Les STS prennent le web d’assaut

Je ne crois pas avoir eu l’occasion d’accueillir sur ce blog l’ouverture de l’Infusoir, le blog de Mélodie Faury hébergé sur Hypothèses qui propose une approche réflexive des sciences. Et voilà qu’en l’espace de quelques mois ce pied dans la porte a fait des émules.

D’abord, Mélodie a rejoint le Conseil scientifique d’Hypotheses.org (bienvenue !).

Ensuite, Igor Babou a déporté sur un blog une partie du site Science et société1, qu’il entretient avec ses collègues du C2So (ENS de Lyon) notamment. Ce carnet de recherche « est ouvert à des contributions et des témoignages de chercheurs, de professionnels de la culture scientifique et technique, ou de membres d’associations engagées dans une pratique et des réflexions concernant le thème des relations entre sciences et société », et accueille également « des descriptions et des retours critiques sur le « champ STS » : revues, chercheurs, associations, musées et CCSTI, programmes scientifiques, etc. » C’est un blog collectif « ouvert à toute personne souhaitant exposer un retour réflexif sur une expérience dans ce domaine » — un peu comme ici, donc. Longue vie à Science et société | Points de vue !

Enfin, dans la foulée, Pierre Lagrange (Laboratoire Culture et communication, Centre Norbert Elias — Avignon) vient d’ouvrir son blog sur la plateforme voisine et amie « Culture visuelle ». L’homme est spécialiste de l’anthropologie de la « croyance » et des controverses sciences-parasciences, avec comme terrains d’étude l’ufologie, les conspirations ou l’Atlantide. On peut s’attendre à des échanges riches !

Tout ceci est revigorant, vous ne trouvez pas ?

  1. Le portail « Science et Société » présente les éléments pour une histoire des recherches du domaine Sciences, technologie et société (S.T.S), et des questions qui se sont dégagées autour des enjeux de communication à propos de sciences : vulgarisation, médias et musées, communication scientifique publique, publics, enseignement des sciences, réseaux et NTIC, édition, éthique, engagement des acteurs dans le débat public, etc. […] » []

Journée d’étude « Édition et diffusion des études de sciences » (ENS Lyon, 9 février 2011)

Pour rester dans les travaux du Cluster 14 « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages » à Lyon, dont j’ai rendu compte du dernier ouvrage, je me fais l’écho d’une journée d’étude qui devrait intéresser les chercheurs en STS, en particulier ceux qui s’intéressent à l’édition et la diffusion de leurs travaux. Cette journée servira à présenter la collection créée aux Éditions des Archives Contemporaines (distribuée par Vrin) et dont on me dit qu’elle est dirigée par Dominique Pestre (information sous réserve, qui ne demande qu’à être confirmée ou infirmée).

Malheureusement le programme de la journée n’est pas disponible mais on connaît au moins le nom des intervenants :

  • Joëlle Le Marec (ENS de Lyon, Centre Norbert Élias – C2So, directrice de la collection « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usages »)
  • Gerardo Bautista (directeur des Éditions des Archives Contemporaines)
  • Dominique Vinck (Université Pierre Mendès-France de Grenoble, laboratoire PACTE, directeur de la Revue d’Anthropologie des Connaissances)
  • Yves Winkin (ENS de Lyon, Centre Norbert Élias – C2So, directeur de collection au Seuil)
  • Bernard Schiele (UQAM, laboratoire CIRST, directeur de plusieurs ouvrages chez Springer Editions)
  • Pierre Mounier (directeur adjoint du CLEO – Centre pour l’Édition Électronique Ouverte et membre du comité de rédaction de revues.org)
  • Dominique Cartelier (Université de Grenoble 3)
  • Igor Babou (ENS de Lyon, Centre Norbert Élias – C2So)

L’argument de la journée d’étude est le suivant :

Le domaine dit « Sciences Technologies et Société » (STS) qui a émergé en France à la fin des années 70, a généré une production éditoriale caractérisée par une tension entre la critique des sciences par les chercheurs, la vulgarisation et la production de connaissances académiques en sciences humaines et sociales sur les sciences constituées en objet. Ce dernier pôle, celui des études de sciences, développe l’édition et la diffusion de travaux proprement académiques, sous des formes éditoriales diverses, qui sont souvent nourries dans leur conception par les questions et des enjeux relatifs aux relations entre sciences et société. L’édition des études de sciences est donc une pratique des chercheurs engagés dans la diffusion de leurs travaux, et un nouvel objet repris dans l’exigence de questionnement qui habite ces études. Lors de cette journée, interviendront des acteurs de l’innovation éditoriale en sciences sociales, de la production et de la création éditoriale dans les études de sciences (nouvelle revue, collection éditoriale, portail de diffusion de la recherche, constitution d’une communauté internationale par l’édition), ainsi que des chercheurs développant des recherches sur l’édition à propos de sciences.

