Le style de pensée des STS

Via l’ami François-du-blog-d’à-côté, je découvre une discussion intéressante chez orgtheory.net. Tout commence à partir d’un commentaire désabusé d’Ezra Zuckerman (Associate Professor en sociologie économique au MIT), qui constate que les théories produites par les STS échouent aux trois critères qui (selon lui) permettent de juger qu’une théorie est bonne :

  • est-ce qu’elle rend bien compte et explique les faits observés (compliqué ici puisque les praticiens des STS semblent, je cite, « allergiques à l’idée d’établir des faits indépendants de la théorie)
  • est-ce qu’elle a un bon degré de généralité (en l’occurrence, Zuckerman retient que les STS muliplient les concepts, pas toujours à raison)
  • est-ce qu’elle est facile à comprendre.

En réaction à ce message, on lit à peu près tout ce à quoi on pourrait s’attendre (40 commentaires quand même). La réaction qui m’a sans doute le plus éclairé est celle d’Omar Lizardo (sociologue de l’université de Notre-Dame). À partir d’un article de 2007 où Michel Callon introduit le concept d’arrangement, Lizardo résume ce qu’il considère comme le style de pensée des STS :

À travers cet article, vous ne trouverez pas les goodies mertoniens habituels, par exemple : la caractérisation d’un phénomène, le constat d’une compréhension limitée des mécanismes qui le génèrent et la proposition d’un nouveau modèle des mécanismes qui explique mieux le phénomène que ses compétiteurs. Au lieu de ça, on a simplement plus de définitions et de descriptions stylisées de systèmes qu’on peut envisager comme des « agencements ».

Alors, ne s’agit-il que d’une vague de critiques extérieures aux STS qui déferlent sur elle ou bien est-ce que ces critiques sont fondées et doivent nous aider à réfléchir à l’épistémologie des STS ?

Réponse à Jean-Gabriel Ganascia

Le blog du Pris(m)e de tête, dont j’ai déjà parlé ici, vient de publier un billet sans doute important pour la communauté STS. Tout démarre avec une tribune libre publiée par Jean-Gabriel Ganascia (professeur d’informatique et directeur du laboratoire d’informatique de l’université Pierre-et-Marie-Curie, le LIP6) dans La Tribune, intitulée « La science prise en otage ». Dans le dernier paragraphe, on peut y lire ce passage :

Les sciences se construisent sur le conflit des arguments ; les disputes y portent sur les idées, uniquement sur elles. Contrairement à ce que la sociologie contemporaine des sciences veut laisser accroire, ni les avantages personnels, ni a fortiori les coalitions ne l’emportent dans les débats scientifiques.

À défaut de déclencher une réponse un peu plus collective, et après discussion sur une liste de diffusion de doctorants STS, Marine Soichot et Edouard Kleinpeter ont pris la plume pour écrire une réponse et apporter la contradiction. Mais plutôt que de se barricader derrière des positions tranchées (et de caricaturer un débat somme toute intéressant), ils font le jeu de la nuance et ont ces mots :

Comprenons-nous bien : il existe bien évidemment un idéal de science pure, rationnelle et désintéressée, auquel la plupart des scientifiques adhèrent. Ce que disent les sociologues, c’est qu’il persiste une différence entre cet idéal et la pratique de la science telle qu’elle se fait.

Sans se priver pour autant de conclure par cette pique :

Mais nier l’évidence du rôle de l’humain dans la construction historique et théorique de la science au nom d’un idéal c’est, précisément, faire montre d’une attitude anti-scientifique.

C’est chez le Pris(m)e de tête et c’est la lecture indispensable du jour !