Quand la didactique fait appel aux STS

Une doctorante en muséologie et didactique des sciences me faisait comprendre l’autre jour que les didacticiens français sont à la traîne en matière de STS, et que citer Bruno Latour c’est déjà beaucoup pour eux. Je n’irai pas juger cela, si ce n’est que j’ai personnellement eu quelques difficultés à faire publier un article à fort contenu STS dans une revue de didactique, Didaskalia.

Il n’empêche, deux appels à contribution de la revue Aster (sous-titrée « Recherches en didactique des sciences expérimentales) semblent lorgner du côté des STS, et ce n’est pas un mal. Le premier (date limite : 14 septembre 2009) pose la question des relations entre opinions et savoirs, avec en ligne de mire :

  • la montée, dans l’opinion publique, de formes de relativisme ou d’intégrisme qui peuvent se constituer en dogme, en croyance, en doctrine (notamment en ce qui concerne la théorie de l’évolution)
  • l’explosion des controverses sociotechniques, qui sont de plus en plus prégnantes dans l’actualité et mettent en débat des normes sociales et des données scientifiques qui le plus souvent s’opposent
  • les opinions comme obstacles à l’apprentissage ou au contraire un appui à la diffusion des savoirs scientifiques dans la société ou aux apprentissages des élèves.

Évidemment, rien n’empêche de remettre en question ces prémisses 😉

Le second appel sera publié plus tard dans le mois et portera sur « Sciences des scientifiques et apprentissages scientifiques » (date limite : janvier 2010), avec un premier terme à forte tonalité STS.

Alors, à vos plumes !

Extension du domaine de la publication

De plus en plus, j’ai l’impression de voir des travaux apparentés aux STS être publiés dans des revues plus marginales, c’est-à-dire qui n’appartiennent pas au cœur historique du corpus des STS : Risk Analysis (avec cet article sur le lien entre risque perçu et niveau d’information en matière de réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de modélisation du risque industriel et de sa gestion), CAB Reviews (avec cet article sur l’évolution de l’opinion vis-à-vis des OGM en Europe et aux États-Unis, alors que la revue publie plutôt des articles d’agronomie et de science appliquée), Futuribles (avec cet article sur les dimensions scientifique, idéologique et politique du réchauffement climatique, alors que la revue publie plutôt des articles de prospective), Journal of Informetrics (avec cet article sur l’innovation à la frontière entre industrie, laboratoire et hôpital, alors que la revue publie plutôt des articles en science de l’information et bibliométrie)…

Est-ce une illusion d’optique dûe à une veille forcément biaisée de la littérature scientifique ? Ou un vrai effet, qui pourrait s’expliquer de plusieurs façons :

  • l’explosion des recherches STS, qui doivent se trouver de nouveaux débouchés et envahir de nouveaux espaces de publication
  • la légimitation et banalisation de ces recherches, qui sont désormais acceptées par des disciplines centrées sur un objet (l’étude du risque par exemple) pour l’éclairage pertinent qu’elles apportent
  • le passage à une science que Kuhn qualifierait de « normale », faite de micro-variations et micro-vérifications s’inscrivant dans un paradigme largement accepté, qui sont moins intéressantes pour le public des STS que pour le public des disciplines connexes.

Et vous, qu’en pensez-vous ?