Tous les renseignements pratiques sont disponibles sur le site du C2SO.

Compte-rendu de Joëlle Le Marec (dir.), « Les études de sciences. Pour une réflexivité institutionnelle » (Editions des archives contemporaines, 2010)

Comment gouverner les sciences ? Telle est l’une des questions posées par les études sociales des sciences et technologies (science studies ou STS), qu’elles posent depuis « la décennie 1970 à la faveur du développement conjoint d’une pluralisation des épistémologues et des rationalités scientifiques, de l’attention aux dimensions sociales du fonctionnement des sciences et d’une mobilisation politique et culturelle interne aux sciences expérimentales et aux sciences de la nature » (p. 11). Comment gouverner les études sociales des sciences ? Dans ce domaine pas véritablement institutionnalisé mais « donnant lieu à de multiples collaborations interdisciplinaires, et à une exploration permanente des frontières entre production académique, action culturelle et politique, et expérimentation institutionnelle » (p. 11), l’agencement des chercheurs, leur pilotage et leur évaluation (pour parler crûment) sont indissociables de leur objet de recherche.

L’ouvrage dirigé par Joëlle Le Marec est issu des premières journées d’étude du cluster 14, centré sur les « Enjeux et représentations de la science, de la technologie et de leurs usages » et créé en 2006 par la région Rhône-Alpes. On reconnaîtra, parmi les contributeurs, les noms de Joëlle Le Marec elle-même, Dominique Pestre (conseiller scientifique du cluster), Florian Charvolin (membre du comité de programme), Dominique Vinck et — bonne surprise ! — deux politistes : Renaud Payre et Gilles Pollet (tous trois membres du comité scientifique). Lors de ces journées, le cluster 14 s’est demandé « comment une communauté de recherche sur les sciences peut-elle développer une réflexion collective sur les dispositifs qui l’organisent, sur le contexte dans lequel elle se développe, sur les rapports à la scientificité qu’elle active, sur les contraintes qu’elle subit et qu’elle se donne ? » (p. 14). Chacune des contributions en tente un aperçu.

Dominique Pestre revient sur les principaux apports des études des sciences. Il décrit d’abord le « nouveau régime de production, d’appropriation et de régulation des savoirs et des produits techno-scientifiques » qui s’est mis en place, après les années 1960, « dans le cadre d’une redéfinition globale du monde » (p. 17). Alors que les élites sont myopes face à ces nouvelles réalités, il conclut sur quatre pages en proposant quelques principes normatifs destinés à guider la recherche en STS : « reconnaître la variété des valeurs et des projets humains, comme la variété des moyens et des formes de savoir » ; « réapprendre à dialoguer » et « réapprendre la difficulté et la nécessité des choix en contexte d’intérêts divergents » ; « prendre des risques et ‘penser généreusement’ les questions les plus complexes » ; « être imaginatif » dans les façons de « ‘se coltiner’ à des questions de valeur et des questions politiques ».

Renaud Payre et Gilles Poulet retracent une histoire de la science politique en s’attachant « aux liens existants entre les produits intellectuels et savants et les activités sociales de ceux qui les font advenir » (p. 45). Ils montrent comment la policy analysis est devenue une « science du gouvernement » en se nourrissant de multiples emprunts et échanges avec les mondes de l’administration publique, des think tanks, des fondations, des programmes militaires et d’armement etc. Leur ambition est « de proposer une double réflexivité, du chercheur sur ses objets, ses méthodes, ses disciplines, mais également du chercheur vers le décideur », bien que les leviers de cette action ne sont pas explicités.

Dominique Vinck fait de l’anthropologie de laboratoire pour nous raconter comment les chercheurs réagissent aux injonctions contradictoires et au tensions qui traversent la recherche contemporaine — entre constat d’un échec personnel, « reconstruction biographique » et « redéfinition de ce qu’ils sont et de ce qui les anime » (p. 75). En une page, l’auteur s’attache à la question de la réflexivité institutionnelle, qu’il interprète comme « le développement d’un savoir partagé et d’une nouvelle vision et visée de l’institution elle-même » capable de mieux accompagner les chercheurs dans leurs usages « des institutions, des normes, des injonctions et des dispositifs qui les visent », pour développer de « nouvelles formes communautaires de socialisation » et des « processus collectifs de différenciation des carrières » (p. 78).

