Gouverner l'incertitude

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (l’AFSSET, dont je parlais dans le billet précédent) organisait début juillet un colloque intitulé « Gouverner l’incertitude »,  en compagnie du Réseau risques et société. Le but était de « confronter les apports des acteurs de la recherche en sciences sociales et ceux des acteurs de l’évaluation et de la gestion des risques », dans de très nombreux domaines. J’ai cherché à obtenir un compte-rendu d’un des participants, pour le publier ici, mais ça n’a pas marché. Heureusement, Nathalie Fabre (étudiante en Master 2 « Philosophie de la technique ») a publié sur le site de l’association Vivagora un compte-rendu vers lequel je vous renvoie.

On y apprend notamment que risque émergent et incertitude ne font pas bon ménage avec la gestion « à la papa » des risques, basée sur la science solide et normale de Kuhn. Et malgré l’arrivée de nouvelles méthodes permettant d’approcher l’incertitude, en fonction de nombreuses variables objectives et subjectives (liées au ressenti et à l’acceptabilité par la population par exemple), « il n’existe pour l’heure aucun consensus sur de nouvelles théories susceptibles de remplacer le modèle classique de l’évaluation des risques ».

Deux points importants émergent alors :

  • le besoin de repenser notre conception de la science et de se projeter dans un modèle de « science post-normale » (développé par Silvio Funtowicz et Jérôme Ravetz) qui introduit « la possibilité de multiples approches et de multiples réponses pour une même question : les controverses et les perspectives contradictoires ne devraient pas être réduites, puisqu’elles contribuent à alimenter la réflexion »
  • la mobilisation de nombreux acteurs, offrant une pluralité d’expertises et de points de vue, seule capable de « favoriser la mise en place dans la société de pouvoirs et de contre-pouvoir » et de compléter les zones d’ombre qui persistent immanquablement dans la connaissance.

Le sociologue britannique Brian Wynne a répété comme à son habitude que « loin d’être irrationnelle, l’inquiétude du public serait légitimement provoquée par une suspicion devant l’incapacité de l’expertise à prendre en compte l’ignorance scientifique et les inconnues, donc à traiter des nouveaux dangers ». Ce qui n’a pas empêché le député Alain Gest de promouvoir, lors de la table-ronde finale, de nouvelles méthodes de concertation afin de « gérer l’irrationnel » !

Cancers et environnement au prisme des STS

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a rendu au début du mois son avis sur les liens entre cancers et environnement. D’après le communiqué de presse, ce rapport s’est appuyé sur l’expertise collective d’octobre 2008 qui avait mobilisé 40 chercheurs pour analyser 1800 articles de la littérature scientifique, pour la confronter aux « positions des parties compétentes en auditionnant 17 organismes scientifiques et 21 personnalités de la science, des mondes professionnels, des associations et du monde judiciaire, des sciences socio-économiques et des lanceurs d’alerte » — une ouverture à la société civile qui « constitue une première dans ce domaine ».

Parmi les personnalités convoquées, notons la présence de Martine Bungener, économiste et directrice du Cermes, et Jean-Paul Gaudillière, historien de la médecine au sein du même Cermes — qui ont pu représenter les STS. Chaque audition a donné lieu à un compte-rendu, où l’on peut notamment lire ce passage qui éclaire les STS en action :

Jean-Paul Gaudillière précise qu’il a travaillé sur les transformations des savoirs, de la santé et de la médecine au 20e siècle, en particulier sur la recherche biomédicale, la recherche thérapeutique et, au-delà, sur la façon dont sont articulés savoirs, pratique médicale et leurs usages dans d’autres espaces sociaux qui peuvent être technologiques, industriels ou politiques. C’est un travail qui, de manière générale, démarre de la question des savoirs, de leur statut, de leur genèse et de leurs modalités d’usage. C’est comme cela qu’il a été amené à s’intéresser à un certain nombre d’objets qui sont à la croisée de « santé et environnement » et, en particulier à un certain nombre de questions comme la conduite de l’expertise, le débat public et les modalités de la gestion du risque.

Avec ces quelques notes sur la place des STS, parmi les sciences sociales, dans l’expertise environnementale ou médicale :

Le rôle des sciences sociales n’est donc pas seulement d’objectiver et d’aider à comprendre les perceptions du risque mais peut aussi être de questionner la nature et les modalités de genèse des savoirs. Ne serait-ce qu’en rappelant que les savoirs sont situés, que face à un problème il existe rarement une seule « one best way » mais plusieurs registres de preuves, qu’il y a une pluralité d’acteurs compétents, qu’on a tout intérêt à préserver et à organiser les processus d’expertise de manière à préserver cette pluralité.

La question de la politique des substance cancérigènes et des liens entre cancers et environnement est une de celles travaillées actuellement par notre champ, comme en témoigne le colloque « Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries » organisé par l’université de Strasbourg en mars 2010. Entre recherche et expertise publique, on voit ici les ramifications d’une problématique scientifique dont l’actualité et la visibilité deviennent brûlantes.