L’inconfortable position des STS, 2005-2009

J’écrivais il y a 15 jours à propos de l’arrachage de l’essai (agronomique et sociologique) de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar. La question qui se posait alors (« Comment positionner et légitimer les STS quand ils surgissent dans de nouvelles arènes, sur des enjeux très controversés ? ») revient aujourd’hui sur le devant de la scène.

Là encore, c’est un communiqué de presse qui apporte l’information : deux représentants des 4 associations meusiennes d’opposition à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure, ont indiqué leur « refus de rentrer dans le débat avec deux représentants du GSPR (Groupe de sociologie pragmative et réflexive ». On lit ensuite :

Non dupes du but poursuivi par ces deux sociologues, chargés de remettre fin 2009 à l’Andra (commanditaire de l’étude) et à l’Etat, une cartographie locale des opinions sur le sujet controversé de BURE, ils ont redit que leur conviction anti-enfouissement nucléaire est inchangée et donc non « réversible ».

Dans leur lettre de refus, les associations vont plus loin :

Sachez aussi qu’il est plus que désagréable (pour nous et pour les milliers de citoyens qui refusent cet état de fait), après avoir été piégés, voire vendus sans avoir eu notre mot à dire, d’être classés dans les thèmes « des alertes et des crises » de la nation et de devenir des sujets d’étude sociologique, au service de l’appareil politico-électro-nucléaire et de ses desseins. Votre mission d’étude est subordonnée à un grand principe que nous ne connaissons que trop : analyser les états d’esprit afin de mieux les contourner, soit tendre à l' »acceptabilité sociale » d’un projet contraire à nos intérêts, à ceux de nos descendants et de la planète.

En l’occurrence, le refus de participer à une enquête sociologique « officielle » semble signifier à la fois le refus des méthodes inquisitrices venues « d’en haut » et de la forme de prise de parole citoyenne portée par les STS. On se souvient que le collectif grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO) avait déjà refusé en juin 2005 d’être auditionné par Pierre-Benoît Joly, arguant qu’il n’avait « rien à dire aux experts chargés de rendre acceptable l’inacceptable ». On lira cet autre texte de PMO pour une longue attaque contre les méthodes participatives portées par les STS.

Si des membres du GSPR lisent ce billet, ils sont cordialement invités à laisser en commentaire leur version des faits et/ou leur interprétation de l’affaire…

Expérience de transgenèse ou de sociologie ?

Deux semaines après que l’essai de vignes transgéniques de l’Inra de Colmar a été détruit, l’Organisation professionnelle de l’agriculture biologique en Alsace a publié un communiqué. On se souvient que ces vignes, expérience réussie de consensus citoyen, faisaient la fierté de l’Inra (et du directeur du centre de Colmar, Jean Masson, qui en parle toujours avec des sanglots dans la voix). Pierre-Benoît Joly, à l’origine de la méthode de délibération et de participation ayant permis l’essai, en a notamment parlé dans la revue Nature.

Mais voilà qu’un individu ayant apparemment agi seul, au mépris du consensus des acteurs locaux et de toutes les précautions entourant l’essai, a mis une fin (provisoire) à cette expérience. La réaction de l’OPABA vaut le détour. Visiblement, ils soutiennent le vandale. Mais surtout, il font de l’essai « autant une recherche sociologique qu’agronomique – sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin ».

Ce retournement est intéressant et je ne crois pas l’avoir vu avant. En substance, il avance que si le consensus citoyen est autant sous l’emprise des sociologues des sciences, c’est bien que nous sommes dans la recherche sociologique et même pas dans l’application. Et que comme le consensus était local, une affaire d’individus souvent lâchés par leurs organisations respectives, alors il ne peut s’imposer à tous.

Pour la communauté des STS, c’est un coup de semonce : il faut réfléchir aux conséquences de la recherche-action et d’accompagner autant les savoirs STS dans la sphère politique. Car si ces initiatives échouent, qu’adviendra-t-il de la discipline ? Et pour ce blog qui tente d’introduire de la réflexivité dans la recherche et les applications des STS, c’est presque du pain béni !

Qui connaît les conférences de citoyens ?

Cela ne fait-il pas des années que la communauté STS française travaille et publie sur la notion de « conférences de citoyens » (y compris encore récemment dans la revue Nature) ? N’a-t-on pas eu une conférence de citoyens sur les OGM, puis sur le réchauffement climatique, les nanotechnologies… ? La Fondation Science citoyennes, à laquelle participent des historiens et sociologues des sciences comme Christophe Bonneuil, ne milite-t-elle pas activement en faveur de ce mode de participation du public ?

On pourrait donc croire que les conférences de citoyens font partie du bagage indispensable de tout scientifique ou décideur de ce pays. Que nenni. Si les États généraux de la bioéthique qui se déroulent actuellement y ont fait appel, c’est presque en raison d’un sacré concours de circonstances. Jean Leonetti, le président du comité de pilotage des États généraux, raconte dans Le Monde :

Nous ne voulions pas que ce débat soit confisqué par les experts, les politiques ou les lobbys. Nous voulions faire intervenir les citoyens mais nous ne savions pas sous quelle forme. Un jour, dans un débat, Noël Mamère a évoqué les méthodes scandinaves des panels citoyens. Je suis allé le voir à la fin de notre échange, nous avons discuté et cette idée a finalement été retenue.

encore, c’est presque un échec collectif de la communauté des STS, qui n’a pas réussi à publiciser suffisamment son travail. À moins qu’il faille retenir que le politique (ici, Noël Mamère) reste le dernier maillon, indispensable à l’action ? À méditer…