Florian Charvolin, spécialiste de la question des savoirs amateurs en science, montre comment la persistance des sciences à amateurs (astronomie, botanique, entomologie etc.) est un « débordement du cadre mis en place par le capitalisme scientifique du XIXe et XXe siècle » et remet en cause le « professionnalisme salarié » de la recherche scientifique (p. 92). Il montre aussi la part que l’attachement et l’affect ont dans ces sciences de terrain (l’observation d’un oiseau par exemple), et qui « enlève encore un peu de crédit à la coupure stricte entre amateur et professionnel » (p. 88). Enfin, cela ouvre la voie à une réflexion sur la pratique de recherche et l’idée que l’engagement bénévole ne se fait pas « au détriment de la connaissance exacte » (p. 89).

Toutes ces idées sont reprises et prolongées dans le texte ambitieux de Joëlle le Marec qui milite en faveur d’un questionnement des « imaginaires qui sous-tendent les choix des terrains ou des objets » (p. 111) en passant plutôt par l’engagement dans les choix quotidiens des chercheurs que par le commentaire et les textes. Elle promeut la création de communautés de recherches pratiquant la critique les unes des autres et « qui s’informent et se contraignent mutuellement par l’extension de la discussion sur leurs pratiques d’enquêtes et leurs rapports aux terrains » (p. 112), construisant ainsi « un espace d’intersubjectivité autonome par rapport aux lieux et aux temps qui organisent la recherche comme activité de production salariée » (p. 113).

L’ouvrage s’ouvre et se referme sur les écrits de Roger Fougères, vice-président du Conseil régional, délégué à l’Enseignement supérieur et à la recherche. Le discours d’un acteur politique, fut il dans l’opposition et à l’origine d’un dispositif aussi unique que celle des clusters de recherche, pâtit souvent d’un manque d’originalité et de profondeur académique, ces textes ne faisant malheureusement pas exception.

La réflexivité institutionnelle qu’annonce l’ouvrage prolonge la réflexivité à laquelle sont habituées les STS, qu’il s’agisse du principe constitutif mis en avant par le « programme fort » de Bloor et Barnes, des réflexions sur la posture axiologique des STS (cf. Dominique Pestre, « L’analyse de controverses dans l’étude des sciences depuis trente ans. Entre outil méthodologique, garantie de neutralité axiologique et politique« , Mil neuf cent, n° 25, 2007) ou sur la construction d’objets de recherche à la frontière des sciences dures et des STS (cf. Gilles Tétart et Didier Torny, « « Ça tue parfois mais ce n’est pas dangereux ». Injonction institutionnelle et mobilisation scientifique autour d’un pathogène émergent, Bacillus cereus« , Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, 2009). Plutôt qu’un ouvrage définitif sur la question de la réflexivité, le lecteur y trouvera un jalon pour penser la recherche en STS, dans un contexte politique qui compte beaucoup pour les auteurs — sorte de complément à l’ouvrage de Jean-Michel Berthelot et coll. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France (Paris : PUF, 2005).

Surtout, l’ouvrage tourne autour du cluster 14, qui en est à la fois le point de départ et le point de fuite. Malheureusement, ce qui nous est présenté comme relevant « d’une réflexion politique » et témoignant « d’une expérience de réflexivité institutionnelle en cours » (p. 12) ne fait pas toujours suffisamment la preuve des spécificités du cluster 14 comme « large espace communautaire et interdisciplinaire » (p. 12), où s’est imposée une « logique du dialogue » (p. 11) et de la « discussion critique intense et régulière » (p. 12), sans être jamais « entravé par des modèles fonctionnels d’une séparation des registres du cognitif et du social » (p. 12). Où sont les « doctorants de différentes disciplines et différentes équipes de recherche qui réfléchissent ensemble à leur rapport aux contextes de recherche dans lesquels ils sont impliqués » (p. 14) ? Où est l’invention de nouvelles formes de discours scientifique ou de publication qui fassent mieux jouer la réflexivité, la pluridisciplinarité et la pensée en réseau ? Si la juxtaposition des textes trouve sa justification dans l’observation que « la singularité et la pluralité des démarches restent des facteurs essentiels de la qualité scientifiques (sic), et non des faiblesses potentielles dans un contexte de concurrence favorable à une injonction de lisibilité et donc d’homogénéisation des questions et des méthodes » (p. 12), elle déçoit sans doute un peu.

