contemporains, les STS interrogeraient plus la façon dont la science fonctionne que sa nature ; les historiens des sciences, particulièrement ceux étudiant la science pré-moderne, doivent au contraire déterminer aussi bien ce qu’est la science que la façon dont elle était pratiquée. Alors que les STS ont dérivé vers la suspicion, l’histoire s’est concentrée sur la compréhension (Verstehen).

Désormais, les STS semblent bien plus à l’étroit et en péril que l’histoire des sciences, discipline bien établie et nourrie des méthodes de l’histoire générale, quand les STS subsistent aux marges. Sentant que les STS ne sont plus capables d’offrir une vision complète (et non fragmentée) de ce qu’est la science et comment elle fonctionne, Lorraine Daston fait alors un appel à un projet interdisciplinaire, porté par la… philosphie !

Notons que l’excellent blog “Ether Wave Propaganda” nuance quelque peu l’analyse et les conclusions de Lorrain Daston.

Référence : Lorraine Daston, “Science Studies and the History of Science”, Critical Inquiry 35(2009): 805