Sociologie 2.0

C’est une nouvelle qui concerne la sociologie dans son ensemble, au-delà du champ STS, mais qui vaut la peine d’être signalée ici : la revue Sociologie, qui se lancera en 2010 sous les auspices de Serge Paugam et des PUF, annonce qu’elle proposera une rubrique innovante intitulée « Sociologie 2.0 ».

Dans cette rubrique, la revue publiera, en supplément électronique de chaque numéro de la version papier, un article scientifique original distingué par la mobilisation de procédés faisant un usage avancé de dispositifs numériques innovants d’argumentation, d’administration de la preuve et de documentation de la recherche (techniques d’enrichissement textuel, documents audiovisuels, représentations graphiques animées…).

Amis des cartographies et représentations 2D ou 3D, des matériaux historiques ou sociologiques non-standards, à vous de jouer !

Howard S. Becker sur les STS

Dans un texte de l’éminent sociologue Howard S. Becker, « How to Find Out How to Do Qualitative Research » (traduit en français dans La vie des idées par « À la recherche des règles de la recherche qualitative »), la sociologie des sciences est décrite comme « un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies ». Yipeee !

Mais en fait, s’il convoque les STS, c’est pour expliquer que la façon dont les sciences de la nature se pratiquent effectivement tranche avec ce que « les philosophes des sciences, les épistémologues et leurs collègues spécialistes de méthode recommandent qu’elles le soient, par déductions à partir de principes premiers ». Le tout au service d’un texte qui « critique les nouveaux modes de financement des travaux sociologiques aux Etats-Unis et appelle au respect du caractère fondamentalement inductif de la recherche qualitative ». Je remets ici l’extrait complet :

La sociologie des sciences, un des domaines les plus fertiles de la sociologie de ces deux dernières décennies, et les domaines similaires de l’histoire et de l’anthropologie, ont montré de manière répétée que ces recommandations ne correspondent pas à la manière dont les scientifiques travaillent réellement – voir, par exemple, Latour et Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, (1986 [1993, 2006]), ou Ainsi s’achèvent les expériences : la place des expériences dans la physique du XXe siècle, de Peter Galison (1987 [2002]). Nous obtenons une meilleure vision de la manière dont construire notre pratique en étudiant ce que les physiciens, chimistes, biologistes et autres spécialistes des sciences de la nature font effectivement (comme Thomas Kuhn (1970 [1972, 2008]) l’a décrit, et comme de nombreuses recherches empiriques l’ont depuis confirmé), en nous attachant à des travaux exemplaires reconnus et en décrivant ce que leurs auteurs firent pour qu’ils fussent exemplaires. Les auteurs des innombrables recommandations avancées au fil des ans pour améliorer la recherche qualitative en imitant les procès de la recherche quantitative ne s’appuient jamais sur cette méthode empirique, ni n’expliquent jamais pourquoi ils s’abstiennent de le faire.

Il y aurait sans doute beaucoup à ajouter sur cette utilisation des STS et ce que Becker leur fait dire pour appuyer son argument, mais je me contenterai ici d’un signalement.