À l’image des recherches sur les sciences dont Joëlle Le Marec écrit qu’elles contribuent « à étudier, mais aussi à entretenir et complexifier le feuilletage de plans hétérogènes et contradictoires qui constituent les sciences » (p. 110), l’ouvrage se situe entre plusieurs plans. Portant haut la bannière de la réflexivité institutionnelle et produit d’une nouvelle organisation de la recherche, il donne beaucoup à penser mais peine à convaincre de la mise en pratique de cette réflexivité par le cluster 14.

>> Ce compte-rendu a été initialement publié sur le site Liens socio.

Lancement de l’Observatoire de la participation des ONG à la recherche et l’expertise

Le programme REPERE du Ministère chargé du développement durable (2009-2012), lancé suite au Grenelle de l’environnement, est un réseau d’échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l’expertise. Il se veut une plate-forme de dialogue, de proposition et de projets explorant les voies de la participation de la société civile organisée au pilotage de la recherche et de l’expertise. Il se propose notamment de faire l’état des lieux de l’existant, des expériences passées et actuelles, sur le sujet.

À cet effet, vient d’être lancé un Observatoire de la participation des ONG à la recherche et l’expertise qui recense les projets particpatifs de recherche et d’expertise menés en France. Ce wiki, qui peut être modifié et complété par chacun, continue à être alimenté au fil du programme mais recense déjà les projets PICRI (région Île-de-France), ASOSC (région Bretagne), quelques projets PCRD (Commission européenne) et des expertises collectives (Deuxième plan national santé-environnement, Écophyto R&D)… L’outil utilisé permet en outre de cartographier les projets et organismes recensés, afin de faire apparaître les liens entre les acteurs et les champs de forces qui façonnent ce paysage.

Ce lancement est d’autant plus pertinent pour la communauté STS qu’en 2008, lors des ateliers de réflexion prospective « Sciences et société » initiés et financés par l’Agence nationale de la recherche, l’atelier sur la programmation de la recherche en STS avait bien fait ressortir l’importance des :

  • états de l’art et recensements en tant qu’outils de structuration du domaine
  • outils collectifs et bases de données, offrant l’accès à des données de qualité qui augmente le nombre et la valeur des travaux de recherche, ainsi que leur potentiel d’application.

Espérons que la communauté STS saura exploiter cette ressource, pour qu’il soit utile au niveau académique et pas uniquement opérationnel.

Disclaimer : j’appartiens à l’équipe d’animation du programme REPERE.

Suivez le congrès EASST010 sur internet

Le 2 septembre s’ouvrira à Trento (Italie) le congrès EASST010 organisé par l’Association européenne pour l’étude des sciences et technologies, jusqu’au 4. Son thème : « Practising science and technology, performing the social ». Ceux qui comme moi ne peuvent y être suivront avec plaisir le blog mis en place par des étudiants viennois (qu’ils vont tenter de rendre le plus collectif possible), accompagné de son compte Twitter.

Le tout sous licence Creative Commons, bravo !

Le style de pensée des STS

Via l’ami François-du-blog-d’à-côté, je découvre une discussion intéressante chez orgtheory.net. Tout commence à partir d’un commentaire désabusé d’Ezra Zuckerman (Associate Professor en sociologie économique au MIT), qui constate que les théories produites par les STS échouent aux trois critères qui (selon lui) permettent de juger qu’une théorie est bonne :

  • est-ce qu’elle rend bien compte et explique les faits observés (compliqué ici puisque les praticiens des STS semblent, je cite, « allergiques à l’idée d’établir des faits indépendants de la théorie)
  • est-ce qu’elle a un bon degré de généralité (en l’occurrence, Zuckerman retient que les STS muliplient les concepts, pas toujours à raison)
  • est-ce qu’elle est facile à comprendre.

En réaction à ce message, on lit à peu près tout ce à quoi on pourrait s’attendre (40 commentaires quand même). La réaction qui m’a sans doute le plus éclairé est celle d’Omar Lizardo (sociologue de l’université de Notre-Dame). À partir d’un article de 2007 où Michel Callon introduit le concept d’arrangement, Lizardo résume ce qu’il considère comme le style de pensée des STS :

À travers cet article, vous ne trouverez pas les goodies mertoniens habituels, par exemple : la caractérisation d’un phénomène, le constat d’une compréhension limitée des mécanismes qui le génèrent et la proposition d’un nouveau modèle des mécanismes qui explique mieux le phénomène que ses compétiteurs. Au lieu de ça, on a simplement plus de définitions et de descriptions stylisées de systèmes qu’on peut envisager comme des « agencements ».

Alors, ne s’agit-il que d’une vague de critiques extérieures aux STS qui déferlent sur elle ou bien est-ce que ces critiques sont fondées et doivent nous aider à réfléchir à l’épistémologie des STS ?

La plateforme pétrolière, le Golfe du Mexique et les STS

Sur la liste de diffusion STSGRAD, mon homonyme Becky Blanchard — doctorante en anthropologie à l’université de Floride — annonce la création d’un forum Google Group destiné aux chercheurs STS pour discuter spécifiquement de l’effondrement de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon.

C’est une initiative intéressante qui montre ce que les STS peuvent apporter à une crise en cours, d’abord en interne puis éventuellement en externe (communiqués, prises de parole publiques etc.). Reste à confronter cette proposition avec la réalité du terrain et à voir quel sera le niveau de mobilisation des chercheurs spécialistes des crises environnementales, pollutions pétrolières, groupes de pression écologiques, droit de l’environnement, gestion des ressources naturelles…

Réponse à Jean-Gabriel Ganascia

Le blog du Pris(m)e de tête, dont j’ai déjà parlé ici, vient de publier un billet sans doute important pour la communauté STS. Tout démarre avec une tribune libre publiée par Jean-Gabriel Ganascia (professeur d’informatique et directeur du laboratoire d’informatique de l’université Pierre-et-Marie-Curie, le LIP6) dans La Tribune, intitulée « La science prise en otage ». Dans le dernier paragraphe, on peut y lire ce passage :

Les sciences se construisent sur le conflit des arguments ; les disputes y portent sur les idées, uniquement sur elles. Contrairement à ce que la sociologie contemporaine des sciences veut laisser accroire, ni les avantages personnels, ni a fortiori les coalitions ne l’emportent dans les débats scientifiques.

À défaut de déclencher une réponse un peu plus collective, et après discussion sur une liste de diffusion de doctorants STS, Marine Soichot et Edouard Kleinpeter ont pris la plume pour écrire une réponse et apporter la contradiction. Mais plutôt que de se barricader derrière des positions tranchées (et de caricaturer un débat somme toute intéressant), ils font le jeu de la nuance et ont ces mots :

Comprenons-nous bien : il existe bien évidemment un idéal de science pure, rationnelle et désintéressée, auquel la plupart des scientifiques adhèrent. Ce que disent les sociologues, c’est qu’il persiste une différence entre cet idéal et la pratique de la science telle qu’elle se fait.

Sans se priver pour autant de conclure par cette pique :

Mais nier l’évidence du rôle de l’humain dans la construction historique et théorique de la science au nom d’un idéal c’est, précisément, faire montre d’une attitude anti-scientifique.

C’est chez le Pris(m)e de tête et c’est la lecture indispensable du jour !

À qui profite la vulgarisation scientifique ?

C’est la question que posait Joëlle Le Marec dans son intervention au cycle de conférences « La vulgarisation scientifique : une mode ? Une nécessité ? Une illusion ? » à l’ENS Lyon (fichier audio), et que j’ai reprise dans un billet qui vient de paraître sur le blog « Pris(m)e de tête ». J’y parle de l’attrait pour les productions culturelles à propos de science, avec une multiplication des actions de culture scientifique et technique qui profite surtout à elle-même, mais aussi du futur colloque « Sciences de la vie en société » du Genopole qui a bien changé depuis que l’IFRIS a été appelé en renfort.

CfP : le désaccord dans les STS

À l’occasion du prochain congrès annuel de la Society for Social Studies of Science , dit 4S (25-29 août 2010 à Tokyo), un appel à communication intéressant vient d’être lancé. Faisant le constat que de nombreuses contributions essentielles au champ des STS ont émergé de débats féroces (entre les membres de la communauté mais aussi avec ceux qui n’y appartiennent pas), les organisateurs de la session « I really must differ… » — Pertinent disagreements cherchent à renouer avec la tradition académique du débat critique. Leur préoccupation est notamment qu’au fil de l’institutionnalisation des STS, le dynamisme et l’interrogation qui les caractérisaient se perdent. Évidemment, le format même de la session donnera toute sa place à la controverse en mettant au centre les sujets de débat.

Pour plus d’informations, lire le CfP (première échéance le 13 janvier) organisé par Claes-Fredrik Helgesson (Université Linköping, Suède) et Brian Rappert (Université d’Exeter, Royaume-Uni).